Switzerland Connected: une expérience sur le fil du rasoir
3 min

Switzerland Connected: une expérience sur le fil du rasoir

Le 13 janvier, Bligg, Marc Sway, Flavié Léa et bien d’autres musiciens de toute la Suisse ont écrit une page d’histoire. Pour la toute première fois, un concert commun a réussi à distance, ce qui était auparavant considéré comme techniquement impossible. Peu avant la diffusion, les techniciens étaient encore aux prises avec des problèmes presque insolubles jusqu’à ce que le hasard vienne à leur rescousse. 

Mercredi 13 janvier à 18h29 Des larmes coulent partout, au château de Chillon, sur les toits de Berne, au théâtre de Bellinzone, dans une hutte de ski à Klosters, au Volkshaus de Zurich et dans la régie de télévision à Volketswil. Car ce qui était auparavant considéré comme techniquement impossible au niveau mondial vient d’être réalisé: 15 musiciens ont chanté en direct depuis six endroits différents. Séparés, mais unis. Le jour même où la Suisse doit capituler une nouvelle fois face au coronavirus en décrétant le deuxième confinement, un signal clair a été émis: c’est possible sans compromettre la sécurité, grâce à la technologie.  

La latence insidieuse

Prêts pour le moment vécu collectivement

A une époque où les expériences et les moments en commun sont devenus rares, nous osons essayer de créer un grand moment partagé et organisons «Switzerland Connected», la première expérience numérique de musique en direct en Suisse.

Pourtant, quatre heures plus tôt, tout semblait différent. Pour la énième fois, l’expérience avait échoué lors des répétitions. Ce n’est pas un hasard si elle n’avait jamais abouti auparavant. Depuis deux jours, les chanteurs n’en finissent pas de réessayer et leurs mots de s’entrechoquer, au sens premier du terme. Le temps de latence ou de réaction, c’est-à-dire la transmission retardée de l’image et du son, ne cessait de creuser un fossé entre les participants.  

Le routeur qui mène au bonheur

Puis un routeur a également rendu l’âme à Bellinzone. Un coup de chance, comme on s’en apercevra plus tard. Pendant les réparations, on s’est en effet rendu compte que le routeur n’a eu de cesser de se connecter au réseau de téléphonie mobile, mais aussi au réseau fixe, un processus naturel, car de nombreux routeurs Swisscom utilisent le réseau mobile comme solution de rechange en cas de panne. En cas d’interruption, le routeur se connecte automatiquement via la 4G. L’appareil teste périodiquement la disponibilité de cette connexion en établissant une seconde connexion via le réseau mobile pendant un court instant. Ce qui améliore la stabilité au quotidien délivre ici exactement le contraire.

 Pour diffuser les paroles des musiciens en même temps, les techniciens ont en effet dû calculer précisément le retard puis le compenser à l’aide d’un logiciel spécial. La durée du retard a toutefois subi des fluctuations à cause de la seconde connexion, si bien que le logiciel n’a pas pu corriger le problème. Seule une simultanéité absolue permet aux musiciens de chanter de manière synchronisée, même s’ils se trouvent dans des endroits différents et s’ils utilisent des technologies différentes. Dans le cas de Switzerland Connected, il s’agissait principalement de fibres optiques et de la 5G.  

Le diagnostic était établi une heure avant le spectacle, mais il n’y avait plus assez de temps pour une autre répétition. Il ne restait plus aux techniciens qu’à couper les connexions d’urgence et à espérer qu’ils avaient effectivement trouvé la cause du problème. 
 
Le reste appartient à l’histoire et passe à la postérité. Mais jugez par vous-même: 

Lisez maintenant