Méta navigation

Interview de Heinz Herren





Responsable IT, Network & Infrastructure à propos du test de réseaux

«Notre réseau mobile est de classe mondiale, et nos clients sont les grands gagnants»

Swisscom remporte avec une excellente note le grand test de réseaux mobiles du magazine spécialisé connect et partage la victoire avec Sunrise à égalité de points. Cette année, les deux opérateurs mobiles ont également obtenu le meilleur résultat jamais mesuré par connect dans le monde entier. A l’occasion d’une interview, Heinz Herren, CIO et CTO Swisscom, s’exprime sur les tests, les conditions cadres compliquées dans l’extension du réseau mobile ainsi que sur la 5G.

Sonja Majinovic, 28 novembre 2017

Heinz Herren, Swisscom a remporté le test de réseaux connect, mais elle doit partager cette victoire avec Sunrise. N’y a-t-il plus de différences entre les réseaux mobiles en Suisse?

Nous nous réjouissons énormément de notre victoire au test de réseaux connect. Swisscom arrache la victoire globale avec un résultat vraiment exceptionnel. C’est quelque chose dont je suis très fier. Le test de réseaux mobiles qui vient d’être réalisé par Systemics arrive lui aussi au même résultat que connect. Toutefois, nous devons partager la première place du podium avec un concurrent (rire). Les résultats de ces tests montrent que les réseaux suisses sont clairement de classe mondiale. C’est une réalité, la Suisse se situe à un niveau incroyablement élevé. Tout aussi vrai, nos concurrents investissent eux aussi dans leur réseau mobile. La compétition en Suisse joue en faveur des clients. 

Ces tests de réseaux mobiles ont-ils vraiment une valeur? Ne sont-ils pas juste un cliché de la situation à un moment donné?

Pour Swisscom, ces tests sont essentiels. Ils nous montrent comment notre réseau est perçu. Sans oublier toute la série de tests différents: des tests «Walk and Drive», comme en font connect, Chip ou Systemics. Mais aussi les enquêtes auprès des clients et les tests de vitesse sur appli, comme par exemple cnlab ou OpenSignal. Oui, les tests Walk and Drive sont des mesures à un instant donné. Mais ils permettent de savoir comment les clients appréhendent notre réseau mobile. Bien sûr, de notre côté, nous contrôlons en permanence notre réseau et nous investissons beaucoup dans le développement du service. Ainsi, cette année, nous avons encore apporté d’importantes améliorations dans tous les secteurs du réseau mobile, dans le Voice mais surtout dans le Data.

Swisscom remporte la catégorie principale «Mobile Data». Mais dans les villes, la couverture aux heures de pointe n’est pas toujours optimale.

En matière de navigation mobile, c’est chez Swisscom que l’on est le mieux servi. Sur les lieux très fréquentés, la charge du réseau est bien sûr très élevée. D’autant que la transmission de données mobiles continue de doubler chaque année. C’est pourquoi Swisscom densifie son réseau partout où cela est possible. D’ici la fin de l’année, nous proposerons ponctuellement une vitesse de 1 Gbit/s dans 11 villes. Cela offrira encore plus de capacité à nos clients, en plus de la vitesse accrue. Toutefois, l’extension du réseau dans les zones urbaines est très compliquée car nous y avons atteint la limite de capacité RNI. Nous engageons donc des initiatives pour faire modifier l’ordonnance sur la protection contre le rayonnement non ionisant (ORNI). Les méthodes d’évaluation doivent elles aussi être revues, tout comme la législation sur le droit de construction.

Le changement de comportement des utilisateurs entraîne une croissance exponentielle des volumes de données transmises sur le réseau Swisscom.

Pourquoi Swisscom demande-t-elle une adaptation de l’ORNI, alors que selon connect la Suisse dispose déjà de meilleurs réseaux que l’Allemagne ou l’Autriche par exemple?

Au niveau européen, les réseaux mobiles suisses sont actuellement très bien situés. La performance est même en tête en Europe. Chaque année, nous construisons ou modernisons environ 300 sites de téléphonie mobile. C’est un moyen de répondre au besoin toujours croissant de la clientèle en matière de transmission mobile. Pour autant, le nombre de sites que nous pouvons créer n’augmente pas au même rythme que l’utilisation des données mobiles. Nous manquons de nouveaux sites. Et les procédures d’autorisation fastidieuses viennent compliquer les choses. En raison des valeurs limites ORNI préventives 10 fois plus strictes, ce sont aujourd’hui déjà 90% des sites existants qui ne peuvent plus être développés. Nous avons besoin de sites mobiles supplémentaires. Sans cela, nous ne pourrons pas exploiter les nouvelles technologies.

Dans les villes, les réseaux mobiles vont bientôt atteindre leurs limites de capacités.
Photo: Keystone

Qu’entendez-vous par là?

Les dispositions actuelles de l’ORNI empêchent la Suisse de pouvoir moderniser ses réseaux de téléphonie mobile rapidement et efficacement avec la technologie 5G. Cela entrave la compétitivité de la Suisse. De l’ajustement de l’ORNI dépend la bonne mise en œuvre de la stratégie sur la numérisation de notre pays, mais aussi le renforcement de notre économie.

Et du côté de l’extension chez Swisscom, comment se passent les choses?

Nous investissons massivement dans l’extension LTE advanced. Actuellement, la couverture est déjà de 80% jusqu’à 300 Mbit/s et de 60% jusqu’à 450 Mbit/s. S’ajoute à cela l’extension du 1 Gbit/s, sur lequel nous sommes leader en Suisse. D’ici la fin de l’année, 11 villes recevront ponctuellement le 1 Gbit/s. Nos clients pourront également tester cet énorme débit dans 15 Swisscom Shops différents.

Et où en est Swisscom avec la 5G?

A l’été 2017, nous avons montré les premières applications 5G avec NB-IoT, le découpage du réseau et la vitesse 5G. Avec l’appui de notre partenaire industriel Ypsomed, nous testons des applications 5G dans la production. Nous travaillons d’arrache-pied sur le développement de la 5G afin de proposer cette nouvelle technologie à nos clients dès que possible. Je suis convaincu que la prochaine génération de téléphonie mobile 5G constitue une technologie clé et offre une opportunité générationnelle. Elle offrira bien plus qu’une simple augmentation de vitesse et de capacité. Elle sera le système d’exploitation de l’économie numérique. La compétitivité de demain dépendra directement de cette infrastructure performante. Elle permettra de nombreuses applications auxquelles on ne pense pas encore aujourd’hui. Tout comme il y a 10 ans, où personne ne pouvait imaginer les formes de communication insoupçonnées et les nouveaux secteurs d’activité que pourraient offrir l’Internet mobile et les applis. La 5G est la plateforme de la prochaine vague d’innovations. Je suis impatient de voir ce qui nous attend. 

Heinz Herren

Le responsable IT, Network & Infrastructure est membre de la direction du groupe Swisscom depuis 2012. En tant que Chief Information Officer (CIO) et Chief Technology Officer (CTO), il est en charge de l’extension du réseau Swisscom.

Vers le portrait



Le réseau du futur.

Certains l’appellent «meilleur réseau de Suisse». Nous l’appelons réseau du futur. Habitués aux premières places dans les tests de réseaux, nous avons toujours une longueur d’avance.

En savoir plus
Vers les résultats du test