En lumière

Slotcar Bots, ondes ultrasonores et chauffage des hommes

01

La colocation de l’innovation

Meubles interactifs, électroménager qui parle, pièces interconnectées

Le 1er octobre, le designer Thomas Petrig (28 ans, gauche) et les spécialistes en TIC Daniel Geppert (29 ans, milieu) et Johannes Neumaier (27 ans, droite) ont aménagé, au sein d’un immeuble ancien bernois, dans la colocation la plus originale de Suisse. Dans le cadre de «Project 365d» de Swisscom, ces trois hommes travaillent quatre jours par semaine sur des projets de TIC au sein du département innovation de Swisscom. Le cinquième jour, ils s’occupent à domicile de la conception du logement de l’avenir: «Qui sait, peut-être vont-ils développer un réfrigérateur qui saura si j’ai encore du beurre. Ou une machine à café qui se mettra en marche juste avant que je ne sorte du lit», dit Judith Oldekop, responsable marketing du personnel chez Swisscom. Comme le trahit le nom «Project 365d», Swisscom met à la disposition de ces jeunes gens les chambres de la colocation et les postes de travail pendant 365 jours.

Un marketing du personnel peu habituel

Les trois bénéficiaires ont été choisis dans le cadre d’une évaluation particulière. Un test de connaissances spécialement créé figurait dans l’annonce en ligne pour la place de colocation et l’emploi. «Seules les personnes ayant une affinité avec l’IT pouvaient réussir ce test, car les questions étaient vraiment difficiles», explique Judith Oldekop. Pour les étudiants, c’était un jeu et Swisscom pouvait tester qui disposait vraiment de connaissances en programmation. L’objectif du projet consiste en effet à pourvoir rapidement les postes vacants en TIC avec des candidats adaptés.

Dans le blog TIC, les intéressés parlent du temps passé dans la colocation. Avez-vous des idées sur les gadgets qu’ils devraient associer pour simplifier leur vie quotidienne? N’hésitez pas à en faire part sur le blog.

Plus d’infos et blog

Et le cinquième jour, ils s’occupent de l’avenir à la maison..Durant quatre autres jours, les jeunes spécialistes de la colocation Innovation travaillent au département Innovation de Swisscom.

04

StartUp Challenge

Voyage à la Mecque de l’IT

Les cinq vainqueurs du Swisscom-StartUp Challenge ScanTrust, eSMART, Geosatis, Hoosh et CashSentinel se sont rendus en octobre dans la Silicon Valley pour un programme de mentorat d’une semaine. C’est là, sur le site majeur de l’industrie IT et high-tech, que les jeunes entreprises ont pu nouer des contacts avec des partenaires internationaux et des investisseurs expérimentés. Les jeunes pousses ont pu faire tester leur projet sous toutes les coutures par des experts de la branche et des Venture Capitalists. dialogue a demandé à Rikke Blix Hagemann, CEO de Hoosh, la start-up qui a développé un outil de marketing intelligent, comment elle a vécu ce voyage.

Comment avez-vous profité de votre séjour dans la Silicon Valley?

Ce voyage a été très productif pour nous. Apprendre des choses sur les possibilités d’investissement dans la Silicon Valley et avoir la chance de découvrir de nouvelles entreprises intéressantes était passionnant. Tout m’a paru beaucoup plus grand qu’en Suisse.

Avez-vous appris des choses concrètes à appliquer pour votre start-up?

Oui, en termes de partenariats stratégiques potentiels et de contacts intéressants avec des clients dans la vente.

Que va-t-il se passer maintenant pour vous?

Vendre, vendre, vendre est la mission-clé durant la phase de start-up dans laquelle nous nous trouvons. Dans la Silicon Valley, nous avons pu nouer un grand nombre de contacts précieux et planifier quelques réunions pour les semaines à venir.

Quel a été le moment fort de cette semaine?

Les réunions avec Salesforce et Oracle. Et la présence d’autres formidables start-up.

Quelle a été la plus grosse surprise?

Hmmmm ... bonne question. Je ne suis pas sûre qu’il s’agisse d’une surprise mais j’ai été très impressionnée par le pouvoir du networking dans la Silicon Valley.

