Méta navigation

Communiqué de presse

La mauvaise conjoncture économique entraînera des suppressions de postes chez Swisscom en 2004

23 octobre 2003

Pour des raisons structurelles, Swisscom ne peut pas se développer en Suisse. De plus, l'entreprise doit faire face à une baisse des prix alors que les besoins en investissements restent élevés. Pour réagir à la forte pression que cette situation exerce sur les coûts, l'entreprise prend des mesures pour améliorer son efficience ; ces mesures comprennent entre autres une réduction des effectifs. En effet, pour assurer sa compétitivité et sa pérennité, Swisscom est obligée d'exploiter toutes les possibilités d'économie.

Rationalisations et baisse des volumes de travail


Swisscom Fixnet poursuivra en 2004 les rationalisations engagées depuis plusieurs années déjà. Chez Swisscom IT Services et SIMAG, il est devenu nécessaire de réduire les effectifs en raison de la morosité persistante du marché informatique et de la baisse de la demande de prestations internes. En effet, l'évolution des technologies et la limitation des perspectives de croissance du groupe Swisscom, principalement due à la régulation, entraînent une baisse de la demande de locaux et des volumes de travail.

Swisscom mettra tout en oeuvre pour que le nombre de personnes touchées par des suppressions de postes soit aussi faible que possible, notamment en exploitant les fluctuations naturelles, en pourvoyant en interne les postes vacants et en négociant prochainement de nouveaux modèles de temps de travail avec les partenaires sociaux. Les personnes touchées par la réduction des effectifs bénéficieront des prestations très généreuses du plan social de l'entreprise, qui a été reconduit pour deux ans en accord avec les partenaires sociaux. Les répercussions régionales des mesures ne pourront pas être chiffrées dans leur ensemble avant le premier trimestre 2004.

Swisscom estime que l'adaptation de ses processus de fonctionnement, qui est en cours depuis plusieurs années, reste toujours une tâche importante pour elle. Selon les estimations actuelles, Swisscom ne pourra pratiquement pas développer ses ventes en Suisse au cours des prochaines années. Il lui faudra donc continuer à améliorer son efficience. C'est en effet le seul moyen pour Swisscom de rester en bonne santé et de procéder aux investissements nécessaires pour garantir sa pérennité. Dans ces conditions seulement, l'entreprise pourra continuer d'assurer, dans l'ensemble de la Suisse, des prestations de télécommunication et d'informatique de première qualité et un service public universel.

Amélioration de l'efficience chez Swisscom Fixnet et Bluewin


En 2004, Swisscom Fixnet supprimera 260 postes sur un total d'environ 7800. L'entreprise prend cette mesure pour faire face à la concurrence croissante, à la baisse de son chiffre d'affaires et aux conséquences de la régulation. Selon les prévisions, un tiers de cette réduction des effectifs aura lieu par le biais de fluctuations naturelles ou par des changements de postes au sein de l'entreprise. Les 260 suppressions de postes sont un chiffre net, qui comprend la création de 45 postes dans le domaine du suivi de la clientèle.

En raison du boom de l'ADSL et de la croissance réduite de ses autres activités, le fournisseur de services internet Bluewin devra revoir l'affectation de ses ressources. Bluewin restructurera les services internet supplémentaires, les portails et les services centraux afin de proposer une gamme plus compacte. La restructuration au sein de Bluewin entraînera la suppression d?environ 40 postes à plein temps sur un total de 340.

Face à la morosité du marché, Swisscom IT Services doit prendre une nouvelle orientation


Au cours des cinq années écoulées, les prix sur le marché suisse des télécommunications ont baissé d'un tiers environ. Cette pression se répercute sur la vente de prestations informatiques à l'intérieur du groupe Swisscom, contraignant Swisscom IT Services à réduire considérablement ses coûts. Malgré quelques succès, le marché développé hors du groupe depuis son démarrage début 2002 par cette filiale de Swisscom, qui emploie 2300 personnes à plein temps environ, n'a pas permis de compenser la baisse des ventes à l'intérieur du groupe. Cela est imputable à la morosité persistante du marché dans le secteur IT.

A partir du 1er janvier 2004, l'entreprise va donc prendre une nouvelle orientation et se recentrer sur les télécommunications, les services financiers et d'autres segments soigneusement sélectionnés. La clientèle existante hors de ces secteurs d'activité continuera de bénéficier des services de l'entreprise. Cette réorientation repose sur les axes suivants: le service au client, l'efficience, la compétence dans les secteurs d'activité retenus et l'amélioration de la compétitivité. En accord avec cette nouvelle stratégie, Swisscom IT Services modifiera son organisation: la direction passera de dix personnes actuellement, à six personnes.

La pression sur les coûts oblige Swisscom IT Services à réduire ses effectifs d'environ 300 postes à plein temps d'ici la fin 2004. L?entreprise estime qu'une partie des postes pourra être supprimée par le biais des fluctuations naturelles (départs volontaires, départs à la retraite). Grâce à des mesures comme le télétravail, le temps partiel, les forfaits de mobilité et les nouveaux modèles de temps de travail, il y aura moins de suppressions de postes qu'estimé initialement.

Baisse de la demande de locaux chez Swisscom Immeubles


SIMAG, la société de services de Swisscom spécialisée dans la gestion des biens fonciers et immobiliers d'entreprise (Corporate Real Estate and Facility Management), travaille principalement pour les sociétés du groupe Swisscom. Mais en raison de l'évolution des technologies et de l'adaptation permanente des structures au sein de Swisscom, les besoins des sociétés du groupe en surfaces et en services baissent fortement depuis des années. Cela entraîne une baisse du chiffre d'affaires, une réduction de l'offre et par là même des surcapacités en personnel. Pour assurer son avenir, SIMAG devra supprimer environ 55 postes sur un total actuel de quelque 400.

Un plan social bien développé qui a donné des résultats positifs


Tous les collaborateurs touchés par la réduction des effectifs chez Swisscom Fixnet, Swisscom IT Services, SIMAG et Bluewin bénéficieront du plan social de Swisscom. Très bien développé, ce plan a été négocié avec les partenaires sociaux au début de la libéralisation. Depuis 1998, Swisscom a investi plus de deux milliards de francs dans le plan social.

Innovant, le plan social repose sur trois piliers. Les personnes touchées par une suppression de poste bénéficient du suivi d'une filiale de Swisscom, PersPec Personal Perspectives SA, pour trouver une nouvelle orientation professionnelle, et Swisscom leur verse leur plein salaire pendant 12 à 18 mois. Sur les quelque 1900 personnes qui ont suivi ce programme à ce jour, 90% environ ont retrouvé un emploi. Les collaborateurs les plus âgés ont droit aux prestations de Worklink AG pour autant qu?ils remplissent certains critères: on leur propose des emplois temporaires jusqu'à 60 ans, âge auxquels ils prennent une retraite anticipée. Le dernier - et non moins important - pilier du plan social est le programme d'aide à la création d'entreprises « Co-Motion », qui accompagne les personnes souhaitant se mettre à leur compte. Depuis 1999, 200 créateurs et créatrices d'entreprise ont déjà bénéficié du soutien de ce programme.

En outre, il est possible de faire appel au Swisscom Venture Fund avant une réduction d'effectifs : ce fonds soutient les collaborateurs dans la reprise d'activités que Swisscom cesse de proposer (externalisation). Depuis sa création en 1998, le Swisscom Venture Fund a apporté son soutien à un total de 16 entreprises employant quelque 300 personnes.


Berne, le 23 octobre 2003

Kontakt

Swisscom AG
Media Relations
3050 Bern

media@swisscom.com