Opinion

«Docteur Google, dites-moi ce que j’ai!»

Kathrin Buholzer, 22 février 2016

Un ongle d’orteil enflammé, une étrange tache rouge au bras, un picotement dans la poitrine, une éruption à l’oreille du petit dernier, une toux sèche ou une douleur intense en avalant.

Quand on se sent malade ou qu’on observe quelque chose d’inquiétant dans son corps, diverses options s’offrent à nous: on peut tout simplement décider d’attendre et aller consulter le médecin le lendemain, on peut aussi appeler le numéro d’urgence médicale ou bien, ce qui est devenu très courant de nos jours, on peut jouer les détectives et interroger quelqu’un qui a réponse à tout: l’incollable Docteur Google.

 


 

 

 

A peine a-t-on entré sa question dans le champ prévu à cet effet qu’il crache déjà les réponses et les images qui correspondent à son avis au terme recherché. Les diagnostics sont multiples et vont de la pneumonie aux troubles du rythme cardiaque en passant par le cancer blanc de la peau, l’asthme chronique et la névrodermite. On trouve de tout. Et les images ne manquent pas d’être très évocatrices. Quand elles ne nous soulèvent pas carrément le cœur, elles provoquent dans tous les cas une sensation très désagréable.

«Dis donc, ce fruit fait des miracles contre le cancer.» Ou bien:
«Il devrait éviter le sel et il retrouverait la santé.»

Aujourd’hui, tout un chacun peut jouer au docteur et dans le fond, c’est assez pratique. On reçoit non seulement instantanément et gratuitement un diagnostic, mais aussi de nombreux conseils thérapeutiques:


«Couvrir avec de la pâte dentifrice.»
«Se rincer la bouche avec du thé noir.»
«Rafraîchir à tout prix la partie affectée.»
«Ne surtout pas rafraîchir, mais garder au chaud.»
«Effectuer un cataplasme de séré.»
«Le séré est déconseillé, prenez plutôt du miel.»

Il arrive aussi fréquemment qu’on reçoive des propositions de médicaments avec les liens nous permettant de les commander: «Mon amie a encore un paquet de comprimés dont elle n’a plus besoin. Je vais lui demander si elle souhaite les vendre.»

 

 

«Remède miracle contre le cancer»: sur internet on trouve la bonne cure. Source: youtube/EinFallfuerAlles

 

 

Les questions relatives au thème de la santé sont aussi très populaires dans les forums de parents et les groupes maternels de Facebook: une éruption suintante, un œil enflammé, une tâche rouge, et déjà on bombarde la communauté de posts. Et la question commence toujours ainsi: «Je sais bien, vous n’êtes pas médecin, mais est-ce que quelqu’un connaît ce problème? Votre enfant a-t-il déjà eu ça? Qu’est-ce que ça pourrait être?»
 
Alors commence le diagnostic collectif fait de suppositions et de captures d’écrans avec de quelconques pages d’ouvrages médicaux. Et il n’est pas rare que dans ces communautés s’introduisent aussi des liens vers des sites web douteux colportant les théories de conspirations les plus diverses.

Pour les petits bobos, il n’y a absolument aucune objection à émettre contre Google et ses remèdes de bonnes femmes. Mais la limite entre ce qui est bénin et plus grave n’est pas toujours évidente et il est parfois difficile de savoir quand on devrait mettre un terme à la cure de «miel-séré-thé noir» et aller chez le médecin.

Si on utilise les informations réunies sur Google pour sa propre thérapie, c’est une chose, mais quand on commence de les propager dans son entourage, cela devient problématique.
Cela n’empêche pas les gens de continuer d’effectuer leurs recherches, de publier leurs posts et d’ensuite communiquer leurs diagnostics. Cette attitude conduit les gens à s’adresser à la communauté en ligne avant même de prodiguer les premiers soins: «Mon bébé vient de tomber de la table à langer. Que feriez-vous à ma place?»
 
La plupart du temps, on a toutes les raisons de secouer la tête...
 

 

 

 

Kathrin Buholzer

La journaliste et animatrice du site Internet elternplanet.ch est mère de deux enfants et observe pour Chroniques les contraintes auxquelles nous sommes quotidiennement soumis dans notre rapport aux nouveaux médias et aux possibilités du monde numérique.

Suivre l'auteure sur Youtube

 

 

 

Nous vous remercions de votre contribution. Nous publions vos commentaires du lundi au vendredi.