Photos automatiques

Animaux pris au piège photographique

Que ce soit le chat des voisins, des animaux sauvages ou un cambrioleur, les pièges photographiques connectés permettent de réaliser des instantanés et des vidéos dans son jardin, dans la forêt ou dans son appartement et de les visionner sur l’écran de son smartphone. Mais pour obtenir une bonne prise, il faut savoir s’armer de patience.

Hansjörg Honegger (texte), 10 octobre 2016

Le premier objet que je prends en main le matin, c’est mon téléphone mobile. Et non pas ma tasse de café, ma brosse à dents ou mon journal. La curiosité est plus forte que moi. Et ce ne sont pas les nouvelles ou mes e-mails que je veux consulter, mais je veux savoir ce qui s’est passé dans mon jardin pendant la nuit. Cela est possible grâce à une petite caméra qui se met en marche lorsqu’il y a du mouvement et qui enregistre les séquences ainsi filmées sur internet.

 

Le développement des caméras mobiles à haute résolution, de l’internet à haut débit et des mémoires en ligne permet désormais de surveiller son jardin et sa maison sur l’écran de son téléphone. Ce n’est pas le choix des caméras qui manque et leur mise en service est un jeu d’enfants. Je me suis décidé pour le modèle Arlo de Netgear: une caméra, un routeur et un accès à une mémoire de stockage sur le cloud pour 250 francs. Ce système peut facilement être complété par des caméras supplémentaires. La mémoire aussi peut être étendue. Pour démarrer la surveillance, il suffit de télécharger l’app, de brancher le routeur de la caméra au routeur principal de la maison et de synchroniser la caméra par simple pression d’un bouton.

 

 

brightcoveVideo_skipAdTitle
brightcoveVideo_skipAdCountdown
brightcoveVideo_skipAdRest
brightcoveVideo_skipAdForReal

Le chat des voisins parcourt toutes les nuits son territoire. Vidéo: Hansjörg Honegger

 

 

C’est parti! Lorsque le détecteur de mouvement est enclenché, la caméra m’envoie une alerte e-mail à chaque mouvement. Mon téléphone se met à vibrer toutes les dix secondes. Je veux immédiatement savoir ce qui se passe à la maison. Un cambrioleur? Des chats en train de fricoter? Un anniversaire? J’enclenche le flux vidéo en direct et je vois les arbres se balancer dans le vent. Et oui, tout simplement: des arbres, des buissons, des fleurs ou des nappes qui activent le détecteur de mouvements. Un bon conseil: par forte bise, il vaut mieux le déclencher.

 

 

Un jardin plein de vie

 

A l’issue de la première nuit, je me trouve déjà avec deux petits films: une queue de chat dans la partie inférieure de l’image (la caméra est placée sur la table) et un spécimen qui avec un peu d’imagination ressemble à une martre (malheureusement, je n’aperçois que brièvement un museau pointu, toujours dans la partie inférieure de l’image). Et je viens d’apprendre quelque chose: chez moi, les animaux traversent avant tout la terrasse et non pas le gazon. Il faut que je déplace la caméra, ce n’est pas si simple que je croyais.

 

 

 

1/9 Le sanglier active le détecteur de présence depuis loin. Photo: foto-falle.ch

2/9 Les animaux remarquent souvent la caméra. Photo: foto-falle.ch

3/9 Il est très rare de voir des blaireaux dans la nature. Photo: foto-falle.ch

4/9 Au lieu du renard auquel il s'attendait, Patrick Zwald a eu la surprise de capturer la photo d'un pic noir. Photo: Patrick Zwald

5/9 Le renard étant un animal noctambule, il est très rare qu'on puisse le photographier de jour. Photo: Patrick Zwald

6/9 Moments d'intimité entre animaux. Photo: Patrick Zwald

7/9 En juillet 2005, on a pu observer en Basse-Engadine le premier ours brun en Suisse depuis plus de 150 ans. Photo: Laurent Geslin

8/9 Lynx eurasien dans la neige de l'Oberland bernois en 2011. Photo: KORA

9/9 Ce loup a été filmé en 2011 par un piège photographique dans la région du Gantrisch-Lac Noir. Photo: KORA/Erich Peissard

1/9 Le sanglier active le détecteur de présence depuis loin. Photo: foto-falle.ch

 

 

«Seule une image sur cent est utilisable», confirme Patrick Zwald de Küssnacht am Rigi. Il s’adonne à la photographie animalière à l’aide de pièges photographiques depuis environ huit ans et gère la boutique en ligne Foto-falle.ch proposant tout l’équipement nécessaire. Il n’y a par contre aucune caméra connectée dans son assortiment: «Les gens n’ont qu’à aller dans la nature au lieu d’avoir le nez collé à leur smartphone.»

