En lumière

Steaks parfaits et camions transparents

01

Personal Transporter

Les enfants tardifs du Segway

Les révolutions se laissent parfois un peu de temps. En 2001, le Segway Personal Transporter promettait une mobilité radicalement nouvelle. Depuis, seuls 50’000 de ces moyens de locomotion urbains à balancement sur deux roues se sont vendus, que l’on voit de temps à autre utilisés par des groupes de touristes. Avec la croissance ininterrompue des métropoles, le concept semble cependant connaître un regain d’intérêt et le Segway donne naissance à des «enfants tardifs». Après le lancement du Winglet, concurrent direct du Segway, par Toyota dès 2013, Volkswagen lance elle aussi un gyropode électrique maniable pour progresser habilement et rapidement sur le «dernier kilomètre».

La prochaine meilleure vente de Noël?

Si le modèle de VW possède trois roues, il est bien plus compact que ses prédécesseurs. Les diverses versions fantaisistes à la PhunkeeDuck, Hovertrax ou Solowheel sont mêmes proposées sans guidon et appelées à devenir de grands succès des ventes à Noël. Mais tous supposent un certain sens de l’équilibre. Cela devrait aussi être le cas du Lexushover Board futuriste. A l’aide de forces magnétiques, il flotte au-dessus des surfaces métalliques. Cette petite merveille de supraconductivité refroidie à l’azote n’est toutefois qu’une étude technologique qui n’est pas encore proposée à la vente.

Le gyropode Volkswagen pour le coffre de voiture Les nouveaux Fun Riders dans le test Wired

Lexus fait flotter la planche

«Grâce aux écrans plats à l’arrière des camions, les automobilistes peuvent éviter les déboîtements dangereux effectués pour estimer la situation. On ne sait encore si les camions de verre seront un jour réalité dans le trafic.»

04

Project 365d

Après la colocation TIC

Pendant 365 jours, Thomas (g.), Daniel (m.) et Johannes ont dû se supporter en tant que colocataires mais aussi collègues de travail dans la colocation Swisscom. Durant cette période passée dans la «colocation de l’avenir», ils ont testé de nombreux produits de Smart Home et interconnecté leur logement. Beaucoup de choses ont réussi, certaines ont échoué.

Les trois jeunes professionnels ont notamment pu nouer de nombreux contacts et réfléchir à la période suivant la sortie de la colocation. Thomas et Daniel ont trouvé un poste fixe chez Swisscom. Johannes a accepté un emploi dans une start-up zurichoise, où il aidera à concevoir une place de marché en ligne. «Comme il s’agit d’un projet commun de Swisscom et de Coop, il ne m’est pas trop difficile de partir», précise l’informaticien.

Puiser dans l’offre variée

Les jeunes gens aiment à se rappeler l’année qui vient de s’écouler et ils se sentent bien armés pour les nouvelles tâches qui les attendent. Pour la colocation TIC, dont les nouveaux habitants débuteront le projet le 1er octobre et dont ils ont déjà fait la connaissance, les trois anciens souhaitent un lien thématique plus fort des projets de la colocation avec des projets d’innovation au sein de l’entreprise: «On pourrait ainsi exploiter encore davantage le potentiel des projets», commente le designer Thomas.

Les trois ex-collègues conseillent aux nouveaux habitants Abi, Oli et George d’aborder le projet de façon ouverte et active. «Ayez le courage d’essayer des choses nouvelles, faites de nombreuses erreurs, tirez-en des enseignements et puisez dans l’offre créative», les incite Daniel.

Toutes les contributions sur le blog à relireCanal Instagram de la colocation

02

Le barbecue pour les nerds

Le smoker high-tech ultime

Dire adieu aux steaks carbonisés ou desséchés: telle était l’ambition d’étudiants ingénieurs de Harvard qui ont construit le smoker ultime. Grâce à sa forme optimisée qui fait circuler l’air automatiquement comme dans une tour de refroidissement d’une centrale nucléaire, et à des algorithmes intelligents pilotés par un Raspberry Pi, la température de la viande reste optimale pendant des heures. Reste à savoir si les millions de rois des grillades amateurs apprécieront. Avec ce smoker high-tech, l’art du barbecue qu’ils célèbrent deviendra en effet un jeu d’enfant.

Une dynamique de tour de refroidissement pour le steak parfait

03

Safety Truck

Le camion de verre

Les camions sont encombrants et ralentissent le trafic individuel. Ils mettent à rude épreuve la patience de nombreux automobilistes et conduisent régulièrement à des manœuvres de dépassement risquées. Le géant de l’électronique sud-coréen Samsung veut à présent mettre fin à la gêne visuelle que constituent les camions à l’aide de sa technologie de moniteurs. Pour y parvenir, elle a recours à quatre grands écrans plats assemblés au dos du Samsung Safety Truck. Ces écrans montrent aux automobilistes bouchonnant derrière ce qui se passe devant sur la route. Ces derniers peuvent ainsi éviter les déboîtements dangereux jusqu’ici nécessaires pour estimer la situation. On ne sait cependant si le camion de verre sera un jour réalité dans le trafic. Pour l’instant, il n’existe que dans un film publicitaire argentin de l’agence Leo Burnett.

Le spot publicitaire du Safety Truck

05

Mini-robots

Un robot origami pour la médecine

Un robot fait des choses de façon autonome. Le nouveau Mini-Bot du MIT américain et de l’Université technique de Munich fait quasiment de ce principe sa «maxime de vie». Il ne se contente pas de savoir nager, déplacer des objets et se promener sur la peau. Cette petite machine de tout juste un centimètre se déploie elle-même sous sa forme active et se replie une fois le travail accompli. Pour ce faire, elle dispose d’une structure en trois couches dans laquelle une couche de PVC est prise en sandwich entre deux feuilles de polystyrène ou de papier. Sous l’effet de la chaleur, le PVC se rétracte, amenant la forme à se déployer automatiquement sur la base du modèle. Un aimant assure le déplacement. Pour l’auto-dissolution, ce mignon petit robot rampant se plonge dans un bain d’acétone. Il ne reste alors plus que l’aimant. Les chercheurs prévoient à présent une version soluble dans l’eau. De plus, ils souhaitent encore réduire la taille de la construction. Cela, dans l’objectif de créer des mini-robots pouvant être activés directement dans le corps et décomposés ensuite.

Le mignon robot origami en action