Redécouvrir l’art avec la technologie
5 min

Redécouvrir l’art avec la technologie

A Lausanne, l’art et la science s’inspirent mutuellement – grâce à une technologie puissante 

Sarah Kenderdine est directrice et conservatrice en chef de l’EPFL Pavilions. Elle étudie les expériences interactives dans les musées et travaille avec son équipe sur le lien entre l’art, la technologie et la science. Pour la réussite de tels projets, une infrastructure du réseau solide joue un rôle essentiel. 

Cela vaut la peine de se rendre à l’EPFL Pavilions – expositions en cours ici

Les toiles, les pinceaux et les cadres laissent aujourd’hui place à la réalité virtuelle, à l’intelligence artificielle et aux écrans de smartphones. Les nouvelles technologies changent l’art et la manière dont nous interagissons avec elle. A l’avenir, utiliserons-nous nos ondes cérébrales pour déterminer à quoi ressemblera l’œuvre d’art présente en face de nous sur le mur du musée? 

Nous présentons cinq projets impressionnants avec une toute nouvelle dimension artistique et demandons à Sarah Kenderdine, visionnaire en matière de fusion entre art et technologie, de nous donner son avis. 

Un musée pour accéder à d’autres réalités 

Source: https://uploadvr.com/museum-of-other-realities-vr-northway/ 

Téléchargez l’application, mettez vos lunettes de RV et vous voilà dans le Museum of Other Realities. La technologie de RV la plus moderne permet de s’immerger dans les expositions de ce musée d’art, qui n’existe que virtuellement. Vous pouvez vous balader dans chaque expositions et vous laisser surprendre par les œuvres d’art numériques, et ce sans billet. 

Sarah, un musée de RV peut-il rivaliser avec une exposition sur place? 

«Tout à fait: la réalité virtuelle, augmentée et mixte permet aux visiteurs de découvrir des sites qui seraient autrement inaccessibles. Le musée séduit par son interactivité et crée un lien émotionnel fort.» 

Quels sons ont les couleurs? 

Source: https://artsandculture.google.com/experiment/sgF5ivv105ukhA 

Ecouter les couleurs et les formes comme le faisait l’artiste Wassily Kandinsky: Google rend cela possible avec «Play a Kandinsky» . Sur le site web, vous pouvez cliquer sur le projet, qui repose sur le Machine Learning, et laisser les paysages sonores des différentes couleurs et formes caresser vos tympans. 

Sarah, comment une machine apprend-elle à écouter comme Kandinsky? 

«Les chercheurs ont d’abord entraîné la machine neuronale avec de la musique datant de l’époque de Kandinsky. Puis ils ont demandé à l’IA de générer de nouvelles mélodies inspirées des sons précédents, affinant ainsi sa capacité.» 

S’envoler vers les Pyramides de Gizeh 

Source: Dario Floreana

Une visite rapide au Machu Picchu ou une excursion spontanée pour voir les pyramides de Gizeh? Le groupe de recherche de l’EPFL Pavillons voit les choses en grand: explorations avec des drones touristiques interactifs. Grâce à la technologie de FlyJacket , nous explorons les sites du patrimoine mondial et les sites historiques à partir d’une vue aérienne totalement indépendante de l’emplacement de l’utilisateur. 

Sarah, quelles sont les prouesses techniques de ce drone touristique? 

«La combinaison haptique permet des vols de drones personnalisés. Grâce à la commande interactive, les visiteurs peuvent accéder à des détails qu’il serait impossible de voir depuis le sol – avec l’œil d’un faucon.» 

Le collectif aux trois bras

Source: https://www.washingtonpost.com/business/2020/11/05/ai-artificial-intelligence-art-sougwen-chung/ 

Sougwen Chung crée la surprise avec son partenaire artistique: au lieu d’un autre artiste, le collectif est composé de l’artiste chinoise et d’un bras robotisé. Doug, comme l’appelle affectueusement l’artiste, est doté d’une intelligence artificielle et peut donc contribuer de manière autonome à façonner les œuvres du collectif homme-machine. Ensemble, ils créent des œuvres d’art sur de grandes toiles et se produisent également en tant que duo de danse contemporaine. 

Sarah, comment l’artiste et le robot communiquent-ils l’un avec l’autre? 

«Sougwen Chung et son robot doté de l’IA réagissent aux mouvements de l’autre. Lorsqu’elle se penche, s’agenouille ou déplace le pinceau, le robot copie ses mouvements – grâce à des enregistrements en temps réel – et elle répond à son tour au mouvement du robot.» 

Ta réaction à Beethoven version pull-over 

Source: http://www.koreaherald.com/view.php?ud=20201113000541

Enquête

Le duo européen Varvara & Mar utilise les ondes cérébrales générées par l’écoute de la Sonate pour piano n° 8 de Beethoven pour en tisser une œuvre d’art. Pendant qu’un pianiste joue le morceau de Beethoven, des données cérébrales sont recueillies auprès des personnes présentes dans le public. La machine à tisser connectée transforme ces informations en une œuvre d’art qui utilise des points de tricot clairs et foncés pour représenter les réactions empathiques et cognitives des auditeurs. 

Sarah, nos données se transforment-elles en art? 

«Une fois que le programme informatique a converti les fréquences cérébrales en impulsions électriques, la machine à tisser connectée transforme ces impulsions en mouvements, créant ainsi l’œuvre d’art.» 

Bereit für die Chancen der vernetzten Welt

Der digitale Wandel verändert unsere Welt, macht vieles möglich und fordert uns alle auf eine andere Art und Weise. Mit der neuen Webserie «Shift» schauen wir genau hin, um herauszufinden, welchen Einfluss Technologie und Digitalisierung auf unseren Alltag und unsere Gesellschaft haben.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Lisez maintenant