Trend

De l’aide pour les nostalgiques du hi-fi et pour les paresseux en langues

01

Chromecast Audio

Le Wi-Fi pour les nostalgiques du hi-fi

Après le succès des premières clés Chromecast – selon ses propres dires, Google en a vendu plus de 20 millions – la deuxième génération est désormais disponible. En plus de la Chromecast 2 améliorée, qui, comme la version précédente, assure la compatibilité Wi-Fi de téléviseurs «obtus» et les alimente en offres issues de l’Internet, Google sort maintenant, avec le Chromecast Audio, une jumelle très intéressante. Celle-ci transforme les chaînes hi-fi vieillissantes, mais de grande qualité, en terminaux musicaux interconnectés de façon intelligente. Elle peut être raccordée à un ampli-syntoniseur ou à des haut-parleurs via un jack de 3,5 mm, un câble audio traditionnel ou un câble optique.

Commandée via les appareils mobiles

Chromecast Audio est commandée via des smartphones ou des tablettes compatibles Android ou iOS, au moyen de l’appli Chromecast correspondante. Bien entendu, les notebooks Windows et les Chromebooks maison sont aussi supportés. Aspect important: le prix. Coûtant 39 francs, la Chromecast Audio est passablement plus avantageuse que les alternatives d’Apple (Airplay) et de Sonos (Connect).

La nouvelle Chromecast Audio Video

04

Technologie de drones

Les drones reboisent

La start-up BioCarbon a entrepris de planter chaque année dans le monde jusqu’à un milliard d’arbres pour le reboisement, et ce de façon entièrement automatique. Ce chiffre représente environ un dixième des arbres coupés chaque année mondialement ou victimes de défrichage par le feu.

De nombreuses régions nécessitant un reboisement sur notre planète sont très difficilement accessibles. Le projet de drones télécommandés de BioCarbon prévoit de recenser tout d’abord, à l’aide de drones de reconnaissance, la topographie, la teneur en nutriments du sol et la biodiversité. Ces informations alimenteront un algorithme auto-adaptatif, de sorte à créer une «precision planting platform».

La plantation précise sera ensuite confiée à des quadricoptères télécommandés, sur la base des résultats de ces calculs. Ils sèmeront une plantule intégrée dans un gel nutritif biodégradable. Selon BioCarbon, ce gel garantit des chances de succès bien supérieures à celles offertes par les semis manuels à sec.

Reboisement automatique: comment cela fonctionne

06

Mobile Payment

«Le paiement mobile ouvre la voie à de toutes nouvelles expériences d’achat.»

Nous avons notre portable constamment avec nous et souvent davantage à portée de main que notre portefeuille. Il semble donc logique que le paiement par téléphone mobile s’établisse rapidement. Pour cela, il suffit d’une appli telle que Paymit, que SIX, UBS, ZKB et Swisscom souhaitent développer ensemble pour en faire le standard de paiement mobile. Aujourd’hui, Paymit permet de transférer de l’argent entre particuliers. Le paiement est alors directement débité sur le compte bancaire. Cette solution n’a pas manqué de convaincre: à l’occasion du Best of Swiss Apps Award de l’an dernier, le jury et le public ont distingué cette application à plusieurs reprises. A partir de 2016, elle permettra également de payer dans les commerces.

Pourquoi Paymit va-t-elle s’imposer sur le marché suisse du paiement mobile?

Simon Zwahlen, Head of Paymit Initiatives, Swisscom: Parce que le système ouvert et la vaste assise offerte par SIX, Swisscom et les banques – actuellement UBS, la Banque cantonale de Zurich et bientôt aussi Raiffeisen tout comme les Banques cantonales de Genève, Lucerne et vaudoise – assurent une diffusion rapide. Aujourd’hui, nous comptons déjà 140 000 utilisateurs Paymit. Lors du développement, nous attachons par ailleurs une grande importance à l’expérience des utilisateurs. Paymit doit être simple, rapide et sûr, pour les utilisateurs privés comme pour le commerce qui va venir s’ajouter. Un exemple: les paiements via Paymit doivent être débités directement sur le compte. Notre titre de «Master of Swiss Apps» nous a confirmé que nous sommes en bonne voie au niveau de l’expérience client offerte.

Pourquoi avons-nous besoin de solutions de paiement mobile – les espèces et les cartes de crédit ne suffisent-elles pas?

Les paiements mobiles ne vont pas remplacer les espèces et les cartes de crédit, mais les compléter. Nous voulons créer une alternative pratique aux paiements qui s’effectuent aujourd’hui principalement en espèces. Nous avons toujours avec nous des téléphones portables, et le paiement mobile est plus rapide qu’un règlement en espèces ou par carte. On peut par exemple penser à une boutique libre-service d’une ferme ou à un snack mobile qui sert le midi des dizaines de clients: jusqu’ici, l’argent était nécessaire, mais laborieux à manier. De plus, les achats hors ligne et en ligne fusionnent de plus en plus. Paymit permet également de simplifier ces processus. Les paiements mobiles ne sont que le début d’expériences clients tout à fait inédites. 

Jusqu’ici, Paymit est une solution P2P. Comment cela va-t-il évoluer?

