Un jour au Mobile World Congress

12’000 pas pour un gadget

Le rédacteur Bluewin Anatol Heib a visité le Mobile World Congress de Barcelone et y a découvert les dernières nouveautés du monde de la télécommunication mobile.

Anatol Heib, 26 février 2016

Lundi matin, 9 heures à Barcelone. Je suis assis dans le bus qui me conduit au Mobile World Congress (MWC). Ma mission: découvrir de nouveaux smartphones et des technologies d’avant-garde. Dans les huit halles, Samsung et Cie ainsi que les nouvelles marques émergentes présentent pendant une semaine leurs gadgets. «Des joujoux», comme dirait ma copine. Les visiteurs du MWC appartiennent à un cercle exclusif, en effet, le MWC n’est pas ouvert au grand public.

 

 

Le rédacteur Bluewin Anatol Heib (à droite) avec son collègue Pascal Landolt au MWC.  

 

 

Pour être tout à fait exact, le MWC a déjà commencé dimanche. Un jour avant l’inauguration officielle, Huawei et LG ont présenté leurs highlights à une conférence de presse qui s’est tenue en dehors du parc des expositions. Le dimanche soir, comme l’année dernière, était placé sous les auspices de Samsung: les Coréens ont mis le paquet pour mettre en scène le nouveau Galaxy S7 et leur caméra à 360°.

 

 

 

Le MWC aide à garder la forme: en moyenne, le rédacteur Bluewin parcourt 12'000 pas par jour.

 

 

C’est ainsi déjà bien informé que je me rends au premier jour de la foire. Le MWC aide d’ailleurs à garder la forme: j’arrive facilement à parcourir les 10'000 pas quotidiens recommandés. En un jour, je comptabilise facilement entre 12'000 et 15'000 pas à en croire ma smartwatch. Et avec mon sac à dos alourdi par le laptop, je consomme certainement encore quelques calories supplémentaires. 

 

 

Important pour la survie au MWC: la clé pour le WLAN.

 

 

A peine arrivé au MWC, je suis confronté à l’un des objets les plus photographiés: l’affiche indiquant la clé Wifi. Pourtant, aussi étonnant que cela puisse paraître, le réseau Wifi de la foire du mobile arrive souvent aux limites de sa capacité. La connexion est intermittente et celle ou celui qui a accès à l’un des nombreux réseaux privés peut s’estimer heureux.

 

 

1/8 Le MWC accueille près de 95'000 visiteurs.

2/8 En plus des nouveaux smartphones, des wearables et des tablettes, on peut aussi y voir des robots ainsi que...

3/8 ... les toutes dernières lunettes de réalité virtuelle.

4/8 Un spectacle qui peut paraître un peu déconcertant: des visiteurs avec les lunettes de réalité virtuelle Vive de HTC.

5/8 La vedette de la foire: le nouveau Samsung Galaxy S7 Edge.

6/8 Une autre star incontournable: le LG G5.

7/8 Les visiteurs s’agglutinent autour des grandes tables pour essayer les nouveaux smartphones.

8/8 Au stand de ZTE les visiteurs testent la fonction de zoom sur la maquette d’un paysage chinois en miniature.

1/8 Le MWC accueille près de 95'000 visiteurs.

 

 

Les jours suivants, je me trouve au milieu du flot ininterrompu de la foule des visiteurs. Tout partout. Tout le temps. Se déplacer dans les halles de la foire ressemble au parcours du combattant. Quand enfin on déniche un havre de paix, il est rempli de gens assis à même le sol, le regard rivé sur l’écran de leur laptop. Et les somnambules du smartphone sont ici en bonne compagnie.

Comment se déroulent mes journées? C’est un mélange entre des rendez-vous agendés de longue date des rencontres spontanées avec d’autres visiteurs venus du monde entier. Et bien sûr, avec mon collègue Pascal Landolt, nous livrons régulièrement comme convenu nos articles à Bluewin. En route, il arrive que je tombe sur des collègues journalistes suisses, avec qui j’échange volontiers quelques impressions.

