Méta navigation

Méthodes d’innovation numériques





Reportage en direct de l’Impact Hub

Pas de hasard: l’expérience rencontre créativité


Les nouvelles idées et leur bonne commercialisation sont vitales. Pour qu’elles ne soient pas que le fruit du hasard, Swisscom travaille en étroite collaboration avec le centre d’innovation Impact Hub de Zurich. Une visite au cours d’un atelier permet de se rendre compte du fonctionnement.


Hugo Vuyk




L’importance de Zurich comme nœud de communication est difficilement plus palpable qu’ici: à quelques encablures de la gare de Hardbrücke, au bord des voies ferrées de la gare centrale. Au-dessus du toit d’Impact Hub, les trains passent bruyamment sur le viaduc d’Aussersihler. Mais cela n’affecte pas la créativité des visiteurs, plongés dans leurs discussions ou sur leur ordinateur portable.


Les nouvelles idées commerciales au banc d’essai

Tel fut le cas, ce jeudi 13 août. Devant l’entrée, à 10 heures, Johanna Stephan, Program Manager, accueille neuf jeunes entrepreneurs. Ils ont soumis des idées de start-up lors du concours Fellowship ICT4good, soutenu par Swisscom. Johanna explique le déroulement de la journée. En anglais, car certains viennent d’arriver en Suisse, tandis que d’autres sont de Suisse romande.

Pendant ce temps, huit Swisscom Managers se concentrent sur des dossiers en prenant des notes. Ils participent à un atelier sur le renforcement du leadership. Aujourd’hui, les chemins des cadres et des jeunes entrepreneurs se croisent. Les premiers s’approprient les idées des seconds afin de les présenter en «Reverse Pitching». Une situation gagnant-gagnant pour les deux parties, comme l’explique Michel Bachmann, responsable de la réunion: «Cette tâche oblige les dirigeants à passer du mode critique répandu au mode solution, tandis que les jeunes entrepreneurs voient leur idée d’activité sous un autre angle.»




1/5 Reverse Pitching: une heure de préparation, 5 minutes de présentation pour présenter l’idée d’une start-up et convaincre l’assemblée. Après les questions de compréhension, débriefing: qu’est-ce qui a plu à qui, qu’est-ce qu’on aurait aimé entendre. «Il est important de ne pas associer la partie feed-back au mot ‹mais›, sinon les compliments perdent de suite leur valeur», explique Michel Bachmann.

2/5 Chaque Swisscom Manager a présenté les idées des participants du Fellowship ICT4good à sa façon. Le story-telling fut un moyen apprécié d’introduire le sujet.

3/5 Avec son idée de start-up «Movit», Laura Mählmann souhaite aider les personnes qui ont une activité physique insuffisante ou qui souffrent de douleurs chroniques. Son impression du Reverse Pitching: «Cela élargit l’horizon d’entendre son idée exprimée par quelqu’un d’autre. J’ai beaucoup apprécié les idées de commercialisation de l’appli, via les caisses d’assurance-maladie par exemple.»

4/5 A l’aide d’un microscope à un dollar et de la numérisation d’image, Flavio Trolese souhaite donner accès à un premier diagnostic aux habitants des pays pauvres et aux touristes. «J’ai trouvé étrange de voir notre idée présentée d’une façon différente de la nôtre. Au final, on se sent honoré par la présentation. Et l’histoire imaginée par le Manager a donné une nouvelle qualité à l’idée.»

5/5 Eva Lüthi, cadre chez Swisscom, se prépare au Reverse Pitch. Son avis, le lendemain: «C’est une très bonne expérience. On apprend à présenter un nouveau sujet en peu de temps et à s’approprier une idée. C’était intéressant de remarquer que je suis restée attachée à l’idée du jeune entrepreneur tout au long de la journée.»

1/5 Reverse Pitching: une heure de préparation, 5 minutes de présentation pour présenter l’idée d’une start-up et convaincre l’assemblée. Après les questions de compréhension, débriefing: qu’est-ce qui a plu à qui, qu’est-ce qu’on aurait aimé entendre. «Il est important de ne pas associer la partie feed-back au mot ‹mais›, sinon les compliments perdent de suite leur valeur», explique Michel Bachmann.

