Suivre Swisscom S’abonner aux infos Cartes réseau Contact
Suivre Swisscom S’abonner aux infos Cartes réseau Contact

Interview de Patrick Weibel





Le responsable du programme 5G présente l’extension du réseau

«Nous projetons de déployer la 5G sur 60 sites d’ici fin 2019.»

La 5G se développe très rapidement. Au cours de l’été 2017, Swisscom a présenté ses premières applications de test 5G. À l’heure actuelle, des réseaux de test ont d’ores et déjà été installés à Berthoud, Lausanne, Genève, Zurich, Berne et Lucerne. Patrick Weibel, responsable du programme 5G chez Swisscom, explique ce qui fait la particularité de la 5G et comment l’extension du réseau se poursuivra.

Michael Lieberherr, le 8 novembre 2018

Les premiers réseaux de test de la 5G sont en place. Quand la Suisse entière sera-t-elle couverte par la 5G?

Grâce à nos déploiements à Berthoud, Lausanne, Berne, Zurich, Genève ou Lucerne, nous faisons figure de pionniers à l’échelle mondiale. Ces réseaux de test ne sont pas des installations de démonstration, mais des réseaux standard pleinement opérationnels. D’ici la fin 2019, nous prévoyons une couverture ponctuelle d’une soixantaine de villes et communes.

De quoi dépend la poursuite du développement du réseau?

En premier lieu, la ComCom doit procéder à la vente aux enchères des fréquences de 5G. Celle-ci est prévue pour janvier 2019. La suite de l’extension dépend aussi fortement des conditions-cadres politiques. L’ORNI (Ordonnance sur la protection contre le rayonnement non ionisant) en vigueur, inchangée depuis 1999, est dix fois plus restrictive en Suisse que dans le reste de l’Europe.

Qu’est-ce que cela signifie pour l’extension du réseau?

Face à la hausse des volumes de données et aux conditions-cadres applicables, nous atteignons une limite physique. Sur de nombreux sites, le spectre de fréquences attribué est quasiment saturé en raison de ces restrictions. Le réseau nécessite davantage d’emplacements d’antennes, qui sont cependant difficiles à trouver. Un certain nombre d’avantages de la 5G ne sont par conséquent pas utilisables en Suisse avec les dispositions en vigueur.

À l’heure actuelle, beaucoup de gens ne profitent même pas pleinement des possibilités du réseau 4G. Alors pourquoi faut-il déjà un réseau 5G?

En matière de possibilités, on pense en général avant tout au débit. À quelle vitesse vais-je pouvoir naviguer sur Internet avec mon portable? Cette vision est toutefois trop restrictive. La 4G a été conçue pour offrir un accès Internet haut débit mobile ultra-rapide. La 5G est une nouvelle plateforme numérique qui concentre de nombreux aspects. Les caractéristiques de la 5G nous offrent davantage de possibilités pour convertir au numérique des applications critiques. La numérisation de la fabrication permet à l’industrie d’améliorer sa compétitivité, comme nous l’avons montré avec Ypsomed. De nombreuses applications n’apparaîtront bien sûr que lorsque l’infrastructure sera opérationnelle. C’est pourquoi nous avons besoin du réseau dès maintenant, afin de ne pas rater le coche. La même question m’avait d’ailleurs déjà été posée au sujet de la 4G.

Qu’y a-t-il de différent avec la 5G?

Jusqu’à présent, les réseaux de téléphonie mobile avaient un usage principal et étaient utilisés tels quels pour d’autres applications. La 2G avait été développée pour la téléphonie vocale. La 3G a inauguré l’Internet haut débit mobile. La 4G s’inscrivait dans la continuité de la 3G mais apportait au réseau un gain considérable de bande passante et de capacité. L’objectif était de satisfaire aux besoins des smartphones et de leurs applications. La 5G reliera à l’avenir des millions d’objets, d’appareils, de machines, de bâtiments, d’autos et bien sûr de smartphones. Ces applications ont des exigences très variées vis-à-vis du réseau, auxquelles la 5G est désormais en mesure de répondre. C’est là sa principale différence par rapport aux réseaux existants.

