Méta navigation

Numérisation et évolution des coûts

Coûts de la santé 

Le numérique est-il automatiquement moins cher?


La numérisation favorise-t-elle l’efficience dans le système de santé et la diminution des coûts? Le surveillant des prix, le forum des consommateurs et les assureurs-maladie ne sont pas unanimes.


Texte: Roger Welti,




D’après les prévisions du Centre de recherche conjoncturelle (KOF) de l’EPF Zurich, les perspectives sont tout sauf réjouissantes: en 2018, les coûts de la santé devraient augmenter de 3,8% par rapport à l’année précédente, pour un total proche des 84 milliards de francs. On dépasse pour la première fois le seuil des 10’000 francs par personne et par an.

Pour les acteurs du système de santé, la numérisation et les gains d’efficience qui en découlent devraient se répercuter positivement sur l’évolution des coûts. En moyenne, il serait par exemple possible d’économiser 40 minutes si les formalités d’admission et de sortie des patients étaient traitées par voie numérique au lieu du fax, des courriers et du téléphone. Près de 100 millions de francs seraient ainsi économisés dans toute la Suisse selon une étude de la société de conseil aux entreprises PwC. La formule peut se résumer ainsi: numérisation = davantage d’efficience = diminution des coûts. Mais est-ce si simple?


Le surveillant des prix Stefan Meierhans

Le surveillant des prix Stefan Meierhans


Potentiel d’efficience indéniable

Une problématique qui préoccupe évidemment le surveillant des prix Stefan Meierhans: «La numérisation améliore les techniques chirurgicales, accélère le développement de la médecine personnalisée et recèle un grand potentiel en matière de prévention basée sur la masse de données stockées sur les appareils électroniques comme les smartphones, montres connectées et autres dispositifs». Il pense aussi que la prise en charge intégrée améliorera l’organisation grâce aux outils numériques. Même si l’association d’assureurs-maladie curafutura met en garde contre des attentes excessives, «le potentiel de numérisation du système de santé demeure indéniable» pour son directeur Pius Zängerle.

La numérisation présente donc des avantages, et pas seulement du point de vue du surveillant des prix et de l’association d’assureurs-maladie. D’après une étude parue au début de l’année 2018, 76% de la population suisse espèrent que le dossier électronique du patient (DEP) permettra d’éviter des démarches et des traitements inutiles. Pour Babette Sigg, présidente du forum suisse des consommateurs, cet espoir est manifeste: «Notre enquête annuelle montre que les coûts de la santé représentent la préoccupation première des consommateurs». Il convient donc d’explorer toutes les pistes susceptibles de diminuer les coûts, numérisation comprise. «Nous devrions mettre nos doutes quelque peu de côté et oser aller de l’avant».


La représentante du forum des consommateurs Babette Sigg

La représentante du forum des consommateurs Babette Sigg


Des coûts carrément plus élevés?

L’espoir d’améliorer l’efficience dans la santé grâce à la numérisation s’avère donc pleinement justifié, mais cette dernière n’implique pas forcément une diminution automatique des coûts. Le surveillant des prix Stefan Meierhans craint que «les techniques numériques et la grande variété de nouvelles formes de traitement qui en découle accélèrent encore la croissance des coûts». Il serait possible de compenser ce phénomène en fixant des valeurs cibles globales pour la croissance annuelle des coûts de la santé, par exemple sur la base du renchérissement des salaires ou de l’évolution conjoncturelle.

Chez curafutura, on ne pense pas que la numérisation entraînera une augmentation des traitements et, partant, une nouvelle hausse des coûts. Pius Zängerle en est persuadé: «Ce qui compte aujourd’hui comme demain, c’est l’efficacité, l’utilité et la rentabilité.»


Pius Zängerle de l’association d’assureurs-maladie

Pius Zängerle de l’association d’assureurs-maladie


Davantage de données, davantage de responsabilité personnelle?

Dès 2020, le DEP permettra aux citoyens et aux praticiens d’accéder aux informations de santé importantes. Il est censé empêcher les doublons et améliorer la qualité des traitements. Pour Stefan Meierhans, «le DEP est une condition essentielle à la mise en place des systèmes de prise en charge intégrés». Quant à Babette Sigg, elle se réjouit: «Comme tous les patients, je pourrai enfin accéder à mes données de santé et les transmettre à qui bon me semble». Le DEP devrait éviter des examens inutiles et mettre fin à la relation de dépendance des patients envers le corps médical. La convivialité des solutions numériques constitue un critère décisif, selon la représentante des consommateurs. «Leur utilisation doit être commode et m’apporter un maximum d’avantages.»

Ces nouvelles possibilités impliquent toutefois de nouvelles responsabilités pour le citoyen. Pour Pius Zängerle de l’association d’assureurs-maladie, «la responsabilité personnelle est un élément important qui exerce une grande influence sur l’évolution des primes». Comme le souligne le surveillant des prix, «plus les assurés pourront s’informer sur leur propre état de santé et les possibilités en matière de prévention grâce à la numérisation, plus ils feront preuve de responsabilité en ce qui concerne leur santé et les coûts de la santé en général». Des patients mieux informés peuvent cependant aussi faire pression sur les médecins pour obtenir certains traitements dont seul le corps médical avait connaissance par le passé, et contribuer à la hausse des coûts.

Aux yeux de Babette Sigg, une meilleure transparence en lien avec les informations sur la santé personnelle représente surtout une belle opportunité: «Les personnes qui prennent soin de leur santé peuvent le prouver avec leurs données personnelles et réclamer des primes maladie moins élevées par exemple». Une initiative qui servirait les intérêts des consommateurs et de la société pour la représentante du forum des consommateurs: «Il serait logique et légitime de devoir fournir une preuve et certaines données pour obtenir un tel rabais».




Newsletter

Abonnez-vous à la newsletter pour suivre les tendances, les actualités de la branche et les benchmarks.





En savoir plus sur ce thème




Digital Health Check


Votre établissement de santé est-il prêt pour la transformation numérique?