Méta navigation

Communiqué de presse

Dégroupage du dernier kilomètre: une centaine de centraux téléphoniques sont déjà utilisés par des concurrents

Berne, 27 novembre 2007

Les mesures de dégroupage du dernier kilomètre battent leur plein. Ainsi, à ce jour, 45 contrats ont été conclus avec des opérateurs concurrents, et 160 sites dans une centaine de centraux téléphoniques remis pour une co-utilisation (colocalisation). Les premiers sites sont en service depuis début juillet, et les premières offres pour les clients finals, reposant sur la nouvelle loi sur les télécommunications, existent déjà depuis cet été. Ces offres prévoient une baisse significative des tarifs, tant des services à large bande que de la téléphonie. Plus de 300 collaborateurs de Swisscom participent au projet de développement, de préparation et de mise en oeuvre des nouvelles offres réglementées, l'opérateur investissant à cet effet plus de CHF 60 millions.

La nouvelle loi sur les télécommunications (LTC) et les dispositions d'exécution qui s'y rattachent sont entrées en vigueur le 1er avril 2007, concrétisant la libéralisation du dernier kilomètre en Suisse. Depuis lors, Swisscom offre à ses concurrents, les autres opérateurs, cinq services d'accès réglementés, prescrits par la loi. Jusqu'ici, Swisscom a mené des négociations avec une trentaine d'opérateurs, aboutissant à la signature de 45 contrats avec 20 entreprises, sous réserve des prix pour certains d'entre eux. D'autres contrats sont en passe d'être conclus.

 

Démarrage en juillet - déjà 160 sites de colocalisation remis

L'offre qui connaît la plus forte demande est la co-utilisation de centraux téléphoniques (colocalisation). En effet, Swisscom a d'ores et déjà remis 160 sites, répartis dans une centaine de centraux téléphoniques, à la disposition d'autres opérateurs. La colocalisation permet à ces derniers d'exploiter leurs installations dans un central de raccordement de Swisscom. Ils peuvent utiliser l'infrastructure d'exploitation (local, surface, énergie, répartiteur, etc.) de Swisscom et proposer à leurs clients leurs propres produits et services, tels qu'un accès à haut débit. Les premiers sites de colocalisation sont en service depuis le mois de juillet déjà. Deux tiers environ des sites ont été aménagés dans les grands centres: Zurich, Bâle, Genève et Lausanne. Les autres se répartissent sur 12 autres villes (notamment Lucerne, Berne, Bienne et Bellinzone). Plus d'un million de raccordements d'abonnés sont joignables par l'intermédiaire des 160 sites de colocalisation. Par ailleurs, Swisscom propose à ses concurrents depuis des années déjà des offres de revente attrayantes, et désormais aussi un accès à haut débit DSL sans le raccordement fixe traditionnel qui s'y rattache (naked DSL).

 

Progrès des autres opérateurs - VTX montre la voie

Négociations contractuelles intensives, formations, investigations techniques et remises dans les centraux ont caractérisé la collaboration avec les autres opérateurs au cours des derniers mois. Le dégroupage du dernier kilomètre progresse dans toutes les régions de Suisse.

Le premier central a été dégroupé dès le 31 juillet dernier à Sion par la société VTX. Francis Cobbi, co-directeur de VTX, de déclarer: "Le développement avance très vite: à partir de la fin de l'année, plus de 20% de nos clients pourront déjà bénéficier des nouvelles offres. Premiers sur le créneau, nous avons dû essuyer les plâtres. En effet, les centraux n'étaient pas suffisamment préparés, ce qui nous a fait perdre du temps. Mais grâce au dialogue permanent avec Swisscom, la situation s'est améliorée et nous atteindrons notre objectif, à savoir une couverture de 50% d'ici à la mi-2008. Nous considérons néanmoins que le tarif du service d'accès est trop élevé et attendons que le régulateur intervienne en notre faveur."

 

Swisscom travaille d'arrache-pied à la mise en oeuvre de la loi sur les télécommunications

Plus de 300 collaborateurs de Swisscom participent au projet de développement, de préparation et de mise en oeuvre des nouvelles offres réglementées, l'opérateur investissant à cet effet plus de CHF 60 millions. Cet engagement a permis la remise du premier central à peine trois mois après l'entrée en vigueur de la nouvelle loi sur les télécommunications.

En matière de dégroupage, la loi sur les télécommunications prescrit l'utilisation de la méthode LRIC (long run incremental costs) pour calculer les tarifs facturés aux concurrents pour l'utilisation. Pour définir ces coûts, la méthode LRIC prend en considération les coûts hypothétiques qu'un fournisseur performant devrait encourir pour mettre en place et exploiter une infrastructure comparable. Cette méthode tient compte de la concurrence en matière d'infrastructure qui règne en Suisse et vise à permettre à d'autres opérateurs d'effectuer des investissements efficaces.

Contact

Swisscom AG
Media Relations
3050 Bern

media@swisscom.com