En chemin

Obligation de présence contre flexibilité

En Allemagne, le télétravail est en perte de vitesse. En Suisse, c’est le contraire. La raison à cela: des cultures d’entreprise différentes et le manque de personnel qualifié chez nous.

Claudia Bardola

Les entreprises allemandes rappellent leurs télétravailleurs au bureau, telle est la conclusion du Deutsches Institut für Wirtschaftsforschung (institut allemand de recherches en économie). La part de collaborateurs travaillant régulièrement depuis leur domicile a fortement reculé à 8%, retrouvant son niveau d’il y a une vingtaine d’années. Pour les auteurs de l’étude, ce revirement s’expliquerait par la culture d’entreprise. Chez notre voisin du nord, le management attend à nouveau de ses collaborateurs qu’ils soient davantage présents pour pouvoir mieux les contrôler.

 

Chez nous, pendant ce temps, on n’assimile pas le temps de présence à la performance: «En matière de télétravail, la Suisse se classe dans le trio de tête à l’échelle européenne. Jusqu’à 25% des salariés travaillent régulièrement depuis chez eux», explique Johann Weichbrodt, psychologue du travail et des organisations, qui effectue des recherches à la Fachhochschule Nordwestschweiz, notamment dans le domaine des formes flexibles de travail.

 

Plus productif et plus attrayant grâce au Flexwork

J. Weichbrodt a dirigé l’étude FlexWork de cette année qui interrogeait des entreprises suisses sur leur flexibilité en matière de lieu et d’horaires de travail. Il ressort de cette enquête que, chez plus de la moitié des entreprises de prestations de service à haute intensité de savoir, qui est le plus grand groupe sectoriel de Suisse, la flexibilité dans le mode de travail est largement répandue ou se trouve dans la phase de mutation correspondante. J. Weichbrodt n’est pas surpris par ce nombre élevé: «Les modèles de travail flexibles permettant le télétravail sont un bon argument de recrutement au vu du manque de personnel qualifié.» En outre, ils permettent aux entreprises d’économiser des surfaces de bureau et de mieux répondre aux exigences d’une économie mondialisée. Et l’environnement y gagne du fait de la baisse du trafic pendulaire. Les études montrent également que les télétravailleurs peuvent être jusqu’à 15% plus productifs.

 

Les entreprises veulent passer à la vitesse supérieure

J. Weichbrodt ne pense pas que le recul du télétravail constaté en Allemagne puisse gagner la Suisse sur le moyen terme: «Il n’y a aucun signe avant-coureur en ce sens. Au contraire: d’après notre étude, une majorité de grandes entreprises souhaite assouplir ses modalités de travail au cours des prochaines années.» En ce qui concerne les règlements d’entreprise et les mesures RH notamment, les grandes entreprises ont du retard à rattraper: d’après l’étude, tout juste un quart a trouvé une politique satisfaisante pour tous.

«Les modèles de travail flexibles permettant le télétravail sont un bon argument de recrutement au vu du manque de personnel qualifié.»

«Le potentiel est encore vaste en matière de Flexwork», constate J. Weichbrodt. Tout en précisant: «Toutes les entreprises n’ont pas besoin d’être superflexibles. C’est plutôt la qualité de l’ajustement qui est décisive.» Une entreprise doit trouver son propre rythme et veiller à ce que les différentes dimensions telles que la technologie, la culture de management et les règlements évoluent à la même allure.

 

Aux entreprises qui n’en sont qu’à leurs débuts, l’expert rappelle que «les modèles de travail flexibles ne fonctionnent pas parfaitement du jour au lendemain. Il faut prévoir des disparités dans un premier temps et un certain cafouillage qui fait partie du processus d’apprentissage.»

Webinaire

Le 27 mai 2014, des experts du monde économique et scientifique ont discuté du thème «Nouvelles formes de travail – nouvelle culture de management».

Enregistrement Webinar (en allemand)

Aides

La Suisse sur la voie d’une productivité et d’une qualité de vie accrues: votre entreprise est-elle prête pour les formes de travail flexibles?

Whitepaper en tant qu’aide au démarrage

Entreprises et collaborateurs peuvent s’équiper pour le Home Office au moyen de check-lists.

Trucs et astuces

Quel potentiel recèle le travail flexible? Calculez les heures de travail, les quantités de données et les kilomètres pour votre entreprise:

Calculateur d’heures de travail

Johann Weichbrodt

Johann Weichbrodt est psychologue du travail et des organisations. Il est chargé de cours sur les méthodes de recherche qualitatives à la Hochschule für Angewandte Psychologie de la FHNW et collaborateur scientifique. Le télétravail et les formes de travail flexibles font partie des centres d’intérêt de ses recherches.