Méta navigation

Tournant énergétique et TIC

Le groupement interprofessionnel asut à propos de la stratégie énergétique 2050

Les technologies de l’information et de la communication (TIC) «peuvent apporter une contribution clé» lors de la réalisation de la stratégie énergétique 2050 de la Confédération, constate l’asut dans une prise de position. Néanmoins, un «environnement réglementaire approprié» promouvant la concurrence, l’innovation et la sécurité des investissements en est la condition préalable. Le groupement interprofessionnel identifie un fort potentiel de réduction de la consommation d’énergie dans les secteurs énergie, efficacité thermique/énergétique et mobilité. A l’échelle mondiale, l’utilisation des TIC pourrait aider à économiser en tout cinq fois plus de CO2 que ce que la branche des TIC, énergivore, occasionne elle-même.

  • Dans le domaine de l’énergie, l’asut retient que l’augmentation de la part de la production représentée par les énergies renouvelables entraînerait une volatilité accrue sur le réseau électrique. Or cette énergie «produite de façon irrégulière» ne peut être utilisée de façon pertinente sur le plan économique que par un pilotage intelligent de la production, du stockage, du transport, de la distribution et de la consommation.
  • Selon l’asut, une mise en réseau intelligente des consommateurs joue à l’avenir un rôle central pour accroître encore davantage l’efficacité énergétique.
  • Enfin et en ce qui concerne la mobilité, le groupement interprofessionnel insiste sur l’importance des réunions virtuelles pour réduire les émissions de CO2 et sur la signification des télécommunications pour permettre des modèles de travail flexibles (travail mobile, télétravail).

L’asut se réfère également à l’étude Smart 2020 du Climate Group. Ce travail conclut qu’il est possible d’économiser cinq fois plus de tonnes de CO2 dans le monde entier que ce que le secteur des TIC, énergivore, occasionne lui-même.