Série: Qui l'a inventé?

Replay ou la lutte pour le confort TV

Les téléspectateurs suisses ont eu très tôt la possibilité de regarder la TV en différé, un privilège qui a dû être arraché aux chaînes de télé et aux producteurs de films.

Lukas Mettler (texte), 11 mai 2016

«Centurion, quand est-ce que nous pourrons enfin lancer l’attaque?», demande un soldat à son officier. Derrière lui, une centaine de combattants attendent sous un soleil de plomb l’ordre d’assaut du fort ennemi. «Quand Nico sera enfin prêt, mon vieux», répond laconiquement le chef de file. Nico arrive à la maison, enlève sa veste, grignote un petit encas avant de prendre un bain et de se caler dans son canapé. Il appuie sur le bouton de lecture de la télécommande. Les soldats peuvent enfin déclencher l’assaut.


C’est ainsi que Swisscom mettait en scène en 2014 dans un spot publicitaire la possibilité de regarder la TV en différé. Grâce à cette fonction, les téléspectateurs sont libres de visionner leurs programmes quand ils en ont envie et de sauter les interruptions publicitaires. La fonction Replay, qui a fait son entrée en Suisse en 2010 avec les premiers services TV basés sur le web, est un produit de la digitalisation de la télévision. En 2012, les autres opérateurs comme Swisscom et Sunrise ont suivi.

 

 

Spot TV pour la fonction Replay de Swisscom TV.

 

 

Autant les téléspectateurs ont immédiatement adopté cette nouvelle fonction et ne voulaient plus s’en passer, autant l’industrie du divertissement s’est mobilisée contre sa propagation. En 2012, par la voix de la Motion Picture Association (MPA), l’industrie cinématographique américaine a estimé que la fonction Replay contrevenait aux droits d’auteur et a exigé son interdiction. Elle n’a cependant pas obtenu gain de cause. Les producteurs d’émissions et les prestataires de télévision numérique se sont mis d’accord pour limiter la diffusion en différé à un maximum de sept jours.

«Les constructeurs de diligences auraient aussi bien aimé qu’on interdise le chemin de fer. Mais on n’arrête pas le progrès.»

Ralph Beyeler, expert TV et Télécom chez Comparis

En 2013, la SSR soucieuse de ses revenus publicitaires a également tenté d’interdire la fonction Replay. Mais elle s’est heurté aux critiques féroces des téléspectateurs, des opérateurs et du monde politique et sa tentative est restée infructueuse.


«Les constructeurs de diligences auraient aussi bien aimé qu’on interdise le chemin de fer. Mais on n’arrête pas le progrès», avait déclaré Ralph Beyeler de Comparis. Entretemps, les téléspectateurs suisses ont adopté cette nouvelle fonction et d’autres attaques de la part de chaînes de télévision telles que celles du groupe Pro Sieben/Sat 1 sont restées sans suite.


En Suisse, la fonction Replay a gagné le combat à la faveur des téléspectateurs, qui ont aujourd’hui la possibilité de donner l’ordre d’assaut quand bon leur semble.

 

 
 
ARTICLES DÉJÀ PARUS:
 
ScreenPad - l'ancêtre suisse de la tablette

Bien avant l'arrivée de l'iPad, Swisscom a commercialisé une tablette du nom de ScreenPad. Même si l'appareil a rencontré un succès limité, il était extêmement innovant pour son époque.

 
Le cuivre dopé

La fibre optique relègue-t-elle le cuivre au rang de ferraille? Pas du tout! Par la combinaison de nouvelles technologies, les câbles en cuivre atteignent des débits inespérés.

 

Le miracle venu de la Jungfrau

Les antennes de faisceaux hertziens des PTT sur l’arête orientale de la Jungfrau ont fait de la Coupe du Monde de football de 1954 un véritable spectacle audiovisuel.  

 

 

Télédiffusion

Pendant des décennies, les lignes téléphoniques étaient l’un des principaux moyens de diffusion de la radio.

 

 

Participez à la discussion

 

Comment utilisez-vous la fonction Replay?