Métiers des TIC

Les femmes et la technique, une belle équipe!

Encore peu de femmes travaillent dans la branche informatique, bien que les TIC offrent des métiers à la pointe du progrès, qui exigent en plus de compétences techniques de la créativité et de l’empathie, et ouvrent de multiples perspectives de carrières.

Stephanie Zemp (texte), 9 mars 2016

L’image des informaticiens est percluse de nombreux clichés. Beaucoup s’imaginent un personnage masculin solitaire penché sur son écran, porteur de lunettes, qui pianote des combinaisons de chiffres cabalistiques sur son clavier. Cette perception n’a pourtant pas grand chose à voir avec la réalité. Les métiers des technologies de l’information et de la communication (TIC) offrent de nombreuses tâches demandant en plus d’un savoir-faire technique des compétences sociales. 

 

 

Dans le cadre des Swisscom Digital Days for Girls, les jeunes filles peuvent découvrir le quotidien professionnel des métiers des TIC.

 

 

Vaste éventail de métiers

 

Les filles en fin de scolarité ont le choix entre diverses formations de base dans le domaine des TIC. Au cours de l’apprentissage en quatre ans d’informaticienne CFC, elles apprennent à installer, à tester et à assurer le service de solutions informatiques. La nouvelle formation de médiamaticienne CFC combine le savoir technique avec le marketing et prépare ainsi les professionnels du multimédia de demain.
 
Quant aux télématiciennes CFC, elles mettent en place et entretiennent des installations et des réseaux afin que les technologies de l’information et de la communication fonctionnent sans anicroche. La manifestation ICTskills2016, qui aura lieu du 6 au 8 septembre 2016 dans le hall de la gare de Zurich, donnera un aperçu des fascinants métiers de cette branche.

 

 

Le CEO de Swisscom Urs Schäppi, le CIO d’UBS Switzerland & Region EMEA Daniel Ott et Jörg Aebischer, directeur d’ICT-Formation professionnelle Suisse réunis à l’ICTSkills2015. Photo: SITM

 

 

Ces trois métiers exigent aussi des compétences sociales. En effet, il ne s’agit pas seulement de comprendre des algorithmes et de développer des programmes, mais aussi de les rendre compréhensibles pour les utilisateurs et de répondre aux questions de ces derniers. Ces tâches demandent non seulement un savoir-faire technique, mais aussi de la créativité et de l’empathie, car à quoi sert la meilleure appli si les utilisateurs ne savent pas comment s'en servir?  

 

 

Informaticiennes célèbres comme modèles
 

 

Grace Hopper, autour de 1960, devant le tableau de commande d’un UNIVAC, le premier ordinateur commercial fabriqué aux USA. Image: flickr.com/Public.Resource.org

 

 

Les images colportées par les parents et les enseignants contribuent aussi au fait que les jeunes filles continuent d’être en minorité dans les métiers de l’informatique. Les modèles féminins font défaut. Pourtant, en recherchant dans les archives de l’ère informatique, on trouve plus d’une femme ayant joué un rôle fondamental dans l’invention de ces nouvelles technologies.

Ainsi par exemple, l’informaticienne Américaine Grace Hopper a eu l’idée dans les années 1940, d’élaborer une langue de programmation plus intelligible que le code numérique en vigueur à l’époque. «Il est vital de prendre congé de l’image dépassée du "nerd" masculin enfermé dans sa chambre et de créer de nouvelles perceptions plus réalistes des métiers de la branche informatique», déclare Jörg Aebischer, directeur d’ICT-Formation professionnelle Suisse. Une bonne manière de déconstruire ces préjugés est de participer à des journées d’information en entreprise.

 

 

Au cours des Digital Days, les jeunes femmes apprennent à programmer de tels robots.  

 

 

A l’issue de leur formation initiale dans le domaine des TIC, les jeunes diplômé-e-s ont de multiples possibilités pour approfondir leurs connaissances, par exemple en suivant des formations complémentaires et des spécialisations à divers niveaux et dans différents domaines. Ces spécialistes seront assurément très demandés sur le marché de l’emploi de demain.

 

 

 
Digital Days for Girls

Pour aider les jeunes filles à avoir un aperçu des métiers des TIC, Swisscom organise les Digital Days for Girls, où elles peuvent entre autres s’essayer au multimédia, programmer un robot et s’informer des tendances informatiques du futur.  

 

 

Participez à la discussion

 

Etes-vous de l’avis que davantage de femmes devraient suivre une carrière dans le domaine des TIC?  

 

Nous vous remercions de votre contribution. Nous publions vos commentaires du lundi au vendredi.