Méta navigation

Un au revoir au musée


Un au revoir au musée

Démantelés et réaffectés, les publiphones racontent leur histoire au Musée de la communication


Le publiphone fera bientôt partie de l'histoire: bon nombre des 4359 dernières cabines téléphoniques ont pu et peuvent être affectées à une nouvelle utilisation: elles sont par exemple transformées en bibliothèques ou en sites pour défibrillateur. Découvrez l'époque de la cabine téléphonique et de ses contemporains, comme le téléphone à cadran, la Taxcard, et bien d'autres encore, dans la nouvelle exposition permanente du Musée de la communication.


Le publiphone fait partie d'une autre époque et est progressivement rayé du paysage national. Bientôt, toutes les cabines téléphoniques disparaîtront de notre quotidien. Leur popularité a toutefois commencé à décliner bien avant que le service universel cesse d'exiger la présence de téléphones publics dans chaque commune: le volume de communication par leur intermédiaire a en effet baissé de 95% entre 2004 et 2016. L'omniprésence du téléphone portable avait rendu le passage par les cabines de verre inutile. Et dans les lieux où les portables ne sont pas autorisés, Swisscom recommande une solution de remplacement. Lorsque les publiphones sont repris par la commune ou une association qui les entretiendra à l'avenir, certains servent de bibliothèques ou de sites pour défibrillateur.

Chaque cabine téléphonique a son histoire et toutes les personnes de plus de 40 ans ont une histoire à raconter sur le publiphone. Maintenant que le démantèlement arrive dans sa phase finale, les souvenirs des appels durant le service militaire ou à son chéri en Suisse alémanique font définitivement partie de l'histoire. A l'instar de la téléphonie analogique en général, du fax ou du télégramme, les publiphones appartiennent désormais à une autre époque. Le Musée de la communication prend soin de ces témoins du passé et les rend accessibles au grand public dans une nouvelle exposition permanente. Au premier semestre, suite à la réouverture du Musée, plus de 50 000 visiteurs ont déjà découvert l'univers de la communication d'hier.