Ces images procurent aux photographes (et aux chasseurs) des informations importantes sur l’heure et le lieu où observer les animaux.

La fascination qui me pousse à consulter mon mobile tous les matins – certes, je ne suis pas de ceux qui cherchent le contact avec la nature à 6 heures du matin – il la connaît fort bien. «Je me demande bien ce qui se passe dans la forêt quand je n’y suis pas», ajoute Patrick Zwald. Les images prises automatiquement par la caméra ne sont bien sûr pas aussi bonnes que de «véritables» photos animalières. «Nous ne pouvons ni contrôler la lumière ni la météo. La caméra déclenche l’obturateur quel que soit la posture de l’animal», poursuit Zwald. Ces images procurent néanmoins aux photographes (et aux chasseurs) des informations importantes sur l’heure et le lieu où observer les animaux.

 

 

Cadre juridique

 

Ceci a conduit à une dispute singulière au Valais, qui s’est conclue par une interdiction des pièges photographiques pour les chasseurs. Les associations ont en effet argué qu’il était hors de question que les (jeunes) chasseurs s’informent confortablement depuis leur canapé des mouvements du gibier avant de se rendre en forêt pour l’abattre. Cette attitude ne correspond pas à une pratique éthique de la chasse telle qu’on la conçoit au Valais.

 

 

brightcoveVideo_skipAdTitle
brightcoveVideo_skipAdCountdown
brightcoveVideo_skipAdRest
brightcoveVideo_skipAdForReal

Est-ce une martre qui s'est faufilée dans mon jardin? (L'animal est mieux visible en mode plein écran.) Vidéo: Hansjörg Honegger

 

 

D’un point de vue légal, le photographe animalier avec ses pièges évolue en zone grise. En principe, pour des raisons de protection des données, il est interdit de prendre des photos de personnes inconnues dans l’espace public et de les enregistrer. Dans une notice, la Direction des travaux publics du canton de Zurich recommande de placer les pièges photographiques à distances des chemins et d’informer le public de leur existence.

Dans son jardin, on peut naturellement sans autre installer des caméras pour autant qu’elles ne filment pas les badauds qui se baladent à proximité.

La caméra doit obligatoirement porter l’adresse de son propriétaire. Les images représentant des personnes (ou des fragments de personnes) doivent immédiatement être effacées. Patrick Zwald explique laconiquement: «En automne, j’ai arrêté de placer des caméras dans la forêt à cause des champignonneurs. Ils sont tout partout. Je dirige toujours la caméra vers le bas afin qu’on ne voie que les genoux. Si quelqu’un se trouve dans le champ, j’efface tout de suite l’image en question, c’est clair.» Dans son jardin, on peut naturellement sans autre installer des caméras pour autant qu’elles ne filment pas les badauds qui se baladent à proximité.

Le chat fait à chaque fois une petite pause et fixe l’objectif, l’air de dire: «Je connais parfaitement ton petit jeu, mais c’est bon.»

 

Un jeu de hasard

 

En respectant les règles, en s’armant d’un peu de patience et en ne reculant pas devant quelques broussailles, on peut obtenir de superbes photos. «Ce que j’apprécie le plus, c’est quand je vois quelque chose de totalement inattendu sur l’image», évoque Zwald. «C’est ainsi que j’ai éprouvé une grande joie quand j’ai découvert un pic noir planté sur une fourmilière au lieu du renard auquel je m’attendais.»


Je connais aussi cet enthousiasme, même si ce ce n’est pas un renard, un ours ou un lynx qui s’est faufilé dans mon jardin, mais seulement le chat des voisins. La position de ma caméra est maintenant presque parfaite, le chat se pavane toutes les nuits sur ma terrasse. Il fait à chaque fois une petite pause et fixe l’objectif, l’air de dire: «Je connais parfaitement ton petit jeu, mais c’est bon.»


La caméra peut d’ailleurs aussi être utilisée pour surveiller son appartement pendant les vacances, comme j’en ai moi-même fait l’expérience. Mais franchement, qui a envie de regarder chaque jour son appartement vide? Il y a vraiment des sujets plus gratifiants, par exemple des arbres se balançant doucement dans le vent.

 

 

Surveillance de votre domicile

 

Avec SmartLife de Swisscom, vous pouvez combiner des caméras pour surveiller en temps réel les pièces et les locaux de votre choix.  

 

 

 

 

Participez à la discussion

 

Aimeriez-vous aussi savoir tout ce qui bouge chez vous pendant la nuit?  

 

Nous vous remercions de votre contribution. Nous publions vos commentaires du lundi au vendredi.