Interview d'expert Thomas Gfeller



Interview d'expert

«Déplacer l'infrastructure IT vers le cloud est devenu facile»


Thomas Gfeller, responsable Swisscom de la gestion de produit pour les offres cloud, connaît les conditions précises du déplacement de l'infrastructure IT vers le cloud et sait pourquoi dans une économie numérisée aucune entreprise ne peut plus se passer des services cloud.

 

Pourquoi une entreprise doit-elle aujourd'hui miser sur le cloud pour son infrastructure IT?

Thomas Gfeller: La raison principale: les exigences à l'égard des entreprises en matière d'agilité augmentent très rapidement. Les attentes des clients grandissent et changent sans arrêt, et le métier évolue de plus en plus vite. De nouveaux modèles commerciaux sont nécessaires. Seule la numérisation et l'automatisation des processus permettent d'y répondre. L'informatique est de plus en plus importante et doit suivre les exigences commerciales malgré des effectifs souvent en baisse. La flexibilité, l'évolutivité et la fiabilité du cloud constituent la base optimale, voire indispensable, d'une numérisation complète.

 

Déplacer l'infrastructure IT vers le cloud n'est-il pas très compliqué?

TG: La transition vers une infrastructure IT basée sur le cloud est devenue facile à condition que les logiciels soient adaptés à une utilisation par cloud et que les bases de l'infrastructure IT soient déjà virtualisées. Il existe de nombreux outils facilitant la migration. Lorsque des mainframes et autres systèmes hérités sont encore utilisés, c'est plus difficile. Dans ces cas-là, une approche hybride est recommandée. Le cloud est globalement arrivé à maturité. Les services sur cloud fonctionnent de manière stable, la sécurité des données et la confidentialité sont garanties. Ça marche. Ou en tout cas, quand on fait confiance au bon fournisseur. Cela est confirmé par le fait que des entreprises de renom ont déjà déplacé la totalité de leur infrastructure IT vers le cloud et en sont très satisfaites.

 

«Les services sur cloud fonctionnent de manière stable, la sécurité des données et la confidentialité sont garanties.»


Le transfert est-il également intéressant financièrement?

TG: Les investissements en infrastructures, les coûts d'exploitation courants, les coûts de certification, la mise à disposition de capacités supplémentaires pour les changements de version et les environnements de test: avec le cloud, tout cela est assumé par le fournisseur. Cela laisse plus de temps aux collaborateurs IT pour s'occuper des aspects commerciaux au lieu de consacrer leur énergie à l'infrastructure et à l'exploitation. Après calcul (TCO), le cloud se révèle être moins cher et moins risqué.

 

Y a-t-il une tendance vers plus d'externalisations vers le cloud?

TG: Les Public Cloud Services gagnent en importance, de même que le Virtual Private Cloud et l'Hybrid Cloud. De plus en plus d'entreprises réalisent que garder toute l'infrastructure IT en interne n'a pas de sens. Selon l'Experton Group, le marché Infastructure-as-a-Service (Iaas) croît de 37% par an en Suisse. Chez Swisscom, la demande augmente encore beaucoup plus rapidement.

 

Quels sont les services cloud actuellement proposés par Swisscom?

TG: Nous proposons un grand nombre de variantes différentes allant du IaaS au SaaS. Les services IaaS du Public Cloud sont sur le marché depuis longtemps sous l'appellation «Dynamic Computing Services» (DCS). L'offre PaaS «Application Cloud» s'y est ajoutée à l'automne 2015. Ce sont nos principaux services, qui comptent aujourd'hui près de mille clients et partenaires. Nous réalisons également des projets sur des modèles Private IaaS et Private PaaS, par exemple pour SRG et Swiss Re. Dans le secteur du SaaS, je dois évoquer notre solution de sauvegarde et de collaboration Storebox, Dynamics CRM et Docsafe.

 

 

Quelle est la structure technique du Swisscom Cloud?

