Données du bracelet de fitness

40 centimes les 10'000 pas

Certaines assurances maladie accordent un bonus aux assurés qui leur mettent à disposition les données de leur podomètre. Ce partage d’informations n’est pas sans risques du point de vue de la protection des données. Mais il recèle aussi des opportunités en matière de prévention.

Felix Raymann, 20 janvier 2017

Il n’est pas rare que des individus assez peu enclins à bouger se laissent motiver par un bracelet connecté ou une app podomètre. Ceux qui ne se contentent pas de recevoir des informations à propos des distances parcourues ou des calories brûlées peuvent désormais aussi bénéficier d’une incitation financière à faire du sport. En effet, diverses assurances maladie récompensent les clients qui leur livrent les données de leur podomètre.

 

La CSS propose par exemple un système de bonus allant dans ce sens. En tant qu’assuré, on peut comptabiliser ses pas au moyen d’un bracelet connecté (Fitbit, Garmin ou Jawbone) qu’on porte tout au long de la journée. Les données ainsi récoltées sont transmises tous les jours à l’assureur.

 

 

Seulement avec les assurances complémentaires

 

De toutes les données réunies, seul le nombre de pas est pertinent. Concrètement, cela signifie que l’assureur accorde un bonus de 20 centimes pour 7500 pas ou de 40 centimes au maximum pour 10'000 pas. De tels modèles de bonus ne sont pour l’instant permis qu’en rapport avec des assurances complémentaires et en aucun cas avec l’assurance maladie de base.

En plus du nombre de pas, beaucoup de dispositifs mesurent le pouls, la pression sanguine, la proportion de graisse dans le corps, le comportement durant le sommeil et le poids.

Le fait que les bonus accordés soient relativement modestes a son explication: la récompense pour la remise des données ne doit pas être trop élevée afin que personne ne se sente obligé d’adopter un tel modèle pour des raisons financières. Il n’en demeure pas moins que des individus particulièrement actifs peuvent récolter par ce biais jusqu’à 146 francs de bonus annuel. Ils peuvent ensuite utiliser ce bonus auprès de centres de fitness ou de divers prestataires en rapport avec la promotion de la santé.

 

 

Certains bracelets connectés ne font pas seulement office de podomètre, mais sont également à même de mesurer le pouls.

 

 

Perte de contrôle des données personnelles

 

Il faut bien être conscient du fait que les bracelets connectés et les apps ne sont pas seulement capables de compter les pas, mais qu’ils constituent de véritables pieuvres avides de données. C’est ainsi que beaucoup de dispositifs mesurent le pouls, la pression sanguine, la proportion de graisse dans le corps, le comportement durant le sommeil et le poids. Il y a même des apps où l’on est amené à inventorier l’ensemble des aliments ingérés.  

«Dans leurs conditions générales de vente (CGV), de nombreux assureurs ou fournisseurs de capteurs fitness se réservent le droit de réutiliser les données de leurs clients à des fins commerciales.»

Adrian Lobsiger, Préposé fédéral à la protection des données et à la transparence (PFPDT)

Le risque de perdre le contrôle sur sa sphère privée est élevé, tant et si bien qu’on peut assister à des violations de la protection des données, comme on peut le lire dans une déclaration du Préposé fédéral à la protection des données et à la transparence (PFPDT): «Dans leurs conditions générales de vente (CGV), de nombreux assureurs ou fournisseurs de capteurs fitness se réservent le droit de réutiliser les données de leurs clients à des fins commerciales (en les revendant à des tiers, par ex.).» Il recommande donc à chacun d’être vigilant quant à l’usage qui est fait des données concernant son activité de fitness et sa santé.

 

On ne peut pas non plus exclure que ces données soient manipulées ou que des tiers y accèdent de manière non autorisée. On peut ainsi imaginer des cas de figure où des données personnelles pourraient être communiquées à un employeur ou à une autre compagnie d’assurance.

 

 

Les pas comme indicateurs

 

Les assureurs maladie se limitent conformément aux conditions générales à comptabiliser les pas. De l’avis de Manuel Heuer de la plateforme de promotion de la santé Dacadoo, qui travaille étroitement avec les caisses maladie, le principal intérêt du podomètre réside dans le fait qu’il stimule les assurés à bouger davantage, ce qui se répercute favorablement sur leur santé.

Les personnes test équipées pendant 24 mois d’un podomètre ont perdu nettement moins de poids que le groupe de référence sans bracelet connecté.

La nature des informations livrées par les podomètres n’est toutefois pas totalement claire. En effet, celui qui espère maigrir en utilisant un tel dispositif pourrait bien être déçu. Selon une étude britannique, les personnes test équipées pendant 24 mois d’un podomètre ont perdu nettement moins de poids que le groupe de référence sans bracelet connecté.

 

 

Big Data au service de la prévention

 

Les données physiologiques récoltées peuvent néanmoins être utiles pour la prévention. Certes, les systèmes mentionnés sont des produits de loisirs à la mode et ne sont pas habilités à établir un diagnostic médical. Mais, comme l’explique Manuel Heuer: «Pour les personnes souffrant par exemple de diabète, d’hypertension ou de problèmes cardio-vasculaires, il existe des appareils de monitorage connectés qui aident à mieux contrôler la maladie chronique.»

 

Dans cette catégorie, on trouve les «wearables» qui mesurent le taux de glycémie et le communiquent directement au médecin traitant. On peut théoriquement aussi imaginer une évaluation à grande échelle de l’ensemble des données récoltées à propos de l’activité physique et de l’état de santé de la population à des fins de prévention. On pourrait ainsi à l’avenir plus rapidement diagnostiquer des maladies et mettre en œuvre les mesures de prévention adéquates. Le Fonds national suisse de la recherche scientifique soutient plusieurs projets analysant de telles données. L’Université de Bâle mène ainsi une étude avec des podomètres pour examiner l’influence de l’activité physique sur la thérapie anticancéreuse.

 

Swisscom Health

En tant que partenaire technologique, Swisscom Health assure le flux des informations dans le secteur de la santé.

 

 

Accessoires de fitness

Trouvez votre bracelet connecté ou votre smartwatch dans la boutique en ligne de Swisscom

 

 

Participez à la discussion

 

Quelles types de données récoltez-vous avec votre bracelet connecté?

 

Nous vous remercions de votre contribution. Nous publions vos commentaires du lundi au vendredi.