En lumière

De bons amis, un vélo électrique qui pense et un Lego en prototype

01

Automatisation

Les robots prennent le relais

Les voitures qui conduisent toutes seules ne sont qu’un début. Bientôt, les robots seront capables de construire seuls des ponts ou d’équiper individuellement des circuits imprimés, comme le montrent les exemples des drones volants de l’EPF de Zurich et les Mini-Bots de SRI International. Les quadrocoptères autonomes de la Flying Machine Arena de l’EPF attachent eux-mêmes les fils et tissent des structures réticulaires. Les robots volants travaillent très bien ensemble. Il s’agit ici aussi d’une spécialité des microrobots de SRI international qui a développé entre autres Siri, la reconnaissance vocale d’Apple. Sur une carte imprimée magnétique, des douzaines de petits robots peuvent être commandés indépendamment les uns des autres et très précisément, pour travailler à des vitesses pouvant atteindre les 35 cm par seconde. Ils peuvent ainsi réaliser ensemble des processus de fabrication sur plusieurs niveaux de A à Z. Le projet de recherche soutenu par l’agence de recherche des forces armées américaines (DARPA) a pour objectif d’obtenir des micro-usines flexibles entièrement automatisées, p. ex. dans le domaine de l’électronique informatique ou de l’analyse chimique, médicale et biologique.

Les drones volants de l’EPF en actionLes Mini-Bots travaillent vite et bien

«Nous avons le Stromer ST2 et l’appli qui permet de le commander. Quel est l’avantage?» – «Et bien, vous savez tout sur l’état du vélo.»

«eBike News» de Fahrradschau Berlin (youtube)

04

Crowdsourcing

Les amis d’à côté s’en chargent

Swisscom Friends est un projet passionnant à bien des égards. Cette plate-forme de crowdsourcing montre d’une part la façon dont une entreprise peut utiliser les connaissances du grand public pour proposer à ses clients un support optimal venant du voisinage, même pour de petits problèmes d’utilisation et de réparation. D’autre part, elle est un parfait exemple de la collaboration entre une start-up innovante et une grande entreprise tournée vers l’avenir. La place de marché communautaire Mila, sur laquelle s’appuie les Swisscom Friends, a été fondée par Manuel Grenacher, notamment sacré Newcomer de l’année à l’occasion du dernier Swiss ICT Award. Durant la phase pilote en cours, l’offre Friends se concentre encore sur l’agglomération de Zurich. Elle sera étendue à tous les grands centres à partir de l’automne. Le bouche à oreille devrait assurer une diffusion rapide de l’offre, car jusqu’à présent, les clients se sont montrés intéressés voire enthousiasmés par cette solution.

Les amis Swisscom aident à résoudre les problèmes de TIC du quotidien

05

Interface utilisateur

L’écran prend forme

La 3D restera-t-elle un effet optique sur écran plat? Le MIT (Massachusetts Institute of Technology) démontre, dans une résolution aux pixels encore grossiers, comment les écrans d’ordinateur pourraient devenir tridimensionnels et interactifs à la fois. Le système inFORM permet de tenir, via Internet, des balles en équilibre, de modeler des formes ou d’établir une représentation spatiale et manipuler des données complexes. 900 bâtonnets en polystyrène réglables en hauteur de façon dynamique créent la troisième dimension de l’écran. Les informations sur l’image sont projetées sur les bâtonnets au moyen d’un projecteur. Les informations spatiales sont saisies avec un capteur Kinect. Le résultat est un fascinant ballet de bâtonnets. Avec une résolution supérieure et des dimensions d’appareil compatibles desktop, de tels écrans risquent de conquérir rapidement l’univers des gamers. Cette interface utilisateur ultra-flexible permettrait par exemple à des équipes de peaufiner ensemble des projets par Internet ou à des instructeurs de faire littéralement «saisir» la fonction d’objets générés virtuellement.

La danse des bâtonnets en 3D  

02

Innovation M2M

Le vélo électrique qui pense dans le nuage

Avec son ST2, le fabricant suisse de vélos électriques Stromer a créé, aux côtés du M2M (machine-to-machine) Collaboration Center de Swisscom, une nouveauté mondiale. Le vélo de course électrique est interconnecté via un module de radiocommunication et utilise l’intelligence du Cloud pour une surveillance et une commande par smartphone. A l’aide d’une appli, il est ainsi notamment possible de consulter le niveau de batterie et de moteur, l’emplacement du vélo ou d’activer la protection anti-vol à distance et – si l’on souhaite prêter le vélo à une personne de confiance – de la désactiver. Et ce n’est qu’un début, car le Cloud permet aussi d’optimiser en continu l’appli et le vélo électrique au moyen de fonctions supplémentaires et de nouvelles applications.

Comment le ST2 peut être commandé par mobile

03

Energie

Refroidir le Cloud avec de l’eau de pluie

Les ordinateurs chauffent. Tous ceux qui utilisent de temps en temps leur ordinateur portable posé sur les cuisses le savent. Dans les centres informatiques traditionnels, le refroidissement des ordinateurs consomme quasiment autant d’énergie que les calculs à proprement parler. C’est-à-dire que pour chaque watt de puissance de calcul, il faut environ 2 watts de courant. Avec le nouveau centre informatique de Berne Wankdorf, qui abritera entre autres les offres de Cloud à partir de l’automne prochain, Swisscom fixe de nouveaux jalons en matière d’efficacité énergétique: un watt de puissance de calcul ne nécessitera plus que 1,2 watt de courant au lieu de 2. Des technologies de refroidissement innovantes rendent cette performance possible. Au lieu d’être refroidi par des machines frigorifiques énergivores, le centre informatique sera refroidi par l’air ambiant qui sera amené aux points précis de chauffe de l’infrastructure informatique. L’été, par forte chaleur, le nouveau «processus de Freecooling» sera renforcé par des aéroréfrigérants hybrides qui vaporiseront l’eau de pluie collectée dans un réservoir pour refroidir l’air chaud.

La construction du centre informatique de Berne Wankdorf en accéléré

06

Impression en 3D

Des Lego pour l’impression 3D

Aujourd’hui, les imprimantes en 3D sont capables de réaliser quasiment n’importe quel objet avec la précision souhaitée. Leur gros inconvénient: plus l’impression devra être précise, plus elle sera longue. La construction par couches d’éléments même petits peut prendre des heures. Un projet du Hasso Plattner Institut de Potsdam promet une forte réduction du temps d’impression grâce à l’utilisation de Lego. La structure de base étant assemblée avec des briques, il n’y a plus qu’à imprimer les éléments spécifiques d’une forme. Bien entendu, le concept peut être mis en œuvre avec d’autres pièces de construction que des Lego. De telles approches hybrides sont surtout intéressantes pour le Rapid Prototyping.

L’impression en 3D s’associe à Lego