A partir de début 2016, nous lancerons progressivement des solutions Paymit pour le commerce. Nous commencerons par les commerçants qui fonctionnaient jusque-là sans terminal de paiement. Durant le reste de l’année, nous compléterons l’offre en continu pour les commerçants de plus grande envergure et également pour le commerce en ligne. La fonction de paiement se verra complétée de fonctions faisant la liaison entre commerçants et clients. Il s’agit ici d’offres individualisées et liées au site, ou de la collecte de points de fidélité. Pour en revenir à l’exemple de la ferme: alors que le fermier ne me connaît peut-être même pas aujourd’hui, il pourra s’adresser à moi directement à l’avenir, pour me dire quand mon confit préféré sera à nouveau disponible. 

Plus d’informations sur Paymit 

02

El Capitan et iOS 9

Les clients commerciaux en ligne de mire

A l’occasion de la dernière pléiade de présentations de son entreprise, le CEO d’Apple Tim Cook a assuré qu’il n’était pas prévu de fusionner le système d’exploitation de desktop et de notebook OS X avec son équivalent mobile iOS. Cela peut être vrai, et aller ainsi à l’encontre de la stratégie de l’éternel concurrent Microsoft, qui a fait de Windows 10 la mesure de toute chose sur toutes les plates-formes matérielles. Mais le fait est que la toute dernière version d’OS X, baptisée d’après le nom du rocher caractéristique El Capitan dans le parc national californien de Yosemite, se sert assez franchement dans l’inventaire d’iOS et que El Capitan et la dernière version du système d’exploitation mobile, iOS 9, fonctionnent de plus en plus étroitement.

Une attaque de Microsoft

La marque à la pomme de Cupertino ne se contente plus de cibler les utilisateurs privés habitués au luxe ou les créatifs en termes de graphisme, de film et de son. Tim Cook a tiré les choses au clair lors de la présentation de l’iPad Pro: cette tablette permettrait d’exécuter 80% des tâches commerciales que l’on peut réaliser sur PC – mais avec plus de souplesse, de créativité et de facteur plaisir. Reste à savoir si ce vocabulaire caractéristique d’Apple demeure au goût du jour. Une chose est claire cependant: à travers sa stratégie, l’i-fabricant vise directement Microsoft et ses tablettes Surface basées sur Windows 10. Et effectivement, l’interaction de la suite de productivité pour iWorks, avec El Capitan, iOS 9 et iCloud, donne à Apple une impulsion supplémentaire notable en direction de l’univers commercial.

Les nouveautés de l’OS El Capitan
Les nouvelles fonctions d’iOS 9 Video

03

Transformation numérique

Les six tendances de numérisation sur lesquelles nous travaillerons en 2016

En 2015, de nouveaux projets de numérisation ont vu le jour, des stratégies numériques ont été formulées, des applis mobiles conçues et de nouvelles expériences du Web créées. Selon PAC, nous allons passer aux choses sérieuses en 2016 en termes de transformation numérique. Pour les entreprises, il s’agit de développer des modèles commerciaux totalement nouveaux, qui cannibaliseront peut-être les modèles en place, et de procéder à des ajustements fondamentaux de l’organisation et à des modifications de la culture de l’entreprise.

PAC entrevoit les six évolutions suivantes pour 2016:

1. En partant de l’analyse de l’interaction avec les clients, on va vers des modèles commerciaux basés sur les données.

2. Du fait de l’Internet des objets, les stratégies intégrées de cybersécurité seront incontournables en 2016.

3. En 2016, les expériences clients seront plus globales.

4. Les processus devraient être moins orientés vers l’efficacité, mais plus souples et axés sur les clients.

5. Les structures organisationnelles pratiquant la division du travail deviendront des univers de travail collaboratifs.

6. Last, but not least: les mécanismes de pilotage rigides seront remplacés par des cultures d’entreprises vivantes et capables d’apprendre.

Vous pouvez télécharger ici l’ensemble du rapport

05

Skype Translator

Parlez-vous mandarin?

Les utilisateurs de Skype pour Windows 7, 8.x et 10 profitent dorénavant de la fonction d’interprétation simultanée Skype Translator. Cet ajout logiciel sera intégré progressivement et automatiquement à l’aide de mises à jour. Les personnes voyant ainsi s’afficher, en haut à droite, un symbole de mappemonde après la mise à jour disposent de l’appli de traduction. Pour l’instant, Skype Translator supporte les appels téléphoniques en temps réel en allemand, en anglais, en français, en italien, en mandarin et en espagnol dans les deux directions. D’autres langues devraient venir s’ajouter.

Pas encore parfait – mais capable d’apprendre

Lilian Rincon, responsable du développement de Skype Translator chez Microsoft, concède que l’on obtient encore parfois des résultats amusants lors de la traduction en direct. Mais elle souligne que le système est capable d’apprendre et qu’il sera donc de plus en plus fiable en cas d’utilisation continue. Les interlocuteurs doivent s’habituer à marquer des pauses que le Translator soit capable de suivre. De plus, les Suisses alémaniques sont tenus de parler un allemand scolaire pur. Et il devrait en rester ainsi: le suisse allemand n’est pas envisagé.

L’essentiel sur Skype Translator Video