Interview avec Bertrand Piccard et Anton Gunzinger

«Le cleantech transforme notre système énergétique»

Le scientifique Bertrand Piccard, connu pour son projet «Solar Impulse», et Anton Gunzinger, professeur à l’EPFZ et entrepreneur, se sont exprimés sur le cleantech et les énergies vertes à l’évènement de Swisscom consacré au développement durable. Chroniques s’est entretenu avec eux.

Andreas Turner (interview), Daniel Brühlmann (photos), 9 décembre 2016

Monsieur Piccard, Monsieur Gunzinger, qu’est-ce qui vous a traversé l’esprit quand vous avez appris le rejet de l’initiative pour une sortie anticipée du nucléaire?

 

Bertrand Piccard: La Suisse a manqué sa chance de faire une avancée technologique dans un délai raisonnable. Si le souverain avait été plus courageux, cela nous aurait certes mis sous pression, mais quand on doit agir avec des ressources limitées, on réalise toujours de meilleures performances. L’esprit de pionnier naît à partir du moment où l’on quitte sa zone de confort. Jusqu’ici, tous les grands progrès de l’humanité ont été déclenchés par des crises. Si nous n’avions pas dû gérer des situations de crise, nous serions encore à l’âge de la pierre.

Anton Gunzinger: La Stratégie énergétique 2050 est en soi déjà trop modérée. Maintenant, elle va encore perdre de la dynamique. En plus, du point de vue économique, les conséquences de l’exploitation des centrales nucléaires atteindront rapidement un point critique. Chaque minute qui passe augmente les pertes occasionnées par ces réacteurs. Dans ce contexte, il n’est pas étonnant qu’Alpiq ait voulu céder Gösgen à la Confédération pour un franc.

 

 

Pour Bertrand Piccard, la Suisse a manqué une opportunité d'accélérer la transition énergétique.

 

 

Un avantage du nucléaire est qu’il ne contribue pas à l’effet de serre.


Piccard: Je ne suis pas dogmatiquement opposé à l’énergie nucléaire, mais nous l’utilisons aujourd’hui sur la base d’une technologie dépassée. Le MIT (Massachusetts Institute of Technology) à Boston a développé une méthode permettant d’utiliser les déchets nucléaires actuels comme matière première pour la production d’électricité. Les déchets engendrés par ce nouveau type de réacteurs ne sont plus que radioactifs pendant cent ans.
Gunzinger: D’ici à ce que les centrales nucléaires planifiées actuellement entrent en service, et ceci indépendamment de leur technologie, elles n’auront plus aucune chance d’être concurrentielles par rapport aux énergies renouvelables. En Europe, nous pourrions maintenant déjà arrêter toutes les centrales atomiques et à charbon. Les centrales à gaz et les centrales à accumulation par pompage arrivent déjà à combler la différence entre la production à partir des énergies renouvelables et la demande aux heures de pointe.

«Si Donald Trump veut vraiment rendre l’Amérique ‹great again›, il ne pourra pas se passer des énergies renouvelables et du cleantech.»

Bertrand Piccard, scientifique et aventurier

 

Les énergies renouvelables vont-elles gagner la course par elles-mêmes ou faudra-t-il que des politiciens nous montrent le chemin de l’avenir énergétique?

 

Gunzinger: Le cleantech est en mesure de transformer en profondeur le système énergétique. La Suisse va ressentir une pression gigantesque de l’étranger dans tous les domaines du cleantech. Soit nous acceptons de surfer sur cette vague ou nous disparaîtrons de ce secteur. Soit nos politiciens comprennent ce défi, soit pas. Le plus grand problème est que de telles chamboulements du paysage énergétique signifient également un nouveau partage du pouvoir. Et ceux qui veulent conserver leur pouvoir s’opposent naturellement à ces changements.
Piccard: Si nous considérons la politique énergétique actuelle, le projet «Solar Impulse» paraît avoir été une initiative insensée. Il y a tant de gens qui vivent dans le passé, dans un monde qui ne connaît pas encore les réponses, les solutions et les technologies disponibles aujourd’hui. Quelqu’un aux Etats-Unis m’a demandé si je souhaitais m’entretenir avec Donald Trump. S’il veut vraiment rendre l’Amérique «great again», il ne pourra pas se passer des énergies renouvelables et du cleantech. Car c’est le seul moyen d’obtenir la croissance qu’il recherche. En continuant d’offrir d’anciennes technologies et des produits dépassés, qui gaspillent l’énergie et sont nocifs pour l’environnement et coûteux, cela ne sera pas possible.

«Les propriétaires devraient alimenter leur maison aussi vite que possible avec des énergies renouvelables au lieu d’énergies fossiles.»

