Wolf teste

BlackBerry is back!

Une résurrection: pourquoi le nouveau modèle de Blackberry, le Priv, est convaincant ?

Peter Wolf

brightcoveVideo_skipAdTitle
brightcoveVideo_skipAdCountdown
brightcoveVideo_skipAdRest
brightcoveVideo_skipAdForReal

 

Autrefois, lorsque les téléphones mobiles ne savaient presque rien faire mais que le BlackBerry offrait déjà un e-mail mobile et une gestion du calendrier, vous pouviez vous estimer heureux lorsqu’une entreprise décidait de vous équiper d’un tel accélérateur de productivité. En effet, on ne pouvait pas utiliser le BlackBerry de façon privée, il fallait un serveur géré par le service informatique de l’entreprise. Cet outil noir muni d’une molette de défilement était un véritable symbole de statut social. Non seulement il disposait du meilleur des claviers installés à l’époque, mais il était aussi très parcimonieux dans la consommation de données et d’énergie, tout en étant considéré comme sûr et robuste.

 

Aujourd’hui encore, les détenteurs de BlackBerry peuvent se réjouir – mais pas pour les mêmes raisons.

 

Pratique: le clavier coulissant est aussi un pavé tactile.

 

Etonnamment, le clavier physique qui m’a cruellement manqué – en tant que vétéran du BlackBerry, dans tous mes autres smartphones – n’est pas l’argument principal. Comme par le passé, il est agréable à utiliser (après tout, j’écrivais autrefois tous mes articles sur le BB), mais le clavier virtuel, avec ses suggestions de mots, est bien fonctionnel.

Aujourd’hui encore, les détenteurs de BlackBerry peuvent se réjouir – mais pas pour les mêmes raisons qu’avant.

D’autres raisons parlent en faveur du clavier coulissant: il allonge le mobile. De plus, il peut servir de pavé tactile. Ces deux caractéristiques réunies font que l’on peut faire dérouler de longs mails, des listes ou des sites Web, sans couvrir l’écran de ses doigts. En outre, des raccourcis clavier, des mots de passe ou de courts textes peuvent être entrés aisément.

 

Innovant: le blocage par combinaison d’une image et d'un chiffre.

 

L’écran OLED arrondi latéralement est d’un aspect moderne et il se prend bien en main.

 

Le fait que le haut-parleur se situe sur l’avant du boîtier, directement sous le clavier, et ne soit donc pas recouvert par la main qui tient le téléphone, est aussi un plus. Voilà pour l’extérieur.

 

Un intérieur également convaincant.

Pour ce qui est de l’intérieur, les choses ont changé: le BlackBerry Priv a abandonné son propre système d’exploitation et fonctionne désormais sous Android. Cela signifie avant tout que pour la première fois, un utilisateur de BlackBerry peut choisir entre un nombre suffisant de bonnes applis! En matière de sécurité, il est toutefois soutenu: l’appli de bord «DTEK by BlackBerry» évalue le statut de sécurité de l’appareil, détaille le verdict et donne des recommandations d’amélioration.

 

Sûr: l’appli «DTEK by BlackBerry» vérifie en continue le statut de sécurité.

 

Ce qui n’a pas changé, c’est l’excellent BlackBerry Messenger BBM, qui existe aujourd’hui pour d’autres systèmes d’exploitation, et le BlackBerry Hub, qui regroupe les messages des sources les plus diverses et les affiche.

 

L’astuce supplémentaire de Swisscom

Mobile Security vous permet d’accéder à vos applications et données où que vous soyez et à tout moment. Swisscom analyse vos exigences commerciales et concentre l’intégration des smartphones et tablettes sur les aspects pertinents. Pour une utilisation sécurisée, Swisscom en déduit des propositions de solutions assorties des technologies adéquates, comme l’intégration sécurisée de terminaux mobiles dans votre entreprise, l’accès protégé aux applications confidentielles et l’utilisation sécurisée des données privées et professionnelles sur un même appareil.

Plus d’informations

Peter Wolf

Peter Wolf (50 ans) est passionné de technique depuis qu’il est en âge de penser. Pendant plusieurs années, il a été trendscout et expert en réseaux sociaux auprès de Ringier. Il travaille aujourd’hui à temps partiel chez e-foresight et a rejoint le personnel de Swisscom au printemps 2014. Il écrit également des chroniques régulières et des tests d’applis pour diverses publications.