Test de Skype Translator

La fin des cours de langues?

Avec Skype Translator, Microsoft montre de quoi est capable de nos jours la traduction simultanée automatisée. Tout ne fonctionne cependant pas encore aussi bien qu'on pourrait l'espérer.

Beat Hochuli (texte), 13 juin 2016

Avec sa fonction de traduction simultanée Skype Translator, Microsoft a créé la sensation. Mon évaluation est certes subjective – comme d’ailleurs tous les autres tests d’outils de traduction publiés dans la presse spécialisée – mais, compte tenu du fait qu’il se trouve encore en phase d’essai, on peut dire que le Translator de Skype rend déjà de bons services.

 

 

Microsoft fait une démonstration publique de Skype Translator. Vidéo: YouTube/Tom Warren

 

Il faut noter ici que les utilisateurs de ce nouvel outil de traduction doivent donner leur assentiment à ce que l’ensemble de leurs conversations soient enregistrées sur les serveurs Microsoft-Skype. Le géant de l’informatique justifie cette mesure par le fait que ces données lui permettent d’améliorer ses services. Car effectivement, le traducteur simultané de Skype est encore perfectible.

 

 

Etonnant voire choquant


Le fait est que mes trois «cobayes», qui ignoraient jusqu’à l’existence du «Translator» avant mon test, ont été – comment dire? – plutôt surpris, stupéfaits voire même choqués. Finalement, ils ont éprouvé un certain amusement au cours de ces expériences. Pourquoi?

 

 

A vrai dire, le Translator interprète toutes les phrases standard – salutations, questions et phrases simples – de manière étonnamment exacte. A condition bien sûr qu’on ne parle ni trop rapidement, ni trop lentement et qu’on articule bien ses mots. Il faut aussi s’armer de patience, car à la différence d’une conversation Skype normale, il faut absolument éviter d’interrompre son interlocuteur, sans quoi n’arrivant plus à suivre, l’interprète automatique est très vite perturbé.

 

 

Skype Translator: mode d'emploi. Vidéo: YouTube/Skype

 

 

Première règle: ne surtout pas surmener le Translator! Deuxième règle: Parler distinctement, sinon en anglais il peut facilement confondre «Jesus» et «cheese». Idem avec «Bob Dylan» qui devient «Bob Taylor» (rien contre ce dernier du reste).

 

 

Pour que Skype Translator puisse bien faire son travail: toujours parler lentement et distinctement.

 

 

Un maître de la poésie déclamatoire

 

Mon interlocutrice multilingue a tiré les conclusions suivantes de notre test. Premièrement, si les systèmes de reconnaissance vocale continuent de se perfectionner ainsi, un grand nombre de postes de travail (par exemple dans les centres d’appels) risquent d’être remplacés par des machines.

 

Deuxièmement: la traduction simultanée d’anglais en allemand fonctionne pour le moment mieux que dans l’autre sens. Quant aux combinaisons de langues allemand-espagnol et l’inverse, elles laissent encore nettement à désirer. Troisièmement: le Translator est un maître dans l’art de la poésie déclamatoire: la «Slam Poetry» en anglais. Quand on lui soumet cette expression, selon les circonstances, il croit comprendre «Lamp Poetry», «Slamp Porti» ou même «Sam Pottery». Mais encore une fois, il n’en est qu’à ses débuts.

 

 

Participez à la discussion

 

Avez-vous déjà essayé Skype Translator? Racontez-nous votre expérience.

 

Nous vous remercions de votre contribution. Nous publions vos commentaires du lundi au vendredi.