Anton Gunzinger, professeur à l'EPFZ et entrepreneur

 

Indépendamment de la politique, que pouvons-nous faire dans notre pays à titre individuel pour contribuer à un avenir énergétique durable?

 

Gunzinger: Les propriétaires devraient savoir ce qu’il faut faire, c’est-à-dire alimenter leur maison aussi vite que possible avec des énergies renouvelables au lieu d’énergies fossiles. La combinaison moderne d’une installation photovoltaïque avec des batteries est tellement puissante qu’elle va bouleverser notre approvisionnement énergétique. Dans un futur proche, on arrivera à un coût du kilowattheure de 3 centimes: un centime pour la production du courant solaire et deux centimes pour le stockage. Y a-t-il encore des questions?
Piccard: Il serait très facile de renoncer à 20 pour cent de l’énergie en ruban produite actuellement. Le principal problème n’étant pas tant la quantité d’énergie que nous consommons, mais plutôt à quel moment de la journée nous le faisons. Si le courant excédentaire est stocké dans des batteries, on peut l’utiliser pour couvrir les pointes de consommation. Nous n’avons plus besoin d’attendre, les solutions existent déjà.
Gunzinger: Ce qui est certain, c’est que la mutation du système énergétique va s’accélérer. Il suffit de songer aux smartphones. Il y a dix ans, personne n’en avait un, alors qu’aujourd’hui, tout le monde en est équipé. Ceux qui construisent ou rénovent une maison peuvent déjà s’offrir un toit solaire gratuitement puisque son coût n’est plus supérieur à celui d’un toit de tuiles conventionnel.

 

 

Le professeur de l'EPFZ Anton Gunzinger ne voit que des avantages dans l'utilisation des énergies renouvelables.

 

 

L’autonomie énergétique de son foyer serait donc déjà bientôt une réalité?


Gunzinger: C’est fort probable. Le prix des batteries a fortement chuté et les règles du jeu sont en train d’être redéfinies. Fondamentalement, les choses ont déjà complètement changé. Il semble néanmoins que la majorité de la population n’ait pas encore entièrement saisi les tenants et aboutissants de cette nouvelle réalité.
Piccard: Les gens se disent: j’ai tout ce qu’il faut, pourquoi est-ce que devrais changer quoi que ce soit? Et il se peut que nous ne réalisions aucun changement. Mais ce seront alors d’autres pays qui continueront de faire des progrès.

 

 

Monsieur Piccard, Solar Impulse appartient à l’histoire. Avez-vous un nouveau projet?


Piccard: Mon prochain projet se déroulera sur la terre ferme et non plus dans l’air. J’aimerais initier une alliance globale en faveur du cleantech. Il y a un nombre incroyable de start-up qui ont des solutions pour améliorer l’efficience énergétique, pour mieux utiliser les énergies renouvelables et pour soulager le climat. Un grand nombre de ces solutions sont totalement inconnues du grand public. Et cela ne changera pas tant qu’elles ne trouveront pas des appuis financiers. J’aimerais donner la possibilité à toutes ces entreprises de collaborer, de créer des synergies et ainsi leur permettre de trouver des investisseurs. Mon but est de montrer en moins de deux ans qu’il existe mille solutions permettant de faire avancer la transition énergétique et de stopper le changement climatique. Avec mille solutions, nous allons enfin gagner en crédibilité à une plus grande échelle.

 

 

Gunzinger (à gauche) et Piccard sont convaincus que la transition énergétique va s'accélérer.

 

 

 

Les deux orateurs

 

Bertrand Piccard (58 ans) est scientifique, psychiatre et aventurier. Il vient d’une famille de chercheurs. Son grand-père Auguste a été le premier explorateur de la stratosphère en ballon. Son père Jacques a plongé en sous-marin dans la fosse la plus profonde des océans. En 2016, Bertrand Piccard et son coéquipier André Borschberg ont accompli le tour du monde avec leur avion solaire «Solar Impulse».

Anton Gunzinger (60 ans) est ingénieur en électricité (EPFZ). En 1993, il a fondé l’entreprise Supercomputing Systems AG installée au Technopark de Zurich. Il est aussi chargé de cours à l’EPFZ. En 2015, il a publié le livre «Kraftwerk Schweiz, Plädoyer für eine Energiewende mit Zukunft».


 

Le développement durable chez Swisscom

 

Dans le cadre de sa stratégie en matière de responsabilité d'entreprise, Swisscom mise sur une collaboration avec des partenaires dans le domaine du climat et de la protection de l'environnement.

 

L'engagement de Swisscom pour Solar Impulse.  

 

 

 

 

Participez à la discussion

 

Comment gérez-vous l'utilisation de l'énergie au quotidien?

 

Nous vous remercions de votre contribution. Nous publions vos commentaires du lundi au vendredi.