Chronique: User Interfaces





User Interface

Lire et être lu


Depuis qu’Apple nous a proposé le Mac, tout tourne autour de l’interface utilisateur. Et la Terre tourne et tourne à ce sujet. A l’avenir, nous lirons différemment mais travaillerons aussi et vivrons de façon différente, à l’aide d’hologrammes tactiles.


Beat Hochuli




«Hier, j’ai lu entièrement ‹Guerre et Paix de Tolstoï› en une heure. Ça parle de la Russie.» C’est drôle – et Woody Allen l’a dit après avoir suivi, à ses dires, un cours de lecture rapide. Mais bien entendu – comme toujours chez Woody Allen – ce n’est pas seulement drôle. Car tout semble indiquer que dans un avenir pas si lointain, nous lirons bien différemment d’aujourd’hui. Non seulement différemment, mais aussi de diverses manières – en fonction du contenu, de l’exigence et du but recherché.


L’écrit lit en toi!

Le fait qu’à l’avenir non plus, personne ne souhaite expédier un roman comme «Guerre et paix» aussi rapidement, pour constater ensuite de façon lapidaire que «ça parle de la Russie», est dans la nature des choses – ou plutôt: dans la culture de l’œuvre littéraire. Le lecteur/l’utilisateur/le récipiendaire lit une telle œuvre, car il espère en tirer du plaisir, et non pas parce qu’il souhaite réaliser un record de vitesse. La plupart des textes que nous connaissons aujourd’hui ne sont toutefois pas des œuvres littéraires, mais des informations que, dans notre société actuelle du service et de la communication, nous souhaitons traiter aussi vite et efficacement que possible. Dans ce domaine, les études et évolutions technologiques actuelles sont tout à fait décisives et déterminantes pour notre futur comportement de lecture et de traitement des contenus.



Die Brille soll beispielsweise historische Fotos von Gebäuden, Wetterdaten, persönliche Kontakte, Wegbeschreibungen oder Angebote von Geschäften einblenden können.

Les lunettes doivent par exemple pouvoir afficher des données de météo, des contacts personnels, des itinéraires ou des offres de magasins.


Depuis de nombreuses années, Andreas Dengel, du Centre allemand de recherche pour l’intelligence artificielle de Karlsruhe, travaille ainsi infatigablement sur des lunettes de lecture «intelligentes», à l’aide desquelles le lecteur lit mais est aussi pour ainsi dire «lu en retour» par l’outil. Ce qui, au premier abord, semble un peu effrayant (qui souhaite être surveillé en permanence par un appareil?), peut présenter des avantages inestimables en fonction de l’utilisation et de l’utilisateur. A l’aide d’une caméra et de capteurs infrarouges, les lunettes «savent» en effet à chaque instant sur quel mot ou quelle phrase se pose l’œil du lecteur à cet instant – et peut par exemple projeter sur l’écran intégré des textes complémentaires ou des photos et vidéos sur ce thème, tirés de l’Internet. Des commentaires audio ou des extraits sonores sont bien entendu aussi possibles. Autre exemple dans le domaine des applications de lecture rapide, le logiciel de Spritz – des plus controversés.



Des profils de postes très différents

On ne pourra jamais assez souligner l’importance de telles évolutions au regard de l’ère de la «numérisation» et de l’«Industrie 4.0», en particulier au niveau des futurs processus professionnels et modèles commerciaux. Mais une chose est sûre: de très nombreux profils «professionnels» ou plutôt profils de postes vont radicalement changer. Les collaborateurs des Contact Centers, par exemple, ne seront plus guère de simples Call Agents – et ils ne travailleront très probablement plus dans un centre. D’une part, ils seront hautement qualifiés et d’autre part, du fait du recours à des technologies d’informations supplémentaires de plus en plus sophistiquées, ils pourront se consacrer plus profondément aux désirs des clients – quel que soit l’endroit où ils se trouvent.


Bien entendu, la recherche sur les interfaces utilisateurs ne se limite pas aux extensions d’informations basées sur des textes. Nous pouvons en effet supposer que dans les cinq à dix prochaines années, des progrès considérables seront faits au niveau de l’analyse des mimiques, de la gestuelle et même du ton employé. Ces outils ne seront pas réellement prêts à être commercialisés – et compatibles avec la politique ou la société – avant un certain temps. Mais cette évolution ne peut être stoppée. D’autant moins lorsque les utilisateurs considèrent intuitivement les interfaces utilisateurs comme meilleures pour eux-mêmes. Les pros des interfaces utilisateurs de l’entreprise zurichoise Zeix AG, par exemple, sont convaincus qu’il existe un fort retard à rattraper dans ce domaine. Andreas Dengel entrevoit lui aussi un énorme potentiel dans le domaine des applications basées sur des hologrammes.



Le livre reste le livre, mais...

Il est évident que l’évolution actuelle et future, allant vers des interfaces utilisateurs toujours plus intuitives, doit aussi prendre en compte le besoin tactile de l’Homo sapiens – et elle le fera. Le livre imprimé ne va donc pas disparaître. L’e-book est une bonne chose – surtout quand on est comme moi à Bornéo et que l’on n’a guère accès à des librairies satisfaisantes. Mais le récent débat sur l’avenir des bibliothèques montre à quel point il est important «d’avoir quelque chose en main». Il sera intéressant de connaître les technologies d’avenir dans le domaine des hologrammes sensibles au toucher! Sous réserve de l’augmentation des bandes passantes, ces derniers devraient catapulter définitivement le paysage des interfaces utilisateurs, mais aussi l’ensemble de la Business Community, dans l’ère «Industrie 4.0» – ou plus exactement dans l’ère «Industrie 5.0».


Beat Hochuli


est journaliste indépendant spécialiste TIC. Il vit à Kota Kinabalu, en Malaisie.


Liens sur ce thème









En savoir plus sur ce thème