Exemple pratique Cloud avec Swiss Re

Exemple pratique Swiss Re

Pourquoi partir aux antipodes? Le cloud est si proche!


Les centres de calcul appartenant aux entreprises sont moins agiles, coûteux, nécessitent plus de maintenance – et sont donc des modèles en voie de disparition. Ils sont remplacés par des solutions basées sur le cloud, qui s’adaptent de manière rapide et modulaire aux besoins des clients. L’infrastructure et les données restent en Suisse lorsque cela est demandé.


Texte: Flavian Cajacob, Illustrations: Michele Limina, Publié dans le NZZ supplément du 9 novembre 2017




La progression rapide de la numérisation a des répercussions de plus en plus importantes sur la stratégie informatique des entreprises. Elles abandonnent progressivement leurs propres centres de calculs contenant des serveurs qui se trouvent encore dans des caves refroidies. Au lieu de cela, elles délocalisent toute leur infrastructure IT, en incluant les applications et les données, dans des clouds. Ce phénomène à première vue sans importance, constitue en réalité un changement notable de la culture informatique d’une entreprise, qui s’accompagne d’une remise en question pour la direction et les collaborateurs. Lorsque l’on passe au modèle basé sur le cloud, on commande une infrastructure prédéfinie dont les composants sont la puissance de calcul, la capacité de stockage et les services sur mesure, explique Marcel Walker responsable Network & Cloud au sein de Swisscom.


Exemple pratique Swiss Re

La société de réassurance Swiss Re est l’un des grands clients de Swisscom, qui misent de manière conséquente sur les solutions externes dans le cloud. Rainer Lischer est Cloud Manager auprès de Swiss Re et est à ce titre responsable de l’implémentation sans heurts du modèle dans le cloud. La principale raison qui a conduit la société de réassurance à réaliser ce changement concerne la mise en place de nouveaux modèles commerciaux numériques. Rainer Lischer indique que Swiss Re espère que le cloud permettra un accès plus rapide aux innovations numériques, une commercialisation plus rapide des produits et des services, une amélioration de l’optimisation des coûts et une flexibilité accrue.

La transition conséquente vers le modèle dans le cloud permet la transformation numérique de Swiss Re et fait donc partie de la stratégie commerciale. Le modèle dans le cloud repose sur le Public Cloud et le Private Cloud. Autrement dit, en fonction du cas d’application et des fonctionnalités cloud disponibles, les applications sont exécutées soit dans des Private Clouds soit dans les Public Clouds d’opérateurs globaux. À la différence d’un Public Cloud, un Private Cloud répond à des exigences spécifiques du client.


«Il est nécessaire de contrôler activement la consommation dans le cloud afin de garder la maîtrise des coûts»


Rainer Lischer, Cloud Manager auprès de Swiss Re


Swiss Re espère que le cloud lui donnera un meilleur retour sur investissement que lorsque tous les services informatiques étaient produits en interne. R. Lischer explique qu’«il est toutefois nécessaire de contrôler activement la consommation dans le cloud afin de garder la maîtrise des coûts». Il estime par ailleurs qu’il n’est pas vraisemblable que l’informatique interne à une entreprise puisse rivaliser avec les milliards d’investissement des grands opérateurs dans le cloud, sur les plans de la sécurité et de l’agilité. C’est la raison pour laquelle les applications dans le cloud sont au moins aussi sécurisées que celles qui sont exploitées en interne par les entreprises.

R. Lischer reconnaît qu’une évolution comme celle-ci suscite toujours une résistance. «Je suis toutefois convaincu qu’il y aura un retour de balancier. Il y aura dans un proche avenir des réserves lorsqu’une application ne sera pas issue du cloud. Le cloud deviendra la norme.»


Un obstacle réduit à l’entrée

Swisscom a pu proposer une solution de cette nature avec son Private Cloud en permettant à Swiss Re de gérer ses applications dans le cloud en respectant l’ensemble des exigences réglementaires, telles que la protection des données. Comme le souligne Marcel Walker, dans ce contexte, l’important est que les données dans le cloud appartiennent aux clients. Swisscom ne réalise pas d’affaires avec ces données. Elle se contente de mettre à disposition l’infrastructure et, par ailleurs, n’a aucun regard sur les contenus.

Depuis plus d’un an, Swiss Re migre ses propres applications et plateformes. Ce processus dans le cloud s’accompagne d’un concept cadre de gouvernance et de conformité chargé d’identifier les risques correspondants et d’assurer les contrôles requis. Selon Rainer Lischer, Swiss Re réalise cette étape volontairement en mettant l’accent sur les aspects juridiques, administratifs et pertinents pour la sécurité. D’un autre côté, Swisscom veille à ce que les processus se déroulent comme convenu. Swisscom se soumet régulièrement à des audits par des tiers afin de se conformer aux obligations réglementaires imposées par l’Autorité fédérale de surveillance des marchés financiers (Finma).


Le lancement du modèle dans le cloud est lui aussi un processus exigeant sur le plan des processus et de la technologie. R. Lischer considère toutefois que le changement de culture constitue le défi interne le plus important. Le modèle dans le cloud représente un véritable changement de paradigme concernant la manière de faire de l’informatique, dont la mise en pratique implique un important travail de conviction, de formation et de compétences adaptées. L’enjeu est d’assouplir les structures établies, d’adapter les pratiques habituelles et de développer de nouveaux processus, rôles et compétences.


«Nous devons suivre le rythme de l’évolution technologique fulgurante.»


Marcel Walker, Responsable Network & Cloud auprès de Swisscom


Le plus grand défi pour Swisscom est que l’architecture globale reste en permanence à jour, explique M. Walker. «Nous devons suivre le rythme de l’évolution technologique fulgurante.» Swisscom doit par ailleurs répondre en permanence aux exigences de sécurité. Swiss Re attend pour sa part une adaptation constante aux dernières technologies et des prestations en accord. Le réassureur entend ainsi faire avancer sa stratégie axée sur la numérisation et avoir accès à de nouvelles possibilités d’affaires.





Newsletter

Abonnez-vous à la newsletter pour suivre les tendances, les actualités de la branche et les benchmarks.





En savoir plus sur ce thème