Patrouille des Glaciers

Ascension auprès des héros

La Rosablanche est une étape clé de la Patrouille des Glaciers. Et un lieu de travail de tous les extrêmes pour les collaborateurs de Swisscom qui ont mis en place l’infrastructure de télécommunication à 3000 mètres d’altitude. L’apprenti médiamaticien Nico Drechsel s’est lancé à l’assaut de la montagne.

Nico Drechsel (texte et photos), propos recueillis par Felix Raymann, 21 avril 2016

Durant la Patrouille des Glaciers, qui se déroule de mardi à samedi, 734 patrouilles de trois personnes relient Arolla et Zermatt à Verbier. Pendant la compétition de randonnée à skis la plus exigeante du monde, les sportifs parcourent 53 kilomètres et un dénivelé de 8000 mètres sur l’itinéraire le plus long au départ de Zermatt.

L’apprenti de Swisscom Nico Drechsel a reçu la mission de faire un reportage sur les travaux se déroulant au Mont Fort et sur la Rosablanche. Sur ces sites, des collaborateurs de Swisscom, aidés par des soldats en cours de répétition, mettent en place l’infrastructure de communication ainsi qu’un un flux vidéo dans des conditions extrêmes à 3000 mètres d’altitude. Ce ne sont donc pas seulement les patrouilleurs qui sont des héros, mais tous ceux et toutes celles qui rendent cet évènement sportif possible.

 

 

brightcoveVideo_skipAdTitle
brightcoveVideo_skipAdCountdown
brightcoveVideo_skipAdRest
brightcoveVideo_skipAdForReal

 

MARDI – départ à l'aurore

 

6h00:


Je me réjouis énormément de cette expédition, car j’ai la chance de pouvoir travailler pendant deux jours à une altitude de 3000 mètres. Pourtant, pour arriver jusque là-haut, l’ascension sera difficile.

 

6h30:

 

Je contrôle mon équipement. Dans mon sac à dos, j’emporte en plus de mes habits, des provisions, des gants de rechange, une caméra Sony, un objectif, une caméra GoPro, une balise d’avalanche, une sonde et une pelle à neige. A cela s’ajoutent naturellement les skis, les souliers de skis et les peaux de phoques pour l’ascension. Le sac que je vais emporter sur la montagne pèse donc 15 kilos. Heureusement, mon sac de couchage sera transporté par hélicoptère.

 


 

7h00:


Il fait beau temps. Je prends le train pour Spiez et ensuite Viège.

 

 

 

A Viège, David Suter vient me chercher à la gare. C’est un collaborateur de Swisscom passionné d’alpinisme. C’est lui qui m’accompagnera au cours des deux prochains jours et assurera ma sécurité. Nous roulons jusqu’à Siviez avant d’embarquer dans le télécabine qui nous amène au point de départ de notre tour. Objectif: Mont Fort.

 

 

1/13 Mon équipement pour les prochains jours.

2/13 L'ascension est particulièrement ardue. Mais l'effort en vaut la peine.

3/13 Nous sommes arrivés au sommet.

4/13 Bien sûr, j'ai aussi emporté ma caméra, dont le poids n'est pas négligeable.

5/13 Le réseau mobile temporaire fonctionne à merveille.

6/13 Enfin, je peux enlever mes souliers et rafraîchir mes pieds.

7/13 Notre campement.

8/13 J'assiste au lever du soleil après une courte nuit.

9/13 Aurore alpine.

10/13 Je suis prêt pour filmer le passage des premiers patrouilleurs.

11/13 La côte est extrêmement raide.

12/13 Les permiers randonneurs ont gravi la pente.

13/13 En tout 734 patrouilles sont en lice.

1/13 Mon équipement pour les prochains jours.

 

11h00:

 

Il fait autour de zéro degré. Je porte encore ma veste. Le temps est splendide, j’ai mis mes lunettes de soleil et me suis enduit de crème solaire. Le funiculaire démarre.   

Je prends mes premières photos sur le Mont Fort. Ici, les collaborateurs de Swisscom Broadcast soutenus par l’Armée suisse ont mis en place un réseau mobile temporaire.

Les techniciens ont installé un réseau GSM. Ils utilisent le signal de la station de base du Mont Fort, qui est relayé par un répéteur situé sur la Rosablanche. Il y a aussi un point d’accès Wi-Fi et une webcam pour la SSR et la télévision locale.

Toute l’installation a dû être construite dans des délais très courts et des conditions de neige et de vent extrêmes.

 

brightcoveVideo_skipAdTitle
brightcoveVideo_skipAdCountdown
brightcoveVideo_skipAdRest
brightcoveVideo_skipAdForReal

 

12h00

 

Nous nous lançons dans une courte descente dans de la poudreuse. C’est grandiose! Ensuite, nous devons monter les peaux de phoques pour commencer notre ascension à la Rosablanche. Ça va être dur. Après la première côte, je suis déjà à bout de souffle, mais nous progressons à un bon rythme.


