Méta navigation

Dossier électronique du patient

Débat 

Un face à face sur le DEP


Cette année et l’année suivante seront marquées par le passage au dossier électronique du patient (DEP). Ce projet n’enchante pas forcément tout le monde. Le médecin Yvonne Gilli et la représentante des consommateurs Babette Sigg se livrent à une joute verbale.


Texte: Roger Welti, Images: santemedia.ch,




Le gong retentit. Début du premier round.

Round 1 – Pourquoi les généralistes cherchent-ils à freiner la mise en place du DEP?

Gilli:

Les médecins sont critiques envers la numérisation. Gonfler l’administration électronique n’aide ni les médecins ni les patients. Nous ne savons pas encore si le DEP pourra tenir ses promesses. Aidera-t-il réellement lors des décisions médicales? Réduira-t-il vraiment le nombre d’erreurs médicales? Nous voulons juste éviter un surplus de bureaucratie.


Sigg:

Je peux déjà vous dire une chose: sans la participation des médecins, le DEP ne pourra être un succès. Le double aspect volontaire n’aurait jamais dû être inscrit dans la loi relative au DEP. Ce n’est pas ce que le créateur avait envisagé et cela constitue le plus gros obstacle à la mise en place du DEP.

Le gong retentit à nouveau. Petit moment de répit. Début du deuxième round.



Babette Sigg, présidente du forum suisse des consommateurs



Round 2 – L’argent pourrait-il faire changer d’avis les généralistes?

Gilli:

On reproche sans cesse aux médecins qu’ils ne pensent qu’à l’argent. Le fait est que, pour les médecins résidents, les coûts du DEP ne sont pas compensés. C’est ce que les politiques voulaient. Un prestataire de santé dans le secteur ambulatoire ne peut pas se permettre un tel investissement. Aucun pays au monde ne pourrait mettre en place une numérisation des cabinets médicaux sans un financement public.


Sigg:

Bien sûr que les médecins sont importants dans le contexte du DEP. Mais il nous faut maintenant mettre au centre les intérêts des patients. Ils ont énormément à gagner du DEP. Nous avons enfin tous nos documents médicaux importants sur nous, à tout instant.

Pause. Aucun des adversaires ne montre de signe de fatigue. Le gong annonce le troisième round.


Round 3 – Qui a la responsabilité des informations du DEP?

Sigg:

C’est nous, les patients, qui avons la «responsabilité rédactionnelle» de notre DEP. Il est cependant indéniable que les patients ne saisissent pas totalement l’utilité concrète de beaucoup de documents. Le but du DEP n’est pas non plus de le rendre compréhensible par le patient. Mais le fait que je ne puisse pas aujourd’hui avoir accès à mon historique médical est intolérable. Je suis majeure et je veux savoir quelles informations médicales sont disponibles à mon sujet et être en mesure de les échanger.


Gilli:

Au final, c’est aux médecins qu’incombe la responsabilité scientifique – aujourd’hui comme à l’avenir. Aujourd’hui déjà, je transmets des informations sur des patients à d’autres médecins selon mon meilleur jugement. Dans le contexte du DEP, il est nécessaire de clarifier ce que sont les «résultats médicaux importants».



Dr méd. Yvonne Gilli, spécialiste FMH en médecine interne générale



Dernière pause avant le round final. Une petite gorgée. Et c’est parti.


Round 4 – Comment rallier la population au DEP?

Gilli:

Le DEP doit apporter une utilité convaincante pour tous – que ce soit pour les médecins ou les patients. L’objectif du DEP, disposer des bonnes informations au bon moment au bon endroit, est déjà convaincant en soi.


Sigg:

L’utilité est une chose. Mais un accès facilité est également un facteur décisif. Où rencontrons-nous régulièrement des spécialistes de la santé – même sans être très malade? Dans les pharmacies! C’est là que je devrais pouvoir ouvrir mon DEP. Je suis convaincue que les consommatrices seraient aussi prêtes à payer pour un tel service.

Gong final. C’est un match nul. Applaudissements du public pour nos deux adversaires.


Remarques de la rédaction:

Cet article se base sur une réelle joute verbale entre Yvonne Gilli et Babette Sigg dans le cadre du «Schlagaustausch im Ring» à Berne.


Les adversaires


Dr méd. Yvonne Gilli, spécialiste FMH en médecine interne générale Membre du Conseil national et de la Commission de la santé de 2007 à 2015. Depuis 2016, Gilli est membre du Comité central de la FMH et est en charge de la numérisation et de l’eHealth.

Babette Sigg est présidente du forum des consommateurs suisse (FC), la seule organisation de consommateurs libérale. Cette designer de mode professionnelle était conseillère municipale à Kloten et est à la tête des Femmes PDC Suisse depuis 2009.




Newsletter

Abonnez-vous à la newsletter pour suivre les tendances, les actualités de la branche et les benchmarks.





En savoir plus sur ce thème




Digital Health Check


Votre établissement de santé est-il prêt pour la transformation numérique?