Partir à la chasse aux champignons avec une application pour Smartphone
5 min

Partir à la chasse aux champignons avec une application pour Smartphone

Lors de la cueillette des champignons, il est essentiel de bien identifier ses trouvailles, sans quoi toute la récolte ne vaut rien. Une application peut elle aider à identifier les champignons? Notre auteur a fait le test.

Jusqu’à présent, 2019 est une bonne année pour les champignons. La saison de la cueillette continue jusqu’aux premières gelées. Les chaudes journées d’automne attirent encore de nombreux cueilleurs dans les bois. Ce qui n’est pas étonnant car, au fond, tout le monde pense que cueillir des champignons est facile. On se rend dans une forêt et on balaie le sol du regard à la recherche de champignons. Si l’on en trouve un, on l’examine. S’il est comestible, on le met dans un panier pour le ramener chez soi.

Problème: de nombreuses espèces de champignons sont très semblables et ne peuvent être différenciées que par les experts. Les champignons constituent un réel danger, comme le montrent les quelque 450 cas d’intoxication fongique d’adultes enregistrés l’an dernier par Tox Info Suisse.

Préparer le panier et l’application de reconnaissance des champignons

Avant de partir en forêt, nous avons étudié quelques applications pour la cueillette des champignons qui permettent d’identifier ces derniers facilement et rapidement. Nous avons été convaincus par Myco Pro, une application permettant de saisir les caractéristiques du champignon étape par étape jusqu’à l’identifier (espérons-le) et découvrir s’il est comestible ou non.

De la vesse-de-loup perlée au lactaire pubescent, l’application donne des informations sur 311 champignons. Toutes les images et descriptions viennent de l’encyclopédie en ligne Wikipedia. La performance du développeur de l’application ne réside en effet pas dans le recueil d’informations, mais dans la méthode simple par laquelle on peut identifier un champignon trouvé.

Pour compléter notre équipement, nous prenons un panier – les champignons ont besoin de beaucoup d’air et ne doivent jamais être transportés dans des sacs en plastique –, un couteau, une loupe et un sac pour les champignons que nous classerons comme non comestibles et que nous souhaitons présenter plus tard à un professionnel. Nous avons aussi de quoi écrire au cas où nous devrions prendre des notes.

Partir à la chasse aux champignons avec une application

Un expert en champignons nous recommande n’importe quelle forêt comme zone de recherche. Dans la ville de Berne, il nous renvoie à la forêt de Bremgarten. Il ne nous en dira pas plus: ceux qui connaissent les meilleurs coins à champignons les gardent généralement pour eux.

Nous partons donc et pénétrons dans un bosquet par des chemins de plus en plus étroits. La première demi-heure, nous ne croisons aucun champignon. Puis soudain, sur une souche, première trouvaille. Seul hic: le spécimen ne peut pas être identifié avec l’application. Nous le laissons là.

Mais juste à côté, nous trouvons un autre champignon. En 31 secondes, nous l’avons identifié (correctement, espérons-le).

Ensuite, tout s’accélère: dans les deux heures qui suivent, nous découvrons en tout dix espèces de champignons. Nous réussissons à en identifier six avec l’application: trois sont comestibles, deux ne le sont pas; la dernière est mortelle. Nous plaçons les champignons comestibles dans notre panier; les non comestibles et le vénéneux dans un sac séparé, car nous voulons savoir lors de leur contrôle si l’application nous a donné le bon résultat.

Le contrôleur exprime sa déception face à l’assortiment de champignons.

La confiance c’est bien, vérifier (les champignons) c’est mieux

Au cours de l’après-midi, c’est l’heure de vérité: nous présentons les champignons cueillis à un contrôleur de champignons de l’Inspection de police de la ville de Berne, (vous trouverez ici le lieu de contrôle le plus proche).

Important pour l’identification: l’odeur.

Première réaction du contrôleur de champignon: un regard compatissant. Le reste est vite raconté: aucun champignon n’a été identifié correctement. Ce n’est pas très étonnant. Il existe en Suisse environ 6000 sortes de champignons, dont certains se ressemblent beaucoup. Si nous avions consommé ces champignons sans les faire contrôler par un professionnel, nous n’aurions pas été empoisonnés, mais nous n’aurions pas non plus eu de champignons comestibles dans notre poêle.

Comment réagit le champignon quand on le coupe?

Quand on observe le contrôleur de champignons, on voit aussitôt ce qu’une application – et pas seulement celle que nous avons testée – ne peut faire. Les caractéristiques telles que la forme du chapeau, la couleur ou les lamelles ne forment qu’une partie de l’identification des champignons. L’odeur joue un rôle important, tout comme la réaction au contact et à la coupe, sans parler de l’expérience acquise au fil des années.

Pas de sauce au champignon pour le moment, donc. Mais une chose est sûre: dès que les conditions pour aller à la chasse aux champignons seront à nouveau réunies, nous ferons un deuxième essai.

Application d’identification des champignons Myco Pro

Application d’identification des champignons Myco ProTélécharger l’application (CHF 6.–):

Myco Pro pour Android, Myco Pro pour iOS


À propos de l’auteur

Beat Rüdt est journaliste indépendant et responsable d’étude à MAZ; il vit à Berne. Il s’intéresse aux nouveautés numériques et aux représentations visuelles. Il est marié et père de quatre enfants.

Actualisation d’un article de 2015.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Lisez maintenant