Antennes GSM camouflées

Arbres rayonnants

Les antennes de téléphonie mobile ont mauvaise presse. D’une part parce qu’elles sont laides, d’autres part parce qu’elles émettent des ondes. Raisons pour lesquelles elles sont souvent camouflées en œuvre d’art, en arbre, en croix ou en cactus.

Jörg Rothweiler (texte), 28 avril 2016

A peu près personne n’est prêt à renoncer à la téléphonie mobile. Et pourtant, où qu’on veuille construire une antenne, la résistance est préprogrammée. Alors qu’autrefois, les opposants invoquaient encore les risques liés aux ondes – dont on attend toujours encore les preuves scientifiques – aujourd’hui, ils s’insurgent contre la dégradation du paysage, du patrimoine historique ou d’un site.

Ainsi, on en est venu à camoufler les antennes. Chez nous, elles se cachent derrière une cheminée, une coupole ou des éléments de toiture décoratifs. A l’étranger, elles peuvent se présenter sous la forme d’œuvres d’art, de mâts pour drapeaux, de croix, de châteaux d’eau, de silos ou même d’«arbres rayonnants».

 

 

Des pins majestueux

 

Des copies de pins essaiment depuis 1992 les campagnes des Etats-Unis pour camoufler des antennes GSM. Elles sont particulièrement prisées, car les pins ont naturellement un tronc très droit, leurs rameaux chargés d’aiguilles peuvent facilement être reconstitués et ils cachent parfaitement les antennes.

 

 

Mâts pour drapeaux dans le vent

 

Jonathan Kramer via celltowerphotos.com et dilettantearmy.com.

 

 

Ce n’est pas seulement en Californie, où a été prise cette photo, que les antennes se camouflent en imposants mâts pour drapeaux. Détail intéressant: conformément à la loi, les drapeaux américains stationnaires doivent être illuminés pendant la nuit. Pour cette raison, les mâts d’antenne sont équipés de projecteurs, sans quoi le drapeau devrait être retiré tous les soirs au coucher du soleil et à nouveau hissé le lendemain matin.

 

 

1/5 La fabrication d'un arbre artificiel pour camoufler une antenne dure entre six et huit semaines. Photos: Robert Voit (2), Jonathan Kramer (1).

2/5 En fonction de la flore, les antennes GSM peuvent aussi être camouflées dans des palmiers. Photos: Robert Voit (2), Larson Camouflage (1).

3/5 Les cactus font aussi l'affaire. Photos: Douglas Yeo.

4/5 Aux Etats-Unis, des centaines d'antennes sont cachées dans des croix ornant des églises. Voici trois exemples de l'Arizona. Fotos: theapricity.com, Betty Beaumond, Jonathan Kramer.

5/5 Arbres-antennes en Angleterre, en Californie et en Afrique du Sud. Photos: waymarking.com, Jonathan Kramer, Robert Voit.

1/5 La fabrication d'un arbre artificiel pour camoufler une antenne dure entre six et huit semaines. Photos: Robert Voit (2), Jonathan Kramer (1).

 

 

Art, silos et demi-vérités

 

 

Plutôt œuvre d’art imposante que camouflage: habillage d’une antenne GSM à Albuquerque (New Mexico) dessiné par le fameux bureau d’architectes Dekker/Perich/Sabatini. Photo: Jonathan Kramer.

 

 

Antennes GSM camouflées en tant que château d’eau et silo. Photos: Larson Camouflage, Jonathan Kramer.

 

 

Les camouflages en forme de château d’eau, fabriqués par Larson Camouflage, l’un des plus grand fabricants de systèmes de dissimulation optique, n’évoquent guère notre époque moderne. La grange rouge située à Arvada dans l’Etat du Colorado est bien réelle. Par contre, le silo attenant et sa coupole camouflent une antenne.

 

 

Des cactus impérissables

 

L’entreprise Larson Camouflage sise à Tucson (Arizona) s’est spécialisée dans la construction d’antennes dissimulées dans d’énormes cactus artificiels. Photo: Jaycrew / Reddit

 

 

Les cactus originaires des Etats-Unis peuvent atteindre des dimensions impressionnantes. Aussi, il n’est pas étonnant qu’ils servent de camouflage pour des antennes de téléphonie mobile. Dans les Fountain Hills, une région de l’Arizona, on rencontre un grand nombre d’antennes ainsi dissimulées. Et ce ne sont pas seulement les antennes GSM qui utilisent ce stratagème, mais aussi la police qui y niche des caméras de surveillance.

 

 

Plantes tropicales en acier, béton et plastique

 

Les palmiers font des merveilles quand il s’agit de dissimuler des antennes GSM.

 

 

Pourtant, quand on y regarde de plus près, on découvre que ces palmiers portent des fruits bien particuliers. Photo: Larson Camouflage.

 

Les troncs de ces palmiers artificiels sont réalisés en acier et en béton et ornés de reconstitutions synthétiques du feuillage, à l’intérieur duquel sont installées les antennes.

 

 

 

Et qu’en est-il en Suisse?

 

En conformité avec un jugement du Tribunal fédéral de 2012, les communes sont seulement habilitées à édicter des valeurs limites d’immissions de «nature immatérielle». Cela signifie qu’elles sont compétentes pour fixer des normes en ce qui concerne l’apparence des antennes dans la mesure où ces dernières peuvent provoquer des sensations négatives.

Pour les antennes «qui ne sont pas perçues en tant que telles», les communes ne peuvent pas édicter de restrictions qui vont au-delà des valeurs limites d’immissions déjà déterminées par la loi fédérale. Les juges du Tribunal fédéral justifient leur décision en expliquant que «du point de vue psychologique, cela constitue une grande différence, si une antenne est visible ou non». Des études ont effectivement démontré que les personnes qui ne peuvent pas identifier une (supposée) source de danger n’en éprouvent en général aucun effet négatif.


 

Biodiversité dans la forêt des antennes

Ce n’est pas seulement aux Etats-Unis que l’on utilise des camouflages en forme d’arbre pour dissimuler des antennes. Robert Voit, professeur à l’Académie des Arts de Nuremberg s’est spécialisé depuis 2003 dans la photographie de ces arbres rayonnants dans tous les pays où il voyage. Ses meilleures photos artistiques ont été rassemblées dans «New Trees», un ouvrage qui est paru en anglais et en

allemand au Steidl-Verlag.

 

 

Participez à la discussion

 

Les antennes de téléphonie mobile vous dérangent-elles ? Doivent-elles êtres camouflées ou peut-on les construire de manière visible?

 

Conditions d’utilisation

Nous vous remercions de votre contribution. Nous publions vos commentaires du lundi au vendredi.