Inga Hintz in ihrem Atelier
7 min

J’ai créé mon entreprise… et le coronavirus est arrivé

L’architecte d’intérieur Inga Hintz a été frappée par l’interdiction de contact en plein pendant la phase de déploiement de sa start-up. Comment trouver des clients? Comment bien utiliser cette phase d’arrêt? Nous nous sommes renseignés et donnons trois conseils précieux aux créateurs d’entreprises.

Début mars 2020: Inga Hintz reçoit son inscription au registre du commerce. La création de l’entreprise Inga Hintz Interior Design GmbH est un succès. Sa joie est «extraordinaire». Problème: une semaine plus tard, le Conseil fédéral décrète à son tour l’état de «situation extraordinaire» pour la Suisse et prie la population de garder ses distances et de rester à la maison. Pour les affaires d’Inga Hintz, cela résonne comme un coup de tonnerre.

Inga Hintz, architecte d’intérieur

Depuis plus de dix ans, Inga Hintz travaille comme architecte d’intérieur. Elle est désormais indépendante depuis mars 2020. Elle connaît sur le bout des doigts les textures, couleurs et tissus, et sait comment combiner au mieux les différentes matières. Mais surtout: Inga Hintz se met à la place des gens pour ressentir ce qu’ils veulent, ce qui est crucial dans son activité.

Tirer le meilleur parti de la nouvelle situation

Inga Hintz propose ses services autant à des architectes qu’à des particuliers. Elle a déjà travaillé pour les premiers en tant que freelance au cours des deux dernières années. La probabilité de recevoir de nouveaux mandats venant d’architectes est d’ailleurs plus élevée que venant de particuliers. Or en raison du coronavirus, les contacts personnels dont le rôle est si important sont impossibles. «Sans visite chez les clients, je ne peux pas me faire une idée précise du contexte», explique la jeune entrepreneuse. La visiophonie n’est pas un substitut, car elle ne capte pas parfaitement les ambiances, la lumière et les matières.

Mais Inga Hintz se bat. Abandonner ne fait pas partie de son vocabulaire, elle est hypermotivée. De toute façon, son business plan prévoyait de commencer par présenter sa jeune entreprise de la meilleure façon possible ainsi qu’à la rendre visible. Au lieu de se rendre auprès de clients, l’architecte d’intérieur s’y consacre depuis chez elle. Elle développe un site Internet ou encore met sur pied une newsletter. Elle poste régulièrement des contenus sur Instagram pour gagner des followers. «Mes concurrents utilisent ce canal pour accroître leur visibilité, c’est pourquoi j’investis aussi dans ce réseau.»

L’architecte d’intérieur dessine un croquis

Elle a légèrement ajusté son business plan à la situation actuelle. Avant cette crise sanitaire, Inga Hintz a distribué un grand nombre de cartes de visite pour gagner en notoriété. Elle opte désormais pour d’autres supports. Par exemple en utilisant un groupe WhatsApp local, au sein duquel échangent plus de cent femmes. Pour le moment, il ne s’agit pas d’approcher des clients potentiels. C’est pourquoi Inga Hintz prépare actuellement le terrain en vue de jours meilleurs.

Inga Hintz Interior Design GmbH a été fondée par l’IFJ Institut für Jungunternehmen, qui accompagne et soutient les créateurs d’entreprises dans la phase de démarrage.

Pour beaucoup d’entreprises, garder ses distances est synonyme d’interdiction de voir des clients. Ces conseils vous aideront à préparer dès maintenant l’arrivée de jours meilleurs.

Conseil no1: Pensez à des alternatives et travaillez sur plusieurs médias

Vos clients ne peuvent pas venir à vous? Trouvez une manière d’atteindre vos clients avec votre offre. Il s’agit de faire preuve de créativité et de courage: Pensez à des formats alternatifs pour des prestations de conseil par le biais numérique. Qu’est-ce qui est adapté à une application en ligne? Avec quoi pourriez-vous satisfaire vos clients?

