Un nouveau jeu de l’oie
4 min

Un nouveau jeu de l’oie

Cette année, nous autres gamers ne pouvons vraiment pas nous plaindre. Le trimestre dernier, nous avons été submergés de bonnes sorties, et cela fait longtemps qu’il ne reste plus que des places debout dans le hype train. D’Age of Empires II: Definitive Edition à The Legend of Zelda: Link’s Awakening, les titres fusent en notre direction. Toutefois, un jeu en particulier se démarque de tous les autres. 

Les oies sont des animaux remarquables. Dans de nombreuses fermes, elles sont même utilisées comme animaux de garde, car elles n’ont peur de rien et font fuir tout intrus en cacardant. Et oui, on dit bien «cacarder» – nous avons vérifié sur Google. Qu’est-ce que cette excursion dans le règne animal peut bien avoir à faire avec les jeux vidéo, se demandera l’un ou l’autre lecteur? À première vue, rien, mais c’est justement le propos: nous trouvons qu’il existe trop peu de jeux vidéo avec des oies. Chaque jeu a maintenant ses dragons, ses ours, ses chiens ou ses souris – mais les oies sont rares. Le studio de développement de jeux vidéo House House l’a également remarqué et a dédié un jeu à cette volaille vive d’esprit. Il s’intitule Untitled Goose Game et est disponible sur PC et Nintendo Switch.  

Le meilleur internet pour les meilleurs jeux

Swisscom propose l’Internet haute vitesse pour la meilleure qualité de jeu sur le plus grand réseau à large bande à fibre optique de Suisse. Avec jusqu’à 1Gbps de haut en bas de la vitesse, il n’est plus sur Internet si cela ne fonctionne pas dans le jeu.

Culte malgré un mécanisme de jeu simple 

Sur Internet, Untitled Goose Game est très rapidement devenu culte. Cela en dépit, ou peut-être même en raison, de ses graphiques et de ses mécanismes de jeux très simples. Dans le jeu, notre personnage est une oie qui peut déployer ses ailes, se baisser, cacarder et attraper des objets avec son bec. Il n’y a pas d’inventaire, pas d’armes, pas de skills ou autres bricoles. Seule une liste de tâches indique au joueur ce qu’il doit faire; la plupart de ces tâches consistant à rendre la vie dure aux villageois. On peut par exemple faire peur à un petit garçon en cacardant jusqu’à ce qu’il s’enferme dans une cabine téléphonique. Puis lui piquer son avion sans autre forme de procès et le poser sans se faire remarquer sur un stand du marché aux puces du coin de la rue. On peut ensuite regarder en ricanant le garçon qui tente de récupérer son jouet et se fait pincer par la propriétaire du stand en train de «voler». Cela ne semble peut-être pas d’un intérêt capital mais, étrangement, tourmenter un village avec ce genre de tours est absolument jouissif.  

Parmi les tours à jouer: piquer son couteau à un client du restaurant.

Une farce avec risque de dépendance 

Les villageois indiquent dans des bulles avec symboles leur prochain objectif, un peu comme dans les SIMS. Cela aide à planifier les mauvaises blagues, car le joueur a toujours un coup d’avance sur ses victimes. Le jardinier, par exemple, veut entretenir son jardin et fait savoir par bulle qu’il cherche sa petite bêche. Comme nous atteignons la bêche avant lui et pouvons la traîner ailleurs, nous déterminons ses prochains mouvements. On pose la petite bêche près de l’arroseur, puis, au bon moment, on ouvre l’eau pour arroser le jardinier. Les possibilités de combinaison sont nombreuses mais demandent un bon sens de l’observation et un bon timing.

Le jeu incite à revenir jouer pour mieux connaître les habitudes des habitants et pouvoir ainsi faire plus de bêtises. C’est probablement l’un des meilleurs moyens de tuer le temps sur le chemin du travail, surtout sur la Switch. Il n’est pas difficile de comprendre pourquoi ce jeu a atteint un statut culte si rapidement, car le principe est aussi simple que génial et cela reste très divertissant même après des heures de jeu. Plus divertissant que de nombreux titres AAA à prix fort, auxquels les joueurs ne peuvent se connecter que par des loot boxes et des DLC coûteux.

Les amateurs d’oies et ceux qui souhaitent tourmenter leurs semblables en imitant Max et Moritz à leur meilleur ne peuvent qu’apprécier Untitled Goose Game.

A propos du jeu

Untitled Goose Game est produit par l’éditeur de jeux vidéo australien House House. C’est le deuxième jeu de cette entreprise formée de quatre hommes.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *