En lumière

La fin de la position assise et l’émergence des villes d’actions

01

Augmented Reality

Google Glass sous stéroïdes

Six ans après le contrôle de mouvement Kinect, Microsoft étonne avec une nouvelle interface utilisateurs qui attire vraiment l’attention: HoloLens est quasiment une Google Glass sous stéroïdes. Au lieu de projeter uniquement sur un écran plat dans le champ visuel, ces lunettes futuristes présentent des hologrammes 3D, qui peuvent être contrôlés par des gestes ou par la voix. La technologie de réalité augmentée n’est pas le seul rêve des gamers. Des fées, des méchants ou des adversaires sportifs apparaissent devant soi dans la réalité virtuelle. On peut parler avec eux, les combattre ou leur courir après dans des couloirs. HoloLens dispose cependant aussi d’un énorme potentiel dans l’utilisation professionnelle: visioconférences et collaboration deviennent plus vivantes. Les changements sur des objets se visualisent dans l’espace. Les techniciens de service peuvent se faire indiquer où exactement cela ne fonctionne plus au cœur de la machine. Ecrans et boutons de fonction peuvent être placés à l’envi dans l’espace …

Les possibilités fascinantes de HoloLens

«Bientôt, nous ne serons plus assis, car la position assise tue.»RAAAF (Rietveld Architecture-Art-Affordances), Hollande

1/4 Les trois habitants de la colocation TIC au travail chez eux: Thomas Petrig, Daniel Geppert et Johannes Neumaier (depuis la gauche).

2/4 Les abat-jour ont été dessinés sur le bois conformément aux consignes de l’Internet. Suit maintenant l’étape trois de la production: la réalisation au laser au Fablab de Zurich.

3/4 Nos lampes produites de façon numérique fonctionnent – c’est fantastique!

4/4 On trouve des iBeacons partout dans la colocation, même dans le lave-linge.

1/4 Les trois habitants de la colocation TIC au travail chez eux: Thomas Petrig, Daniel Geppert et Johannes Neumaier (depuis la gauche).

Project 365d

Colocation TIC: «Nous manquerons de temps»
La moitié du temps s’est écoulée au sein de la colocation TIC de Swisscom. Qu’ont fait Thomas Petrig, Johannes Neumaier et Daniel Geppert jusqu’à présent? L’heure est venue de dresser un petit bilan du «Project 365d» avec Thomas Petrig, Design Manager.
 
Le vendredi, vous préparez votre appartement pour l’avenir. Que doit-on comprendre par-là?

Nous avons des thématiques et des projets concrets que nous mettons en œuvre. Tous les 15 jours, nous écrivons un article à ce sujet dans le blog. Des gens nous rendent aussi visite. Beaucoup s’intéressent à ce que nous faisons. Parmi eux, certains travaillent sur des solutions de domotique, d’autres veulent nous faire tester des routeurs ou des produits TV. Nous manquerons de temps.

Quelles sont les principales réalisations des premiers mois?

Nous avons commencé par interconnecter notre appartement. Nous avons installé un serveur de domotique avec une solution openHAB, monté des capteurs de mouvement et des LED. Une fois chez nous, nous n’avons plus besoin d’actionner un seul interrupteur. Et nous avons fait faire trois abat-jour par ordinateur, c’est-à-dire que nous avons trouvé le plan de construction sur Internet, acheté le matériel chez Baumarkt puis les avons fait réaliser par laser au Fablab de Zurich. A côté de cela, nous gérons et analysons l’utilisation faite de la machine à laver par exemple avec myStrom. Prochainement, nous installerons des beacons. Grâce à ces capteurs, l’environnement pourra réagir à chacun d’entre nous individuellement, grâce aux signaux.

Comment vous tenez-vous informés des récents développements?

Je suis très présent sur les réseaux sociaux. Sur Twitter, on peut effectuer des recherches par mot-clé pour savoir ce dont parlent les gens, ce qui est en vogue actuellement. Je consulte aussi régulièrement des blogs comme Techcrunch, FastCo Design ou The Verge. Je regarde aussi souvent du côté des start-up et étudie quels projets trouvent un financement, ce qui nous montre dans quelle direction on pourrait aller. Kickstarter est une bonne source d’informations.

Accéder au Blog 365dVidéo du système d’éclairage Project 356d sur instagram

02

Visualisation

Les actions poussent comme des gratte-ciel

Une bonne visualisation ne rend pas les données meilleures, mais plus compréhensibles. L’Innovations Lab du prestataire financier américain Fidelity Investments a créé une application de Virtual Reality (VR) pour Oculus Rift, qui permet de se déplacer dans son portefeuille d’actions comme dans une ville. La hauteur des immeubles de StockCity indique le prix, la surface de base le volume de négoce des 90 derniers jours et le fonds de roulement. A l’avenir, les rumeurs des réseaux sociaux concernant une entreprise pourraient donc être intégrées dans le monde VR sous la forme d’oiseaux qui s’installent sur le toit de la maison.

Les propres placements dans la réalité virtuelle

03

Accessibilité

Décompresser sans être totalement hors jeu

La radiocommunication mobile nous a libérés des restrictions liées au réseau fixe et au PC. Mais dans le même temps, cette accessibilité permanente nous prive des îlots de repos nécessaires au cours de la journée, durant lesquels nous pouvons décompresser, travailler avec concentration ou entièrement nous consacrer à quelqu’un. C’est précisément ce que propose My Time de Swisscom. Cette appli gratuite permet de bloquer de façon ciblée SMS, appels et notifications. Lorsqu’on retourne en ligne, My Time affiche clairement ce qui s’est passé dans l’intervalle. De plus, cette appli aide à prendre conscience de ses propres habitudes téléphoniques et de les améliorer de façon ciblée. Des graphiques clairs indiquent p. ex. à quelle fréquence l’appareil est déverrouillé pour contrôler mails, Chats et News, quelles applis on utilise de quelle manière ou à quel moment on fait vraiment des pauses sur le smartphone.

Comment gérer mon temps

05

Smart Work

Le bureau de l’avenir: sans chaise ni table

Les environnements de bureaux actuels, avec leurs lounges et leurs zones créatives, ne sont-ils qu’un phénomène passager? Selon l’équipe hollandaise d’architectes RAAAF (Rietveld Architecture-Art-Affordances), nous ne serons bientôt plus du tout assis, car la position assise tue, comme l’affirment avec provocation les designers. Au lieu de préconiser maintenant des pupitres où l’on se tient debout, ils veulent totalement bannir chaises et tables du monde du travail, avec l’artiste Barbara Visser. L’espace de bureau est totalement repensé. Des surfaces obliques pour s’appuyer, des paliers à la bonne hauteur pour rester confortablement debout et des surfaces de travail planes forment un labyrinthe d’inspiration cubiste, alternant niches, passages ouverts et places. Les visiteurs de l’installation «End of Sitting» d’Amsterdam, où le concept a été présenté publiquement pour la première fois, se sont sentis bien dans ce paysage géométrique. Il leur manquait néanmoins quelques détails pratiques tels que des surfaces pour poser les tasses à café. 

Comment travailler sans table ni chaise