Opinion

Photomania parentale

Kathrin Buholzer, 23 décembre 2015

Etes-vous aussi des drogués de la photo? N’arrêtez-vous pas de ferrailler dans toutes les directions avec votre bien aimé smartphone? Il semblerait que les parents aient bel et bien succombé à la photomania: au spectacle du jardin d’enfants, quand le petit fait un roulé-boulé déguisé en fleur. A la grillade de la gym quand la petite mord dans sa pomme grillée, au cours de natation quand il fête son anniversaire, dans la forêt, dans la poussette, avec Saint-Nicolas sur son petit train à vapeur. Quand elle reçoit son sac de gourmandises, quand il luge, quand ils construisent un bonhomme de neige.

Nous pressons sur le déclencheur quand les enfants sont à table, quand ils toussent, quand ils boudent ou quand ils rigolent, quand ils dorment ou quand ils font leurs dents et que leurs joues sont toutes rouges. Nous photographions leurs créations en perles à repasser, leurs colonies de peluches, leurs premiers tours à vélo sans roues d’appui, leurs larmes de joie et leurs visages renfrognés. Bref, aucuns de leurs faits et gestes n’échappent à l’objectif omniprésent de notre smartphone. Nous cliquons sans arrêt, jusqu’à l'épuisement total de la mémoire.

Voici une compilation des sujets de photos importants aux yeux des parents:

 

Lors de tout spectacle, les parents sont de service avec leur équipement autdiovisuel.

 

 

Anniversaires

 

C’est toujours mignon, cette charmante tête blonde aux joues rouges qui s’agrippe à la table et essaie de souffler ses bougies en faisant un rictus. On ne compte pas le nombre de fois de fois qu’on déclenche l’obturateur. Et comme chaque année, sur les 28 photos prises, soit les yeux du bambin sont fermés, soit il n’apparaît pas dans le champ de l’objectif, car il a déjà disparu de la table.

 

 

Evènements sportifs

 

Qu’importe s’il s’agit de la première descente à skis ou de la première pirouette en patins à glace, du premier tour en Bobbycar ou en vélo ou même du premier match de foot. N’importe quelle prouesse sportive est immortalisée. Souvent, il faut faire preuve d’une grande capacité de persuasion, parce que le petit est couché sur le sol, démotivé ou rétif à toute séance photo, exactement au moment où nous aimerions presser sur le bouton.

 

 

Spectacles


Cortège aux lampions de courges, cirque des enfants, fête de mai, concert de l’école, audition de flûte ou de piano: maman et papa sont de service avec leur équipement audiovisuel.

 

 

Captures d'écran


Ici aussi, la palette est inépuisable: captures d’écran d’articles consacrés aux porte-bébés dangereux, aux risques de la vaccination, aux gaufrettes de riz contaminées à l’arsenic ou aux meilleures paroles de maman. Images sur les offres spéciales de couches-culottes, sur les promotions journalières du rayon jouets, sur les actions de rappel de bouillies, de vêtements de bébés ou de lampes de chevet.

Celle qui peut mettre en avant des photos si utiles sur les divers forums de mamans est assurée de recevoir des «likes» et des commentaires bienveillants. Et bien sûr, il ne faut pas oublier les bougies! Sans elles, il est impossible d’avoir une existence en ligne digne de ce nom. Il suffit de chercher quelques exemplaires touchants sur le net, d’en tirer une capture d’écran et déjà vous êtes parés pour publier vos condoléances à la mort de n’importe quel artiste (même de ceux que vous ne connaissez pas).

 

 

Levers et couchers de soleil


On ne peut pas s’empêcher de les photographier. Même quand on les a certainement déjà immortalisés 342 fois au cours des derniers 15 ans. Il n’y a rien de plus beau et de plus magique. Ils nous réchauffent le coeur et sont du meilleur effet sur Facebook et Cie. Jamais, nous n’aurons assez de souvenirs de levers et de couchers de soleil, sur les montagnes ou sur la mer, dans notre téléphone. Rien à voir en tout cas avec les photos de pleine lune. Avec le smartphone, elles sont vraiment tout le temps ratées.

 

Selfies


Ce sont presque déjà des classiques. Pour obtenir les meilleurs résultats, il vaut mieux se coucher sur le dos. Ainsi, on paraîtra plus jeune et plus frais. Voilà qui ne manquera pas de déconcerter le cercle des amis, qui auront l’impression qu’on maîtrise parfaitement le quotidien avec les enfants.



Images de concerts


Les images de concerts sont aussi très prisées. Pour une fois qu’on sort de chez soi, il convient de documenter cet évènement de manière photographique. Aucune importance que l’on soit assis dans l’antépénultième rangée, qu’il fasse nuit noire dans la salle et que le type devant soi bloque la vue avec sa chevelure bouclée: «Là devant, en fait, c’est Madonna sur scène. Ok, on ne la reconnaît pas vraiment, mais c’est elle!» Dans de telles conditions, il valait bien la peine d’appuyer 58 fois sur l’obturateur.

Et ainsi, nous continuons gaiement de faire nos photos avec nos bien aimés smartphones. Jusqu’au jour où nous effectuons l’actualisation de nos apps ou un backup et qu’un message de ce genre apparaît sur l’écran:

 

«Dites voir, votre mémoire est presque épuisée. Effacez vos 324 couchers de soleil, vos photos de concerts et les 120 images identiques de vos enfants endormis. Vous n’êtes pas tout à fait bien: personne n’a besoin de stocker 8934 photos sur son smartphone.»

 

 

Kathrin Buholzer

La journaliste et animatrice du site Internet elternplanet.ch est mère de deux enfants et observe pour Chroniques les contraintes auxquelles nous sommes quotidiennement soumis dans notre rapport aux nouveaux médias et aux possibilités du monde numérique.

Suivre l'auteure sur Youtube