Opinion: Michael In Albon

Des concurrents s’unissent pour protéger les plus jeunes

Michael In Albon, 21 juin 2016

Même si elles sont concurrentes, les entreprises de télécommunication helvétiques – Sunrise, Salt, UPC et Swisscom – sont unanimes quand il s’agit d’informer et de protéger les jeunes en matière de consommation de médias. C’est pourquoi elles ont lancé dès 2008 dans le cadre de l’asut, l’association suisse des télécommunications, l’initiative sectorielle «Protection de la jeunesse dans les médias».

Si les grands prestataires de services de télécommunications s’unissent pour protéger au mieux leurs plus jeunes clients, les temps de réaction s’en trouvent nettement raccourcis.

La semaine passée, les quatre grands de la télécommunication ont annoncé la poursuite de leur initiative et se sont engagés à respecter à l’avenir aussi les principes énoncés dans la charte.

 

 

De quoi s’agit-il exactement?

 

L’asut a s’est très tôt rendu compte que le cadre légal à lui seul ne suffit pas pour réglementer les diverses facettes de l’utilisation d’internet. En effet, les lois ne sont pas adaptées à la régulation de domaines de la vie caractérisés par une si forte dynamique. Par contre, si les grands prestataires de services de télécommunications s’unissent et se fixent eux-mêmes des règles pour protéger au mieux leurs plus jeunes clients, les temps de réaction s’en trouvent nettement raccourcis.

 

La branche peut ainsi réagir plus rapidement aux nouveaux défis et proposer des réponses plus précises. Elle peut aussi emprunter d’autres chemins que ceux définis par les lois. (C’est d’ailleurs la raison pour laquelle je ne peux pas soutenir l'intervention parlementaire de Madame la Conseillère nationale Amherd en faveur d’un article de loi contre le sexting. En effet, d’ici à ce que cet article entre en vigueur, nous autres parents serons déjà confrontés à d’autres défis.)

C’est pourquoi la nouvelle initiative sectorielle mise sur la collaboration entre les parents et les prestataires de télécommunications. Pour que cela fonctionne, les entreprises s’engagent à informer au mieux tous les clients, notamment à rendre les parents attentifs aux risques et à leur prêter main forte, pour que la consommation de médias dans la famille soit raisonnée et constructive.

Une «initiative sectorielle» n’est pas forcément un document qui va servir de lecture de chevet, c’est pourquoi nous avons élaboré un prospectus qui résume en quoi les prestataires de télécommunications et les parents peuvent réduire les risques auxquels sont exposés les jeunes utilisateurs. En voici quelques exemples.

 

 

Exemples de la brochure sur la protection des jeunes dans les médias   

 

 

«QUAND VOTRE ENFANT SURFE SUR INTERNET, SURVEILLEZ D’UN COUP D’ŒIL QUE TOUT EST BIEN NET.»

 

Le Service de coordination de la lutte contre la criminalité sur Internet (SCOCI) tient à jour une liste noire a d’adresses internet que nous bloquons. Il s’agit ici de sites Web de pédopornographie illégale. Nous disposons ainsi d’un instrument qui bannit d’emblée les contenus du net les plus ignobles.

Il existe malgré tout sur internet des textes, des images et des vidéos qui ne sont pas adaptés à un public infantile. Nous vous recommandons donc d’utiliser un logiciel de filtrage et d’accompagner vos enfants quand ils naviguent sur le web.

 

«EXPLIQUEZ À VOTRE ENFANT QUOI PARTAGER, POUR QUE CELA NE FASSE PAS TACHE DANS LE CV.»

 

Expliquez impérativement à votre enfant les risques résultant de l’envoi irréfléchi de photos ou de vidéos privées voire intimes. L’anonymat du monde numérique doit également être abordé, car des personnes malintentionnées peuvent se cacher derrière des pseudonymes sympathiques.

Tous les prestataires d’internet observent attentivement le marché et informent ouvertement des risques. Ils vous aident ainsi à mieux prendre vos responsabilités en tant que parents et éducateurs.


 

 

Les autorités, les parents et les prestataires d’internet unissent leurs efforts pour que la navigation dans le monde numérique soit une expérience positive et sûre. Pour en savoir plus sur l'initiative sectorielle, consultez le site web de l'asut. Lisez aussi comment Swisscom s'engage pour renforcer les compétence médias des utilisateurs de tous âges.

 

Expert en compétences médias

Michael In Albon est responsable du projet «Internet à l’école»et délégué à la protection de la jeunesse face aux médias. Il est aussi responsable des cours sur les médias auxquels participent chaque année 25'000 personnes. Pour en savoir plus, consultez les pages de Swisscom consacrées aux compétences médias.

 

 

 
Brochure protection de la jeunesse

La brochure montre avec de bons conseils comment les parents peuvent accompagner leurs enfants dans l'utilisation des médias électroniques.

 

Conditions d’utilisation

Nous vous remercions de votre contribution. Nous publions vos commentaires du lundi au vendredi.