Un exemple: Si vous êtes architecte d’intérieur, partagez la photo d’un salon de jardin que vous avez embelli avec des coussins spéciaux (avec une photo: avant/après). Invitez les personnes intéressées à vous envoyer des photos de leur salon; en retour, proposez-leur des conseils d’optimisation grâce au point de vue d’un pro.

Conseil no2: Utiliser intelligemment la communauté et les réseaux sociaux

Semer maintenant, récolter plus tard: préparez aujourd’hui le terrain en vue de jours meilleurs.

Autres liens utiles

Swisscom soutient encore plus en ce moment les entreprises ainsi que les créateurs en Suisse sous la devise Prêts ensemble, afin qu’ils puissent utiliser de manière optimale les différentes options numériques.

En cas de problèmes de liquidité, voici les liens les plus importants en matière de chômage partiel et des aides transitoires de la Confédération.

En ce moment, de nombreuses personnes se montrent solidaires avec les entreprises de proximité, ce qui se reflète particulièrement sur les réseaux sociaux. Intégrez des groupes Facebook et WhatsApp régionaux (voire lancez votre propre canal d’échange). Connectez-vous avec d’autres entreprises de votre région et montrez de l’intérêt pour les publications des autres. Votre objectif: accroître votre communauté et entretenir un dialogue actif avec des clients potentiels.

Quelles sont les pages suivies par la communauté? Par exemple, beaucoup d’utilisateurs d’Instagram explorent une région avec les repères géographiques disponibles à l’aide de hashtags. Si vous utilisez les hashtags correspondants lorsque vous mettez en ligne des publications, ce contenu s’affichera lors de l’exploration – ce qui accroîtra votre visibilité et attirera des clients potentiels vers vous.

Conseil no3: Mettez à jour votre présence en ligne

Votre boutique en ligne répond-elle aux derniers critères de modernité? Est-il possible d’envoyer votre produit – ou un échantillon de celui-ci – en ligne? Comme alternative, vous pouvez proposer un bon à télécharger et ainsi vendre aujourd’hui une prestation pour plus tard.

Au cas où vous ne disposez pas (encore) d’un site Internet ou d’une boutique en ligne, vous trouverez ici l’outil de création de site Internet de Swisscom, via lequel vous pouvez mettre sur pied une boutique en ligne ou même un site Internet complet.

«Certains reportent la création de leur entreprise»

Comment les entrepreneurs gèrent-ils la situation actuelle? Sylvia Meister, conseillère StartUp chez Swisscom, prend le pouls de l’industrie.

Sylvia Meister, conseillère StartUp chez Swisscom
Sylvia Meister a assisté Inga Hintz en mettant en œuvre des solutions de télécommunication et d’informatique.

Il y a clairement des périodes plus favorables que celle-ci pour créer une entreprise. Quels signaux recevez-vous venant des entrepreneurs?

Durant la phase de lancement, la planification n’est jamais simple car l’on est confronté à beaucoup de nouveauté. Aujourd’hui, il faut en plus composer avec le coronavirus. Cela rend la phase de lancement encore plus complexe, en particulier au niveau de l’acquisition. Sinon, les préoccupations sont toujours les mêmes: comment puis-je maintenir les coûts aussi bas que possible? Comment trouver de nombreux clients et générer du chiffre d’affaires? Mais j’ai également eu des discussions avec des clients qui me demandaient de rappeler dans deux mois, car ils avaient reporté le lancement de leur entreprise.

Quel est le message principal que vous adressez aux créateurs dans la situation actuelle?

Prenez les bonnes mesures pour rester en bonne santé. Et ne baissez pas les bras. Poursuivez vos projets tout en restant flexible. Travaillez maintenant pour plus tard.

Sur quels canaux l'équipe de consultants StartUp peut-elle être jointe actuellement?

Par téléphone au 0800 782 788 du lundi au vendredi de 8h00 à 17h00.

Toutes les informations se trouvent sur notre site Internet.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Lisez maintenant