TG: Lorsque quelqu'un décide de nous transférer l'insfrastructure IT, c'est-à-dire le cœur de son entreprise, les facteurs essentiels sont la robustesse, la stabilité et la fiabilité. Nous choisissons donc pour nos services d'infrastructure des fournisseurs solidement établis et pratiquons une approche «Best of Breed». Pour l'Application Cloud, l'innovation est essentielle. Nous misons pour cela sur diverses solutions open source, avons un partenariat étroit avec Cloud Foundry et sommes présents à la source des derniers développements grâce à notre implantation dans la Silicon Valley. La sécurité et la confidentialité des données sont tout aussi importantes. Dans ce domaine, nous pouvons mettre en avant nos quatre centres de calcul en Suisse. 70% des entreprises suisses souhaitent que leurs données soient exclusivement conservées en Suisse.

 

Swisscom a récemment annoncé «Dynamic Database» pour le cloud. De quoi s'agit-il?

TG: C'est une véritable nouveauté sur le marché du cloud. Il n'existe quasiment aucun fournisseur permettant l'accès aux bases de données Oracle sur le cloud. La politique Oracle en matière de licence rend difficile de donner en licence les bases de données Oracle sur des plateformes Shared à coût raisonnable. Swisscom a conclu un accord spécial avec Oracle lui permettant de mettre à disposition des bases de données Oracle dans environnement virtuel de manière dynamique. Dynamic Database fonctionne de manière similaire aux Dynamic Computing Services: Le client indique la taille de son choix sur le portail web et reçoit rapidement sa base de données. La particularité est l'infrastructure Shared. Elle nous permet d'offrir ce service de manière dynamique et économique. Les clients peuvent ainsi utiliser Dynamic Database pour une installation de test provisoire sans devoir réaliser des investissements matériels importants.

 

«Les Public Cloud Services gagnent en importance, de même que le Virtual Private Cloud et l'Hybrid Cloud.»


Des nouveautés sont également annoncées continuellement pour Application Cloud...

TG: C'est exact car c'est un domaine où la technique évolue particulièrement vite. Depuis quelques mois, nous proposons le service de monitoring et de reporting ELK. Depuis mai, l'Application Cloud supporte également les conteneurs Docker sur la base de l'environnement runtime Diego. Dernière nouveauté: la base de données In-Memory Redis est désormais disponible dans sa variante Entreprise. Et nous sommes le premier fournisseur PaaS au monde à proposer MongoDB- et RabbitMQ Enterprise.


Thomas Gfeller

En tant que Head of Product Management de Swisscom, Thomas Gfeller est responsable des solutions cloud pour le segment de la clientèle commerciale. Il est titulaire d’un diplôme d’ingénieur en électrotechnique ainsi que d’un MBA anglophone acquis à l’étranger. Il dispose de 15 années d’expérience dans le secteur des TIC, dans lequel il a exercé les fonctions les plus variées: comme chef de projet télécommunications, IT Business Consultant, IT Sourcing Advisor et Manager Produit Cloud Services. Pendant ses loisirs, il part de préférence en randonnée ou en voyage avec sa famille.

Actualité

Le cloud comme accélérateur de votre transformation numérique: 5 recommandations (PDF)

Télécharger



Cela pourrait aussi vous intéresser

Informatique agile depuis le Cloud

Les solutions basées sur le Cloud rendent votre informatique plus efficace et plus agile. Les prestations flexibles du Cloud vous ouvrent de nouvelles perspectives d’innovation insoupçonnées.

Swisscom Developer Portal

Swisscom Developer Portal En savoir plus sur l'Application Cloud sur le Swisscom Developer Portal: descriptions détaillées de l'ensemble des services disponibles, les prix et les dernières nouveautés de la communauté de développeurs.

Une introduction gratuite au thème du cloud pour votre entreprise

Nous vous présenterons nos solutions dans le cloud, nous ferons une démonstration en direct de l'utilisation d'un Data Center et nous vous présenterons les possibilités d'application pour votre entreprise.