Opinion: Bernhard Imboden

Ciné-réalité sans popcorns

Bernhard Imboden, 28 juillet 2016

Nice, Ankara, Munich. Des images dramatiques ont circulé dans le monde ces derniers temps.


Un camion fonce dans la foule. Des avions de chasse vrombissent au-dessus d’une ville en état de siège, comme si on tournait Top Gun II. Des passants sont abattus devant un centre commercial. Même s’il s’agit d’évènements fort divers, ils ont un dénominateur commun: la présence d’au moins une caméra capturant des images choc pour le net.

Ainsi des gens qui étaient parfaitement inconnus deviennent tragiquement célèbres en une fraction de seconde.

L’internet mobile et différentes apps transforment n’importe quel endroit en Hollywood sur simple pression d’un bouton. Mais au lieu d’avoir une fabrique de rêves, on se trouve dans une fabrique de cauchemars. Ainsi des gens qui étaient parfaitement inconnus deviennent tragiquement célèbres en une fraction de seconde. Sans casting et sans qu’on leur ait demandé s’ils étaient d’accord d’endosser ce rôle. Ils deviennent les acteurs principaux de productions de ciné-réalité dont les scénarios sont plus horribles que ceux de n’importe quel film d’horreur. Interprétation libre de la devise du Far West: mort ou vivant.

Internet a bel et bien remplacé depuis longtemps la télévision comme principal média de divertissement.

A en croire certaines dépêches, à Nice un voyeur a littéralement enjambé les cadavres des victimes, dont il a filmé les visages avant de publier les images en direct sur internet. Une espèce de réalité augmentée avec des morts au lieu de Pokémons. Aucun respect devant la mort. Aucun respect pour les proches. Aucun respect pour les secours.

 

En tant que vieux romantique de l’ère télévisuelle, je suis fort conscient que des émissions de divertissement à la Michel Drucker sont totalement dépassées. Internet a bel et bien remplacé depuis longtemps la télévision comme principal média de divertissement. Mais sincèrement, des vidéos montrant des enfants écrasés à côté de mères en pleurs, des soldats humiliés en sous-vêtements et des rues couvertes de cadavres sont-elles vraiment le type de divertissement que nous voulons?


Clairement, je dis: non. Les popcorns sont incompatibles avec le ciné-réalité.

 

 

Bernhard Imboden

En tant que rédacteur marketing chez Swisscom, Bernhard Imboden partage ses expériences du monde numérique du point de vue d’un spécialiste de la communication. En plus de sa famille, il aime son Valais natal et le FC Sion. Siégeant au comité de ProRaris, il s’engage pour l’information au sujet des maladies rares.

Suivre l'auteur sur Twitter
(en allemand)

 

 

Conditions d’utilisation

Nous vous remercions de votre contribution. Nous publions vos commentaires du lundi au vendredi.