Agriculture intelligente

Les paysans à l’ère numérique

Les technologies modernes rendent l’agriculture plus efficace et plus respectueuse de l’environnement. Dans ce domaine, les start-up suisse ont le vent en poupe.

Urs Binder (texte), 11 octobre 2017

En contemplant les champs du maraîcher Aramand K., on a l’impression de voir un film de science-fiction. Un robot avec quatre roues parcourt les plates-bandes de manière totalement autonome. Alimenté par de l’énergie solaire, l’appareil suit avec précision les lignes de semis. En-dessous du grand panneau photovoltaïque, on aperçoit deux étranges bras qui bougent constamment et évoquent les têtes d’une imprimante 3D. Mais que peut bien faire ce robot?

 

 

Un robot désherbeur ultra précis

 

Ce robot élimine les mauvaises herbes de manière intelligente et sans nuire à l’environnement. Pour ce faire, il identifie les herbes indésirables au moyen de sa caméra avant de les asperger d’une micro-dose d’herbicide avec une précision de 2 cm.

 

 

Le robot d’Ecorobotics est piloté via une app. Vidéo: Youtube/ecoRobotix

 

 

Avec la méthode de désherbage traditionnelle, l’herbicide est épandu sur toutes les plates-bandes. A l’aide du système intelligent, la quantité de désherbant utilisée peut être réduite de manière considérable. Le robot, qui pèse à peine 130 kilos, peut facilement être transporté par un tracteur et n’entraîne pendant son travail presque aucun compactage du sol. Une app installée sur le smartphone permet de configurer et de piloter le robot désherbeur à distance. Une fois sur le champ, il s’oriente de manière autonome grâce au GPS.

 

 

Un bon vieux tracteur peut transporter sans problème le robot désherbeur.

 

 

L’agriculture intelligente arrive

 

Le robot désherbeur est un bon exemple de l’agriculture intelligente: les technologies de l’information et de la communication (TIC) ont le potentiel d’augmenter la productivité et la durabilité de l’agriculture. Certains parlent de la «troisième révolution verte». L’agriculture intelligente combine les solutions des TIC, l’internet des objets, les systèmes de positionnement par GPS, le Big Data, les drones, l’intelligence artificielle et la robotique. Ces nouveaux appareils contribuent à favoriser une agriculture plus écologique, qui respecte les sols et les ressources hydrologiques, qui utilise moins d’énergie et facilite le travail des agriculteurs. C’est du moins la vision de la start-up romande Ecorobotix, qui a développé le robot.


Dans d’autres parties du monde, l’agriculture intelligente fait déjà longtemps partie du quotidien, en particulier aux Etats-Unis, où les surfaces agricoles sont énormes. Les semis, la fertilisation et la récolte ne seraient plus rentables sans le soutien de machines agricoles automatisées et commandées de manière centralisée. La pression sur les prix et la taille des fermes américaines ont fait de l’innovation et de la numérisation une nécessité. Alors que selon les régions aux Etats-Unis de 20 à 80 pour cent des agriculteurs utilisent des machines agricoles intelligentes, en Europe seuls de 0 à 24 pour cent des paysans se sont lancés dans l’agriculture numérique d’après les chiffres de la plateforme spécialisée smart-akis.com.

 

 

Analyse des cultures agricoles au moyen d'un drone équipé de la caméra de Gamaya.

 

 

 

Surveillance des champs depuis le ciel

 

Gamaya, une autre jeune pousse romande de l’agriculture intelligente, travaille avec des drones. En effet, comme les images satellites ne sont pas assez précises pour surveiller les surfaces cultivées, Gamaya se sert d’une caméra ultra moderne montée sur un drone et d’un logiciel d’analyse. Cette technologie lui permet d’identifier depuis le ciel l’état des cultures. Sont-elles saines? Stressées? Contaminées par des parasites? Sur le point de périr? La caméra est également capable de détecter les nématodes, c’est-à-dire des vers qui infestent les racines des plantes et perturbent leur métabolisme. Sur la base de toutes les données récoltées, il est possible d’établir un pronostic précis du rendement de la récolte.

 

 

Caméra hyperspectrale de Gamaya.

 

 

La pièce maîtresse de la technologie de Gamaya est sa nouvelle caméra hyperspectrale. Au contraire des caméras vidéo habituelles, qui n’enregistrent les images que dans les trois couleurs de base rouge, vert et bleu (RGB), une caméra hyperspectrale couvre l’ensemble du spectre de la lumière du violet à l’infrarouge. Il lui est ainsi possible de réaliser des prises de vue extrêmement précises et détaillées.

 

 

Gamaya réalise des analyses de surfaces agricoles depuis le ciel. Vidéo: Youtube/Gamaya

 

 

Grâce à ces informations, le paysan peut planifier l’utilisation de fertilisants, d’herbicides et de pesticides de manière beaucoup plus précise et optimiser la consommation de combustible de ses machines agricoles. L’agriculteur Armand K., équipé de son robot Ecorobotix, bénéficie d’avantages similaires: par rapport à l’épandage à large échelle de produits phytosanitaires, il économise jusqu’à 30 pour cent des coûts. Et comme son robot est alimenté par de l’énergie solaire, il n’a besoin d’aucun combustible.

 

 

Images réalisées depuis le ciel par une caméra conventionnelle (à gauche) et hyperspectrale (à droite).  

 

 


Elevage 2.0

 

Les technologies numériques ne transforment pas seulement la culture des plantes, mais aussi l’élevage. Fin novembre 2017, la foire spécialisée de l’élevage «Suisse Tier» se déroulera pour la dixième fois à Lucerne. Cette année, elle mettra l’accent sur l’agriculture intelligente (Smart Farming). Les visiteurs pourront y découvrir comment un système connecté recueille et interprète automatiquement les données d’un troupeau de vaches brunes d’un producteur laitier de Küssnacht. Les vaches sont toutes équipées d’un capteur permettant de surveiller à distance leurs habitudes de nutrition et la durée de leur rumination, ce qui permet d’optimiser leur alimentation et de prendre les mesures adéquates – par exemple appeler le vétérinaire – si une vache présente un comportement inhabituel.  

 

 

Gamaya

Gamaya est une spin-off de l’EPFL qui a remporté le Swisscom Startup Challenge 2015. Elle a développé la technologie de sa caméra au cours de divers projets internationaux entre 2011 et 2015, en particulier dans le cadre du projet Léman-Baïkal, une initiative helvético-russe pour l’investigation et le sauvetage des réserves aquatiques au moyen d’avions ultra légers et de caméras hyperspectrales. A l’heure actuelle, l’entreprise propose des solutions spécialement conçues pour la culture du soja et de la canne à sucre.

 

 

 

Ecorobotix

Ecorobotix s’est fixé pour objectif de créer des machines agricoles innovatrices et économes à des prix accessibles à tous les exploitants. L’entreprise, qui a été fondée par un économe et un ingénieur en microtechnique, a éveillé un grand intérêt avec son robot désherbeur et remporté le Swisscom Startup Challenge 2017.

 

 

Participez à la discussion

 

 

Conditions d’utilisation

Nous vous remercions de votre contribution. Nous publions vos commentaires du lundi au vendredi.