 

13h30:

 

Pause de midi.


 

La pente la plus escarpée est encore devant nous. Je sens les 15 kilos de mon sac à dos. Après avoir avalé quelques gorgées de thé, je me sens de nouveau plus léger.

 

L'ascension jusqu'au sommet durera environ une heure.  

 

 

A l’horizon, on aperçoit déjà le campement de la Rosablanche.

 

15h35:

 

Objectif atteint! Nous sommes arrivés à la Rosablanche et pouvons enfin retirer nos chaussures!


 

Je me suis réjoui trop vite. Il n’est pas encore question de se reposer. Je dois déballer ma caméra et me mettre à filmer les travaux réalisés sur place. Sur la Rosablanche, un flux vidéo, qui captera en direct la Patrouille des Glaciers, est en train d’être installé. Dans le couloir, les caméras sont déjà montées. Elles retransmettront en direct le calvaire des patrouilleurs pendant leur ascension à 3160 mètres d’altitude!

Ce projet exige une logistique complexe, que les techniciens exercent chaque année à Thoune avant leur engagement sur le terrain. L’installation doit résister à de grandes différences de températures. Pour les collaborateurs, les travaux à cette altitude sont particulièrement astreignants en raison du manque d’oxygène.

 

 

18h05:


Je peux enfin rafraîchir mes pieds meurtris dans la neige. Je me sens super bien! C’était vraiment très fatiguant de monter ici, mais je suis content d’y être arrivé: la vue est tout simplement hallucinante!

Bien sûr, on peut aussi admirer ce panorama à couper le souffle en montant en hélicoptère, mais en étant venu à pied, on porte un regard plein de fierté sur le cirque de montagnes.



La sécurité est assurée par les soldats spécialisés des troupes de montagnes. J’entends de temps en temps des détonations servant à déclencher des avalanches artificielles. D’autres soldats sont engagés pour peller des tracés ou des marches d’escaliers dans la neige. Ils sont également là pour prêter les premiers secours en cas d’accident..  

 


 

Puis arrive une mauvaise nouvelle. Nous croyons d’abord que nous ne pourrons pas passer la nuit dans le campement. Mais, ouf, il ne s’agit que d’un malentendu. Dans une tente, il y a de la place pour 32 personnes.

 

brightcoveVideo_skipAdTitle
brightcoveVideo_skipAdCountdown
brightcoveVideo_skipAdRest
brightcoveVideo_skipAdForReal

 

20h30:

 

Je me laisse envoûter par la belle ambiance du crépuscule.

 


 

 

MERCREDI – arrivée des premières patrouilles

 

5h00:

 

Diane. J’ai à peine réussi à dormir. Même s’il faisait bon chaud dans mon sac de couchage malgré le froid glacial à l’extérieur, je ne me suis guère accommodé du sol dur de la tente et des ronflements de mes camarades. Je me suis d’autant plus réjoui de l’arrivée du matin.

 

brightcoveVideo_skipAdTitle
brightcoveVideo_skipAdCountdown
brightcoveVideo_skipAdRest
brightcoveVideo_skipAdForReal

 

6h00:

J’ai entendu que la première patrouille est déjà en route pour la Rosablanche. Ma caméra est à portée de main.

 

 

7h00:

 

J’emporte mon équipement audiovisuel et me dirige vers le site clé du couloir de la Rosablanche. Je vois arriver les premiers patrouilleurs. Immédiatement j'envoie des photos avec mon mobile. Le réseau ici en-haut est impeccable grâce à l’infrastructure temporaire de Swisscom.

 

 

 

11h00:

 

J’ai terminé mon tournage et me prépare au retour avec David. La descente dans la poudreuse, sur les plaques de glace et dans la neige lourde des côtes exposées au soleil est une fois de plus grandiose!

 

15h00:

 

Je suis rentré à la maison très fatigué, mais content de ce que j’ai accompli. Il me reste maintenant à déballer mon sac et à enregistrer toutes mes données.

 

Flux vidéo et bien plus encore

Avec l’appli Patrouille des Glaciers de Swisscom, les fans peuvent suivre l’évènement en direct. L’appli informe de la position actuelle et du score des différentes patrouilles et propose un flux vidéo en direct depuis la Rosablanche.

 

L'appli existe pour iOS et pour Android. Le site web pdg.swisscom.ch est une mine d'informations sur la PDG.

 

Participez à la discussion

 

Est-ce que vous aimeriez entreprendre une randonnée telle que la Patrouille des Glaciers ou est-ce que vous préférez admirer le panorama alpin depuis un restaurant d'altitude?

 

Nous vous remercions de votre contribution. Nous publions vos commentaires du lundi au vendredi.