Méta navigation

Un projet néfaste


Un projet néfaste

Le peuple suisse votera le 5 juin prochain sur l’initiative «Pro service public»


Le premier sondage SSR montre qu'aujourd'hui, une majorité des votants répondrait positivement à l'initiative «Pro Service public», soumise à votation le 5 juin. Ce n'est pas une surprise, car les partisans de l'initiative promettent des effets positifs. Mais est-ce que ce sera vraiment le cas? Quelles conséquences pour Swisscom et ses actionnaires?

 

Regula Brand Riquelme, qui s'occupe de la communication sur les questions qui entourent l'initiative «Pro Service public» pour Swisscom, a compilé des informations complémentaires dans la dernière édition de piazzetta.

 

Que se passe-t-il avec Swisscom si l'initiative est adoptée le 5 juin ?

Le peuple vote sur un texte constitutionnel. Il devrait ensuite être concrétisé sous forme de loi, cela pouvant durer trois mois. Pendant ce temps, on ne sait pas encore quelles répercussions exactes l'initiative aura sur Swisscom étant donné que le texte de loi n'est pas formulé clairement.

 
Quelles conséquences seraient possibles ?

Une restriction du bénéfice - sans parler d'une interdiction de bénéfice - ferait baisser les investissements et conduirait ainsi à un grand désavantage concurrentiel sur un marché dynamique et international. La poursuite de l'existence de Swisscom en tant qu'entreprise cotée en bourse serait remise en cause. Un «oui» conduit à une perte de valeur des actions Swisscom. La Confédération et près de 73'000 actionnaires minoritaires, dont de nombreuses caisses de pension, seraient concernés.

Swisscom devrait ajuster ses salaires à ceux de l'administration fédérale. Cela n'affecterait pas seulement le salaire du CEO mais aurait également des répercussions sur tous les salaires. Car, à l'heure actuelle, nos salaires sont tous fixés en fonction du marché du travail TELCO et IT et négociées avec les partenaires sociaux. A l'avenir, seul le niveau de salaire de l'administration centrale ferait autorité.

 

L'initiative veut davantage de service public, et promet un meilleur service. N'est-ce pas dans l'intérêt de Swisscom?

Malheureusement le texte constitutionnel est différent des promesses des initiateurs. Ils ont tenté de traduire leur souhaits et idées en formulations conformes, mais au lieu de cela, ils ont créé un article loin de la réalité et guère réalisable. C'est donc la raison principale pour laquelle les parlementaires de tous les partis déclinent l'initiative: parce qu'en vérité elle porterait durablement préjudice au service public. Elle exige que Swisscom ne prétende pas au bénéfice. Cela mettrait fin à l'existence de Swisscom en tant qu'entreprise cotée en Bourse, car une société anonyme profite du fait que l'actionnaire mette du capital à disposition de l'entreprise contre une participation au bénéfice de l'entreprise. Dans le cas de Swisscom, cela équivaut aujourd'hui à une valeur boursière de plus de CHF 25 mia. Sans bénéfice, aucuns investissements ni innovations ne sont réalisés sur ce marché internationalisé. Ou alors elle interdit les subventions croisées bien que ce soient justement celles-ci qui rendent possible le service public, à savoir des prestations identiques au même prix dans tout le pays. Et finalement, les initiateurs parlent avant tout du salaire du CEO – mais l'article constitutionnel parle de manière généralisée de tous les salaires qui ne doivent pas dépasser ceux de l'administration fédérale.


Links:

Pro et Contra

 

Contact

Avez-vous des questions à notre rédaction? Prenez contact avec nous.


Infrastructure


piazzetta

Nous vous tenons au courant des derniers développements par e-mail, quatre fois par an.