Méta navigation

Interview de Dirk Wierzbitzki





Le responsable Products & Marketing s’exprime au sujet de HBO sur Swisscom TV

«Quand nous disons cela,
ils tombent des nues.»

Swisscom TV diffuse désormais les séries de HBO, pionnier américain de la TV payante. Et ce n’est qu’un début, affirme Dirk Wierzbitzki, responsable Products & Marketing.

Roger Baur, 28 septembre 2017

Dirk Wierzbitzki, Swisscom TV travaille depuis peu en étroite collaboration avec HBO pour son offre Teleclub on Demand. Allons-nous donc voir bientôt arriver une nouvelle chaîne «HBO Switzerland»?

Cela, nous aurions aimé pouvoir le faire il y a 10 ans. Mais aujourd’hui, nos clients veulent du contenu à la demande, et ça vaut aussi pour les séries de HBO. Cela fait déjà deux ans que nous avons lancé l’offre «Hot from the US», avec d’ores et déjà des séries actuelles diffusées aussitôt après leur sortie aux Etats-Unis. On va désormais y trouver aussi les toutes dernières séries de HBO. Avec un nouvel épisode chaque semaine. Bien sûr, nos clients disposeront aussi de l’intégralité des anciennes saisons.

Et on va payer chaque épisode à l’unité?

Voici les conditions pour les nouvelles séries: il reste bien évidemment possible de continuer à ne regarder qu’un seul épisode, mais désormais nous offrons la possibilité de commander la saison complète à un prix forfaitaire. Si la série est déjà disponible, tous les épisodes sont proposés à l’achat dans un pack. Si la série est diffusée en parallèle aux Etats-Unis, les épisodes déjà sortis sont immédiatement disponibles – et les nouveaux le sont semaine après semaine. 

Game of Thrones et d’autres célèbres séries de HBO disponibles en vidéo à la demande sur Swisscom TV.

Swisscom TV propose depuis le premier jour des films à la demande – cette offre va-t-elle donc être largement étendue?

Oui, cela fait partie de la télévision de demain. Beaucoup de choses ont changé depuis le lancement de Swisscom TV en 2006. Par exemple, nous pouvons proposer aujourd’hui des films qui sont encore dans les salles de cinéma. De plus, nous permettons non seulement de louer un film, mais aussi de l’acheter. L’achat présente un gros avantage: les contenus peuvent être regardés en ligne et hors-ligne en téléchargement. Et notre clientèle apprécie cela car toutes les catégories de notre vidéothèque virtuelle, sans exception, connaissent une forte croissance du nombre de visionnages. Nous souhaitons à présent franchir une nouvelle étape et donc élargir fortement l’offre de films, mais avant tout les séries. Et cela requiert de trouver de nouvelles solutions avec les studios. 

C’est-à-dire?

Aujourd’hui, aucun client ne parvient à comprendre pourquoi une série n’est pas disponible en Suisse aussitôt après sa diffusion aux Etats-Unis. Des producteurs comme Netflix, que nous avons aussi sur Swisscom TV, proposent leurs séries le même jour dans le monde entier. Mais de nombreux studios bien établis procèdent encore étape par étape: ils se concentrent d’abord sur les opérateurs américains et si tout se passe bien, ils n’arrivent qu’un an plus tard en Europe. Cela fonctionne pour des programmes classiques, mais pour des plateformes non linéaires comme Swisscom TV, nous avons besoin de solutions différentes. 

Mais Swisscom et le marché suisse ne sont-ils pas trop petits pour pouvoir changer quelque chose?

On pourrait le croire mais en fait, avec Swisscom TV, nous sommes à la pointe mondiale en termes de technique et de contenus et cela a clairement son importance. Dans le secteur, nous sommes connus. D’ailleurs, une collègue de Teleclub voyage régulièrement entre Volketswil et Los Angeles et bataille ferme vis-à-vis des studios pour faire évoluer la situation. 

Et y parvient-elle?

Oui, lentement mais sûrement. Mais cela demande beaucoup de préparation. Car il ne faut pas oublier une chose: aux Etats-Unis, la télévision à la demande ne s’est pas encore généralisée. Quand on raconte aux producteurs là-bas que ce produit est déjà leader du marché en Suisse, ils tombent des nues. En effet, qu’une solution comme Swisscom TV fonctionne techniquement à l’échelle d’un pays entier, c’est à ce jour encore une exception au niveau international.

Qu’est-ce qui va changer pour les téléspectateurs?

HBO n’est qu’une première étape. L’offre va tellement s’étoffer que Swisscom TV va franchir un nouveau cap une fois de plus. Si tout fonctionne bien, d’ici Noël, nous allons rendre Swisscom TV encore plus pratique et conviviale.

Avec encore plus de chaînes?

(rire) Non, même pas. Les chaînes linéaires n’ont rien de compliqué. Non, nous parlons là d’une télévision qui va connaître un bouleversement comme celui qu’ont connu les titres de presse il y a 20 ans. Actuellement, la télévision classique reste dominante mais tout évolue très vite. Dans une certaine catégorie de la population, les services comme Netflix, YouTube ou encore les offres comme Teleclub on Demand sont aujourd’hui bien plus appréciés que la télévision classique. Et nous n’avons pas d’autre choix que de tenir compte de cette évolution. Dans le même temps, nous offrons aux opérateurs une opportunité de se développer.

Même aux opérateurs suisses?

Oui, cela va de soi. Nous avons continuellement intégré de nouvelles chaînes TV suisses sur Swisscom TV. Autre atout de taille: Teleclub est l’un des principaux fournisseurs de films privés dans le pays.

HBO: la mère des séries 2.0

HBO, l’opérateur américain de TV payante, est l’acteur le plus influent sur le marché TV international. Elle fait figure de maison mère des séries TV modernes. Depuis le tout début, elle mise sur des séries plus fraîches, plus décapantes et plus complexes. D’emblée la première production «Oz» a montré l’exemple, puis sont arrivés en 1999 les «Sopranos» et juste après «Sex and the City», en allant à chaque fois un peu plus loin pour finalement amener la télévision en libre accès vers de tout nouveaux projets novateurs. Les experts sont unanimes: sans HBO, c’est toute la nouvelle génération de créateurs de séries qui n’aurait jamais eu accès aux portes de Hollywood.



Dirk Wierzbitzki

Le responsable Products & Marketing est membre de la Direction du groupe Swisscom depuis début 2016. Swisscom TV fait également partie de son domaine de responsabilité.

Vers le portrait