Plus d’infos sur les vainqueurs du StartUp Challenge

02

Virtual Reality

Voir avec les yeux du chirurgien

Les lunettes de réalité virtuelle Oculus Rift rachetées il y a quelques mois par Facebook ouvrent des perspectives totalement nouvelles aux médecins. Un chirurgien français a filmé une opération de la hanche avec un bandeau frontal équipé de 2 caméras GoPro synchronisées. Converti en fichier de réalité virtuelle Oculus Rift, le film permet aux étudiants de ne plus voir globalement depuis le bord de la table d’opération comment inciser et scléroser. Dans la réalité virtuelle, ils peuvent suivre exactement et en détail ce que le chirurgien voit lui-même pendant son travail. L’exemple montre les possibilités énormes que les technologies de réalité virtuelle des jeux vidéo comme Oculus Rift ouvrent aussi pour les visualisations dans le domaine professionnel.

Oculus Rift en salle d’opération

03

Mobilité

Charger son smartphone dans sa poche de pantalon

Plus besoin de chargeur ni de tapis pour recharger son compagnon du quotidien pour le lendemain. La start-up américaine uBeam a fait breveter une technologie permettant de recharger les accus de smartphones et tablettes dans sa poche de pantalon, son porte-documents ou sur son bureau – sans rien faire. Cette technique utilise les ultrasons. Un petit convertisseur branché à la prise de courant convertit l’énergie électrique en ondes ultrasonores, qui sont ensuite captées par un second miniconvertisseur à l’intérieur de l’appareil puis transformées à nouveau en courant électrique. La technique des ondes ultrasonores présente toutefois un inconvénient: elle ne traverse pas les murs. Chaque pièce doit donc être dotée de sa propre infrastructure de charge. Meredith Perry, co-fondatrice d’uBeam, n’y voit cependant aucun problème. Elle est convaincue que sa technologie sera bientôt aussi répandue que le WLAN. L’électronique mobile étant quasiment constamment dépendante du réseau électrique, les fabricants pourraient p. ex. miniaturiser leurs accus. Finis alors les coups d’œil horrifiés sur l’affichage de charge juste avant de quitter son bureau!

uBeam sur le NetÇa fonctionne …

05

Capteurs

Les hommes ont enfin chaud

Des capteurs et des programmes intelligents permettent des choses qui dépassent notre conception. Ainsi, par exemple, la façon de chauffer des pièces – ou plutôt les personnes à l’intérieur. Une équipe du Massachusetts Institute of Technology (MIT) a présenté Local Warming, un système de chaleur qui ne chauffe plus simplement les pièces, mais réchauffe d’une manière ciblée les personnes qui se trouvent dedans. Si personne n’est dans la maison ou dans le bureau, le chauffage est coupé. Murs et plafonds n’ont donc plus à chauffer en même temps pour atteindre une température ambiante agréable. L’économie d’énergie peut atteindre 90%. Local Warming utilise des signaux WLAN pour suivre la position d’une personne dans la pièce. Des radiateurs infrarouges sont utilisés comme sources de chaleur dirigées.

Local Warming en actionLa structure du système en accéléré

06

Hackathon

Slotcar Bot et Virtual Reality avec lunettes en carton

Quand 350 grands développeurs d’Europe font un marathon de la programmation de 40 heures, on assiste à des choses étonnantes. Au HackZurich, à ce jour le plus grand hackathon de Suisse organisé par des étudiants d’université et d’EPF, le premier prix a été remporté par une app qui, depuis un smartphone et une paire de lunettes en carton bon marché, crée un écran portable devant le visage, en réalité virtuelle, à la manière de l’Oculus Rift. Swisscom et Zühlke Engineering avaient créé un prix spécial pour l’équipe ayant programmé le bot le plus rapide pour une piste Carrera, avec lequel la voiture de course se pilote entièrement automatiquement. Le logiciel conducteur disposait dans le Cloud des données en temps réel de capteurs d’accélération. Les algorithmes ont ensuite dû apprendre à accélérer et freiner au mieux sur le circuit, et surtout à anticiper. C’est finalement une équipe de l’Université de Varsovie qui a été sacrée championne virtuelle de slotcar.

Un enthousiasme énormeTout sur le Hackathon