OTC Swiss Blockchain

Modèles commerciaux numériques

Blockchain met la pression au commerce OTC


La technique Blockchain vise à permettre aux transactions de titres extra-boursiers complexes et sujettes à des erreurs de se dérouler plus simplement et rapidement. Swisscom joue un rôle important dans ce développement.


textes: Urs Binder,




Les transactions extra-boursières avec des valeurs non cotées (négoce OTC) sont compliquées, sujettes à des risques et prennent du temps. Cela est sur le point de changer: le consortium «OTC Swiss Blockchain», créé à l’automne 2016, développe sous la direction de l’Institut de services financiers de la Haute École de Lucerne (IFZ) un standard pour le négoce OTC électronique, misant fortement sur la technologie Blockchain.


«Swisscom SCM a réalisé une partie essentielle du travail de conception et de programmation», constate Matthias Niklowitz, analyste au sein du Digital Banking Think Tank eForesight. «La garantie de l’anonymat était un point crucial pour les transactions. La technologie Blockchain est transparente, mais l’identité des clients ne doit être accessible, dans les transactions de titres, qu’à un cercle très restreint de personnes autorisées.»


Technique pour la confiance et la compliance

C’est la raison pour laquelle il est exclu d’utiliser une Blockchain publique. Au lieu de cela, le consortium travaille avec une variante privée de Blockchain Ethereum. La technologie Blockchain ne constitue toutefois qu’une partie de la solution: la totalité du flux de transactions avec tous les documents est enregistré sous forme chiffrée dans une base de données distribuée basée sur le protocole IPFS (InterPlanetary File System). Ceci a donné lieu au développement d’un middleware de chiffrement spécifique.

Il convient par ailleurs de s’assurer, pour des transactions réglementaires correctes, de l’absence de risques de manipulations. C’est précisément le rôle de Blockchain: une valeur de hachage correspondant à chaque IPFS chiffré est conservée sans possibilité de modification, dans la Blockchain, avec un attribut spécifiant le statut de la transaction, de «ouvert» à «enregistré». Le caractère privé de la Blockchain garantit, avec le concours du module de chiffrement, la confidentialité de l’identité du client.


Un projet qui est en bonne voie

Le projet de recherche vise à mettre en place un standard système ouvert pour la place financière suisse, de manière à simplifier et à accélérer les transactions OTC d’actions suisses grâce à une compensation automatique tout en répondant aux exigences réglementaires (MiFID II, FinfraG / EMIR). L’objectif à concrétiser est de permettre des transactions en temps réel: «Clear and settle trades in less than a minute», annonce le consortium sur son site Web. Un processus, qui dure actuellement nettement plus longtemps.


Pour Matthias Niklowitz, les bases techniques sont assurées. La solution sera donc probablement testée et améliorée progressivement en pratique car aucun des précédents systèmes ne doivent être remplacés. Swisscom accorde de manière générale beaucoup d’importance à la technologie Blockchain, comme le souligne Niklowitz: «Swisscom considère que la technologie Blockchain est extrêmement prometteuse et qu’elle a beaucoup de potentiel. Ces projets nous permettent d’accumuler de l’expérience, qui nous permettra par la suite de jouer un rôle leader».




En savoir plus sur ce thème