Caractéristiques de la 5G

La 5G va connecter des millions d’objets, d’appareils et de machines. Grâce aux caractéristiques ci-après, la technologie répond aux besoins des applications les plus variées:

Capacités accrues

Une cellule radio pourra connecter plusieurs dizaines de milliers d’appareils très variés: objets, voitures, machines, composants de bâtiments et bien plus.

Faible latence (temps de réaction)

Des temps de latence extrêmement courts permettent des applications nécessitant des retours haptiques, par exemple en télémédecine, en robotique ou dans les jeux.

Vitesse

La vitesse augmente de façon spectaculaire, ce qui permettra des applications numériques inédites et étendues en temps réel.

Edge Computing

Il apporte de la puissance de calcul directement dans le réseau mobile, par exemple pour traiter les données d’une machine de production en temps réel.

Network Slicing

Il permet de réserver de la bande passante aux applications critiques pour la sécurité ou les infrastructures. Les services d’intervention d’urgence ont ainsi l’assurance de disposer d’une connexion garantie et stable, même en présence d’un grand nombre de personnes, par exemple lors de la Street Parade.

Quand les premiers smartphones 5G arriveront-ils sur le marché?

Je pense que plusieurs fabricants présenteront de premiers modèles avant ou pendant le Mobile World Congress de Barcelone, qui aura lieu fin février. En novembre, nous avons connecté pour la première fois à l’échelle mondiale un appareil test et un hotspot avec notre réseau 5G de test. L’appareil était un prototype de la taille d’un smartphone, dont la puce sera intégrée aux premiers appareils 5G. Il y a seulement un an, un appareil de test de ce type pesait encore une tonne et avait un mètre cube d’envergure. La 5G se développe très rapidement.

Les appareils de test témoignent de la rapidité avec laquelle la 5G évolue. À l’été 2017, l’appareil de test pesait une tonne et avait un mètre cube d’envergure. En novembre 2018, un nouvel appareil de test ne dépasse plus la taille d’un smartphone et intègre déjà des composants 5G que l’on retrouvera bientôt dans les appareils 5G.

Qu’en est-il de la sécurité de la 5G?

Elle équivaut à celle de la 4G. À l’avenir, la 5G intégrera encore davantage de fonctions de sécurité couvrant d’autres dimensions. Celles-ci comprennent par exemple le trafic de données lui-même, l’identification des utilisateurs du réseau, ainsi que des fonctions de sécurité pour les connexions via différents opérateurs de réseau ou des mécanismes de sécurité pour les composants du réseau. Le noyau 5G utilise actuellement les standards de la 4G, qui font l’objet de développements constants. Ceux-ci seront progressivement remplacés jusqu’à ce que le noyau 5G dispose de sa propre architecture de sécurité.

La 5G se traduit-elle par davantage d’émissions?

La 5G ne se distingue pas foncièrement des technologies antérieures, comme la 3G (UMTS) ou la 4G (LTE). Dans un premier temps, elle fonctionnera sur des plages de fréquence semblables à celles des technologies précédentes. Les résultats des nombreuses études réalisées sur les signaux UMTS et/ou LTE s’appliquent par conséquent aussi à la 5G. La 5G est conforme aux consignes en vigueur qui, par principe de précaution, sont particulièrement strictes en Suisse.
Nous respecterons naturellement les valeurs limites fiables définies pour les nouvelles plages de fréquence, au-delà de 6 GHz, que la 5G utilisera à l’avenir.

Informations complémentaires

L’avenir de la téléphonie mobile

5G – plus que de la simple vitesse

Lire l’article

Entretien avec Stefan Mauron

«La 5G est la prochaine étape logique»

Lire l’article

Premiers appareils

«La Suisse est un terrain de jeu pour la 5G»

Vers l’article

Infographie

Vue d’ensemble des différentes générations de téléphonie mobile

Vers l’infographie (PDF)



Portrait

Patrick Weibel est à la tête du programme 5G chez Swisscom. Il a vécu au plus près l’évolution de toutes les générations de communication mobile.


5G pour la Suisse

Swisscom met en place la dernière génération de communication mobile via son programme 5G.

En savoir plus