De l’outil au transfert

Le lendemain, les cadres de Swisscom se frottent à un autre outil: le Rapid Prototyping. Lego, figurines, tirelires, pièces, pâte à modeler et marshmallows couvrent la table. Le premier groupe doit construire un blog à partir de ces éléments. Le deuxième, indiquer comment il peut convaincre la direction du groupe de débloquer des fonds pour de nouveaux projets. Michel Bachmann explique la méthode: «Le Rapid Prototyping est une méthode ludique de visualisation de projets. Le point central n’est pas le bricolage, mais le processus.» Le grand thème, ce ne sont donc pas les méthodes en elles-mêmes, mais le transfert des idées au sein de Swisscom.


1/5 Parfois, de l’extérieur, on ne voit que quelques aspects d’une entreprise, le reste étant caché derrière un mur. Un blog doit permettre de se faire une meilleure idée de l’entreprise.

2/5 Il manque un élément sur la table? Il suffit de sortir les œufs du réfrigérateur et de les reconvertir.

3/5 Pour Christian Schwarzer (chemise rose), Swisscom Manager, le Rapid Prototyping n’est pas nouveau: «Au début, on peut avoir l’impression de retourner à la maternelle, mais la méthode fonctionne étonnamment bien. La discussion est importante.» Avec un clignement d’œil, il ajoute: «Ce que je ne m’explique pas, c’est comment la moitié des marshmallows a disparu de notre table sans laisser de traces.»

4/5 Les bonnes méthodes fonctionnent avec des outils très simples, même quand on évolue dans l’univers du high-tech. Post-it, feutres ou briques de construction font avancer les Swisscom Managers et autres clients de l’Impact Hub.

5/5 Michel Bachmann, co-fondateur et Creative Director d’Impact Hub à Zurich, a conduit l’atelier avec décontraction et efficacité. L’Impact Hub Zurich, rattaché à un réseau mondial, veut booster le leadership et l’innovation. En d’autres termes: «Nous voulons donner un coup de pouce au hasard.»

1/5 Parfois, de l’extérieur, on ne voit que quelques aspects d’une entreprise, le reste étant caché derrière un mur. Un blog doit permettre de se faire une meilleure idée de l’entreprise.


Pour les dirigeants de Swisscom de l’équipe innovation, le travail avec l’atelier au Impact Hub Zurich, soutenu par Swisscom, n’est pas terminé. Le gros du travail est à venir: trois mois pour le Transfer Prototyping. Et le concours Fellowship ICT4good se poursuit encore sur les douze mois suivants, jusqu’à ce que le gagnant fasse sa présentation finale en août 2016.



Ici, Swisscom fait avancer l’innovation


Swisscom Business Campus Zürich


Quelles opportunités la numérisation offre-t-elle à votre entreprise? Cette question sera abordée lors du Swisscom Business Campus. Au sein de workshops de co-création, vous élaborerez avec nos experts votre modèle commercial de demain.

Plus d'informations


Impact Hub Zürich


À l’Impact Hub Zurich, plus de 300 entrepreneurs, innovateurs et entrepreneurs sociaux utilisent des salles de travail inspirantes situées en plein cœur de la ville. En plus des opportunités de networking, les start-ups bénéficient de nombreux événements instructifs et de programmes de formation.

Plus d'informations


La Werkstadt Biel


Dans les étages supérieurs, les teams de projet de différentes entreprises travaillent ensemble de manière intense et sur de longues périodes en suivant la philosophie et les méthodes du Human Centered Design. Au rez-de-chaussée, nous offrons aux entreprises, cadres, entrepreneurs, étudiants et autres esprits créatifs un aperçu des méthodes du Human Centered Design.

Plus d'informations


Digital Lab, EPFL de Lausanne


Le centre de compétences dédié à la numérisation, situé sur le campus de l’EPFL, est né d’un partenariat stratégique entre Swisscom et l’EPFL. Le Lab réunit dans un espace collaboratif un ensemble de technologies, compétences et méthodes avec la recherche de l’EPFL, afin de promouvoir la transformation numérique des clients Swisscom.

Plus d'informations




En savoir plus sur ce thèmes