 

 

Anatol Heib avec le nouveau Samsung Galaxy S7 Edge.

 

 

Tout d’abord je me rends à la halle numéro 3. Elle abrite les grands noms de la téléphonie mobile: Samsung, Sony, LG, Microsoft et Huawei se mettent en scène avec leurs stands surdimensionnés et décorés à grands frais. J’y essaie les nouveaux modèles, entouré d’une armada de gens qui se bousculent autour de moi. Il faut dire que presque tous les visiteurs portent un sac à dos, ce qui ne facilite pas la circulation.

 

Le personnel des stands veille au grain qu’aucun appareil ne disparaisse. En effet, au MWC on rencontre tous les types de testeurs: ceux qui attendent patiemment leur tour, les bulldozers, qui se dirigent comme des fusées sur leur objectif ou les perfides, qui s’avancent subrepticement vers les appareils en exploitant un moment d’inattention. Certains gadgets se trouvent parfois encore à un stade très précoce de leur développement et leur présentation a lieu à huis clos dans l’arrière-boutique.

 

 

 

Selfie avec le responsable médias d’Oppo: Nil MacKinnon. Cet Américain travaille depuis deux ans pour le fabricant chinois de smartphones et habite à Shenzen.

 

 

En poursuivant ma visite, je découvre de nombreux fabricants de smartphones complètement inconnus sous nos latitudes. Au stand d’Oppo, un fabricant chinois, je noue la conversation avec Eli MacKinnon. Ce jeune Américain habite depuis deux ans en Chine, où il officie comme responsable médias de l’entreprise. Après ces deux ans, oui, il peut dire qu’il commence lentement à parler le chinois. Il me montre les appareils d’Oppo et nous échangeons nos cartes de visite.

Plus tard, je rencontre Fabian Nappenbach de HTC et nous nous entretenons au sujet de l’expérience de réalité virtuelle avec les lunettes Vive de HTC. Tout près de nous, un groupe d’hommes plutôt jeunes équipés de lunettes 3D se déplacent en faisant des mouvements étranges. La plongée dans la réalité virtuelle crée une sensation bizarre pour ceux qui l’observent de l’extérieur.

 

 

Equipement pour la foire: cartes de visite, câble, accu supplémentaire, bloc-notes, stylo, badge, ration de secours et laptop.

 

 

Quelques stands plus loin, je fais la connaissance de Khalid Jaghnoune de la société Accent, une marque de smartphones marocaine (qui fabrique naturellement en Chine). «Notre marché principal s’étendait jusqu’ici du Maroc au Sénégal, mais nous aimerions maintenant mettre un pied en Europe», m’explique-t-il. Accent propose des smartphones pour de petits budgets.
    
Dans les halles du MWC, le temps file à grande vitesse. Tant et si bien qu’on en oublie parfois les repas, comme je me suis rendu compte vers 14 heures. Heureusement que je peux compter sur la ration de secours que j’emporte toujours avec moi dans mon sac à dos: des biscuits aux céréales complètes et une barre au sésame.


Vers 16 heures, je retourne à mon hôtel, où je vais préparer mes articles et mes photos pour la rédaction. Le MWC ne fait que commencer et d’ici à mercredi, je parcourrai encore 30'000 pas.

 

 

 

Mobile World Congress

Au Mobile World Congress (MWC) de Barcelone des exposants du monde entier présentent leurs nouveauté. Dans les huit halles sont réunies plus de 2000 sociétés. En plus des fabricants d’appareils, on y trouve aussi des équipementiers et des prestataires de service de la téléphonie mobile. Comme il s’agit d’une foire spécialisée, seuls les participants et les journalistes accrédités y ont accès. Qui ne remplit pas ces critères doit acheter un ticket. Prix: dès 749 euros.

 

 

Participez à la discussion

 

A quels gadgets et nouveautés de téléphonie mobile vous intéressez-vous?

 

Conditions d’utilisation

Nous vous remercions de votre contribution. Nous publions vos commentaires du lundi au vendredi.