Opinion

F comme Formules d’appel et de courtoisie

Jeroen van Rooijen, 11 janvier 2016

Chère Communauté d’Internautes!

Pleinement conscient du fait que je risque de paraître totalement démodé, j’exhorte l’humanité à cultiver davantage les formes dans la communication numérique! Il est tout de même inconcevable que nos ancêtres se priaient encore mutuellement de croire à leur plus haute considération et qu’il n’en reste plus rien dans nos messages? En vingt ans, nous avons rendu obsolète deux millénaires de civilisation.

Naturellement, au début les SMS ne pouvaient encore contenir que 140 signes, au-delà les messages étaient saucissonnés en plusieurs tranches, chacune facturée séparément. Mais cette époque est déjà longtemps révolue. C’est la raison pour laquelle je plaide pour davantage de créativité dans les formules d’appel et de courtoisie. Il n’est pas nécessaire de commencer par «Madame» ou «Monsieur», mais un simple «Bonjour» ou même «Ciao» suivis du nom du destinataire sont tout de même des façons plus charmantes d’initier un message que de se lancer sans formule d’appel dans le vif du sujet.

Et je me permettrai d’ajouter que cette remarque vaut également pour les formules de courtoisie. Une abréviation du type «A+» ne constitue pas une formule de salutations suffisante, elle est néanmoins préférable à un message qui se termine sans salutations ni signature. Est-ce vraiment si astreignant d’écrire en toutes lettres «Avec mes meilleures salutations»?

Veuillez agréer, chère Communauté d’Internautes, mes plus cordiaux messages.

 

Question de style

Jeroen van Rooijen, chroniqueur et auteur spécialisé en matière de style, aime s’habiller chic, ne téléphone pas volontiers, adore les selfies et travaille régulièrement pour la «Neue Zürcher Zeitung».

Suivez l'auteur sur Twitter
(en allemand)