La télévision du futur

Quel parfum porte Susanne Wille?

Bernhard Imboden se souvient de la télévision d’antan et s’imagine celle du futur.

Bernhard Imboden, 27 juillet 2017

Au cours des dernières semaines, dans le cadre de «Hallo SRF», on pouvait postuler pour de courts engagements auprès de la télévision suisse alémanique. Notamment en tant que rédacteur et animateur de l’émission d’informations «10vor10». Le sujet était «La télévision du futur». Ceux qui jettent un regard dans la boule de cristal devraient néanmoins d’abord connaître le passé.

 

Je me rappelle encore précisément du poste de télévision que nous avions à la maison à la fin des années 70. Pour l’allumer, il fallait tirer un bouton qui ressemblait à l’allume-cigarette de la voiture. Le son était immédiatement audible. Mais avant que l’image se mette à scintiller sur l’écran, on pouvait tranquillement terminer de manger son dessert. Nous pouvions capter trois chaînes de télévision suisses. Et je regardais l’une d’entre elles, car je comprenais sa langue. Mais rendez-vous compte, les programmes étaient déjà en couleurs! Et j’avais même déjà une télécommande. Elle avait un nom: elle s’appelait Cornelia. Comme il était uniquement possible de changer la chaîne ou de régler le volume sur le récepteur, je demandais à ma petite sœur de se lever et de faire le travail.

Je me souviens encore avoir demandé à l’installateur s’il était permis de parler durant les enregistrements.

Puis, peu à peu les chaînes allemandes ont fait leur apparition. S’Äffle et S’Pferdle du bloc publicitaire d’ARD ont été pour moi les premiers humoristes de la TV et le Spider Murphy Gang du ZDF Hitparade a été mon premier Boygroup.

 

A un certain moment, mon père a acheté un magnétoscope. Il devait bien peser 13 kg sans compter la cassette. Je me souviens encore avoir demandé à l’installateur s’il était permis de parler durant les enregistrements. Je craignais qu’on puisse entendre ultérieurement mon bavardage dans la vidéo.

 

Ensuite est arrivé le DVD suivi du Blu-ray et enfin de la télévision numérique avec plus de trois cent chaînes. Le fait que je puisse aujourd’hui regarder «10vor10» à 10 heures 10 est aussi logique que la publicité avant les nouvelles.

 

 

Ma télévision de demain

 

Pour moi, la télévision ne sera plus un appareil, mais une app. Elle sera présente partout sous forme de projections 3D, en grandeur nature et d’une netteté parfaite. Les images animées et les informations de l’internet fusionneront comme la mozzarella et les tomates sur une pizza.

Voici trois exemples:

 

 

La publicité et l’intelligence artificielle

 

L’époque où l’on m’exposait à des pubs de nourriture pour chats alors que tous les minous du quartier évitent notre chien sera révolue. Cela sera possible grâce à l’intelligence artificielle. Comme je pourrai évaluer les spots publicitaires, ma TV apprendra qu’il y a plus de chance que je consomme des produits si on me montre de la bière que des tampons.  

Si j’ai envie de savoir quelle allure j’aurais avec le complet d’Arthur Honegger, je peux l’enfiler virtuellement. Cravate rouge comprise.

La réalité augmentée

 

Le mot magique est «embedded advertising.» Si j’ai envie de savoir quel parfum porte Susanne Wille, je clique sur son décolleté et voilà qu’apparaît le flacon. Cela s’appelle la réalité augmentée. Naturellement, si je convoite le produit, il me suffit de passer ma commande oralement. Ou bien si j’ai envie de savoir quelle allure j’aurais avec le complet d’Arthur Honegger, je peux l’enfiler virtuellement. Cravate rouge comprise. Et je peux déjà échanger des Tweets avec Andrea Vetsch pendant l’émission et non pas seulement une fois qu'elle est terminée.

 

 

Gestion intelligente du temps

 

A l’avenir, mes habitudes télévisuelles seront automatiquement synchronisées avec mon calendrier. Ainsi, ma femme saura quand se dérouleront les matchs du FC Sion et ne pourra plus me mobiliser pour des travaux dans le jardin.

 

 

#Oui


La télévision de demain n’aura plus grand chose en commun avec celle de mon enfance. Vous aimeriez savoir si avec toutes ces «connaissances» sur l’avenir j’ai envoyé ma candidature pour une brève apparition dans «10vor10»? Naturellement! J’ai déjà toujours rêvé de me transformer en hologramme et de vous faire signe tandis que vous êtes en train de vous essouffler en faisant votre jogging.

 

 

Bernhard Imboden

En tant que rédacteur marketing chez Swisscom, Bernhard Imboden partage ses expériences du monde numérique du point de vue d’un spécialiste de la communication. En plus de sa famille, il aime son Valais natal et le FC Sion. Siégeant au comité de DEBRA Suisse, il s’engage en outre pour les enfants souffrant d'EB, une maladie rare de la peau.

Suivre l'auteur sur Twitter
(en allemand)

 

 

 

 

 

Conditions d’utilisation

Nous vous remercions de votre contribution. Nous publions vos commentaires du lundi au vendredi.