Séparation sur Facebook & Cie

Divorce numérique: «Je vais super bien sans toi!»

Même après s’être séparé de son ou de sa partenaire, on risque de se retrouver nez à nez avec elle ou avec lui – notamment sur les réseaux sociaux. Cela rend la séparation d’autant plus difficile. Que faire?

Biljana Jovic (texte), 3 avril 2017

Sur les photos publiées dans Facebook, Instagram & Cie, les deux tourtereaux sont encore enlacés devant l’objectif. En réalité, depuis leurs dernières vacances «en amoureux», leur couple s’est brisé. C’est ainsi que les publications sur les réseaux sociaux se transforment soudain en souvenirs numériques désagréables.

 

La psychologue et thérapeute de couple suisse Julia Onken connaît trop bien les prémisses d’une séparation: «La crise est en gestation, mais on la refoule encore. On entreprend des manœuvres dilatoires: on déménage, on refait un enfant, on part en voyage. On évite de célébrer les fêtes et les anniversaires seul-e avec son ou sa partenaire.»

Il faut que le chagrin passe le plus rapidement possible. Mais que faire à l’ère digitale, où le fantôme de l’ex-partenaire est omniprésent?

Sa longue expérience lui a enseigné le déroulement d’une rupture: «Une fois qu’on a pris conscience de la crise, on essaie de recoller les morceaux, éventuellement avec l’aide d’un ou d’une professionnel-le.» Mais quand tout cela ne résout pas les problèmes, on se fait peu à peu à l’idée d’une séparation. Et finalement, la rupture a lieu. Alors, on n’a plus qu’une envie: il faut que le chagrin passe le plus rapidement possible. Mais que faire à l’ère digitale, où le fantôme de l’ex-partenaire est omniprésent? On a en fait deux options: une option porteuse de bonheur et une option qui cultive la tristesse.

 

 

Mode d’emploi pour la tristesse numérique

 

1. Les photos du style «je vais super bien sans toi»
Les réseaux sociaux sont comme des vitrines numériques. De nombreux utilisateurs n’exposent que des photos valorisantes sur Facebook et Instagram: ils sont bien habillés, cultivés et participent à des manifestations captivantes dans des lieux fascinants. Malgré la séparation, ils continuent de sourire courageusement à la vie. Mais qui essaient-ils de tromper? lls auraient le droit d’être tristes.

 

2. Les messages numériques cachés
Les citations sur le thème des chagrins d’amour reflètent exactement ce que vous ressentez. Mais à peine que vous les aurez «postées», votre ex les lira aussi. Il faudrait que le message parvienne subtilement à son ou à sa destinataire, mais ce n’est guère subtil quand vous publiez successivement cinq citations relatives aux chagrins d’amour. Il se peut même que vous en ayez honte plus tard. Heureusement, il existe un bouton pour les effacer.

 

3. Les appels désespérés en état d’ivresse
Vous auriez quand même mieux fait d’effacer son numéro! Il peut arriver qu’on se laisse entraîner dans un certain sentimentalisme et qu’on empoigne son smartphone vers trois heures du matin quand la musique de la fête devient plus langoureuse. Le lendemain on ne se souvient plus de quoi on a parlé pendant un quart d’heure. C’est peut-être mieux ainsi.

 

 

Mode d’emploi pour le bonheur numérique

 

1. Protégez-vous de vous-même
Sur Facebook, vous pouvez désactiver le bouton «abonnement». Ainsi, il ou elle n’apparaîtra plus dans votre journal. Il vous sera automatiquement plus facile de prendre de la distance. Sinon, vous serez contraint-e d’être témoin de ses voyages, de ses nouvelles amitiés et de ses photos où il ou bien elle rayonne de joie. A quoi bon?

 

L’app «Killswitch» vous assiste dans votre démarche: elle élimine tous les «posts», toutes les photos et tous les liens communs sans que votre ex ne s’en rende compte. Pour les fêtards et les amateurs de vin: «Drunk Mode» (en français : le mode d’ébriété) est une app qui bloque certains numéros pendant certaines plages horaires. Voilà de l’autoprotection à la puissance dix. Et celle ou celui qui voudra malgré tout accéder au numéro devra d’abord résoudre des problèmes de math complexes.

 

2. La poubelle numérique
Utilisez un journal intime numérique. Comment, vous ne connaissez pas encore cet outil? «Texts I wanna text my ex» (en français: des textes que j’aimerais écrire à mon ex) est un document Google-Docs accessible au public. Il s’agit en fait d’une espèce de poubelle numérique, dans laquelle vous pouvez déposer tout ce que vous aimeriez jeter à la tête de votre ex.


Simultanément, vous pouvez garder votre contenance dans la vie réelle. «Arrête de m’envoyer des messages», «J’aimais davantage ton chien que toi» ou «C’est toujours encore moi qui utilise ton compte Netflix» ne sont que quelques exemples des commentaires amusants qu’on peut y lire. On peut s’y défouler sans provoquer de remous, ça fait du bien.

 

3. Retour dans le futur
Il arrive un point dans une séparation où tout a été dit et analysé, où de nombreuses larmes ont coulé et où on a besoin de prendre une nouvelle direction. Sortez de nouveau voir du monde et laissez de côté votre PC et votre smartphone. La vraie vie se passe ailleurs! Si vous avez de bons amis, il est certain qu’ils vont vous convaincre de les accompagner à une fête dont vous n’avez nulle envie. Il est bien possible que vous allez d’abord faire triste mine. Mais tôt ou tard, un sourire s’esquissera sur vos lèvres. C’est un bon début.

 

 

 

 

Participez à la discussion

 

Comment vous comportez-vous sur les réseaux sociaux après une séparation?

 

Conditions d’utilisation

Nous vous remercions de votre contribution. Nous publions vos commentaires du lundi au vendredi.