Série: Qui l’a inventé?

Les débuts de l’internet mobile

Lorsque Swisscom introduisit Mobile Unlimited en 2004, la vitesse de transmission des données était encore basse et les tarifs élevés. Mais grâce aux progrès techniques et aux nouveaux abonnements, l’idéal de l’internet mobile est peu à peu devenu une réalité.

Esther Hüsler (texte), 23 mai 2016

«Voilà qui est fort agréable: j’évite l’heure de pointe et monte déjà à 16 heures dans mon train. Partout, je suis connecté en toute sécurité au réseau mobile avec le meilleur débit. Je peux traiter mes e-mails en déplacement et j’ai accès à internet et aux données de mon entreprise. Quand je descends du train, j’ai terminé ma journée de travail et en plus, je m’épargne le stress des foules de pendulaires. Vive la liberté!»

Swisscom lança en été 2004 comme nouveauté mondiale Mobile Unlimited.

La citation ci-dessus remonte à douze ans, lorsque Swisscom lança en été 2004 comme nouveauté mondiale Mobile Unlimited, une connexion permanente à internet telle qu’on ne la connaissait jusque-là qu’avec le réseau fixe à large bande. Ce fut le coup d’envoi de l’UMTS (Universal Mobile Technology Standard), la troisième génération de téléphonie mobile.

 

 

Commutation instantanée entre les réseaux


Les vitesses de transmission entraient dans une nouvelle ère: dans les Hotspots équipés de WLAN, elles atteignaient jusqu’à 54 MBit/s et dans les agglomérations jusqu’à 384 KBit/s. Sur le reste du territoire, le débit atteignait au moins 30 - 40 KBit/s via le standard GPRS. Le grand avantage était que les utilisateurs ne remarquaient rien au passage d’une technologie à l’autre puisque la connexion restait constante. Seules les vitesses de transmission changeaient d’un endroit à l’autre.

Dans le forfait tarifaire, 40 megabytes (MB) coûtaient 70 francs par mois
Le modèle de tarification aussi était nouveau. Ce n’était plus le simple fait d’utiliser le service de trafic de données qui était facturé, mais la quantité de données effectivement consommées. Dans le forfait tarifaire, 40 megabytes (MB) coûtaient 70 francs par mois et 200 MB valaient 200 francs. Hors forfait, 1 MB était facturé 2.50 francs. Pour les entreprises, une offre spéciale Business s’imposait à partir de 20 utilisateurs. En sus, il fallait débourser 899 francs pour une carte PC à moins de contracter un abonnement de donnée pour 10 francs par mois.

 

 

 

 


En route vers l’ère des smartphones

 

Mobile Unlimited eut un succès énorme et devint très vite indispensable pour tous les adeptes des nouvelles technologies. Il était désormais possible de travailler et de naviguer sur internet dans le train et dans des lieux publics, ce qui engendra de nouvelles habitudes, qui favorisèrent la percée des ordinateurs portables, et peu après, des smartphones.

En guise de récompense pour son esprit d’innovation, Swisscom reçut en 2005 au GSM World Congress de Cannes le prix de la meilleure application mobile destinée à la clientèle commerciale. Quelque temps plus tard, les données furent transmises selon le nouveau standard EDGE et année après année les tarifs du trafic de données se sont mis à baisser.

L’ère du téléchargement de vidéos commença avec l’introduction de la quatrième génération de téléphonie mobile LTE.

En 2007, pour 79 francs les clients disposaient déjà d’un volume de données de 5 GB. Les utilisateurs occasionnels pouvaient surfer à haute vitesse au prix de 1 franc les 15 minutes. Deux ans plus tard arriva le premier abonnement «illimité» pour 59 francs par mois, mais à cette époque «illimité» signifiait 10 GB. Avec l’introduction de la technologie HSPA, le réseau continua de s’accélérer et entretemps, 250'000 clients surfaient déjà à 14,2 Mbit/s.

 

L’ère du téléchargement de vidéos a commencé à partir de 2012 avec l’introduction de la quatrième génération de téléphonie mobile LTE et d’abonnements avec des modèles tarifaires pour tous les budgets. La question de la quantité de données disponibles a été définitivement résolue avec l’avènement des abonnements Infinity, qui proposent différents forfaits de données et réduisent seulement la vitesse de téléchargement en cas de dépassement d’un certain seuil. Et tout cela à des prix qui plafonnent là où ils commençaient il y a dix ans.
 

 
ARTICLES DÉJÀ PARUS:

 

ScreenPad - l'ancêtre suisse de la tablette

Bien avant l'ère de l'iPad, Swisscom avait commercialisé le ScreenPad,  une tablette très en avance sur son temps.

 

Le cuivre dopé

La fibre optique relègue-t-elle le cuivre au rang de ferraille? Pas du tout! Par la combinaison de nouvelles technologies, le câbles en cuivre atteignent des débits inespérés.

 

Le miracle venu de la Jungfrau

Les antennes de faisceaux hertziens des PTT sur l’arête orientale de la Jungfrau ont fait de la Coupe du Monde de football de 1954 un véritable spectacle audiovisuel.

 

Videotex - le précurseur suisse d'internet

Lorsque les PTT lancèrent en 1984 une espèce dinternet suisse, le marché n’était pas encore mûr. Heureusement d’ailleurs pour le véritable internet.

 

La radio branchée à la prise téléphonique

Le réseau téléphonique a été pendant des années un moyen de diffusion majeur pour la radio.  

 

Replay TV

Les téléspectateurs suisses ont eu très tôt la possibilité de regarder leurs programmes en différé. Un privilège qui n'a guère plu aux chaînes de TV et aux producteurs de films.

 

La fin de la connexion manuelle

En 1959, la Suisse a disposé du premier réseau téléphonique totalement automatisé du monde.

 

 

 

Conditions d’utilisation

Nous vous remercions de votre contribution. Nous publions vos commentaires du lundi au vendredi.