Méta navigation

Dossier électronique du patient

La mise en œuvre prend forme 

DEP: ne pas louper le coche


D’ici 2020, tous les hôpitaux de Suisse devront proposer un dossier électronique du patient (DEP). L’expérience de l’hôpital de Bâle, qui met déjà en place les premiers DEP, montre que les cliniques et les EMS ne doivent pas sous-estimer les défis que pose cette innovation.


Texte: Martin Bruderer et Eva Definti, 19




La Suisse veut passer à la vitesse supérieure en matière de numérisation du système de santé. Celle-ci passe notamment par le DEP (Elektronisches Patientendossier ou EPD en allemand) qui regroupe les informations de santé personnelles du patient, ainsi que l’ensemble des documents pertinents pour son traitement établis par les établissements de santé. Certaines cliniques de l’hôpital universitaire de Bâle, et bientôt toutes ses cliniques, proposent déjà aux patients d’ouvrir un DEP dans le cadre d’un projet pilote pour la Suisse du Nord-Ouest. Sur la base du droit cantonal, les établissements de santé des cantons de Bâle-Ville, Bâle-Campagne et de Soleure ont ainsi lancé le DEP sous l’appellation myEPD. Leur objectif consiste à obtenir le plus rapidement possible une certification sur la base de la loi fédérale sur le dossier électronique du patient (LDEP).


La Suisse du Nord-Ouest pionnière en la matière

Si la LDEP fournit des grandes lignes, de nombreux détails restent cependant à mettre au point ou à définir précisément. La LDEP prévoit notamment que les documents pourront aussi bien être téléversés un par un dans le DEP que transmis automatiquement pour davantage d’efficience. Elle confie cependant aux organisations chargées de le mettre en œuvre le soin de déterminer les modalités techniques de ce processus. Cet aspect ainsi que bien d’autres doivent impérativement être abordés, débattus et fixés avant de lancer le DEP. Pour les besoins de son projet pilote, l’association eHealth Nordwestschweiz, à l’avant-garde du mouvement, a donc dû clarifier un grand nombre de questions auxquelles la LDEP n’a pas fourni de réponses définitives, dans certains cas de manière autonome. Des aspects cruciaux pour la mise en œuvre du DEP ont également été abordés directement avec l’Office fédéral de la santé publique (OFSP) afin de les définir sans équivoque.


Un guide technique pour répondre à de nombreuses questions

Ces travaux profitent aux établissements de santé souhaitant se raccorder à myEPD dans la région de la Suisse du Nord-Ouest, puisqu’ils disposent des conseils avisés d’un groupe d’hôpitaux précurseurs du DEP. Outre de nombreux outils d’aide à l’organisation, un guide technique a également été élaboré, fixant des spécifications en lien avec des tâches et des aspects concrets que la LDEP n’a pas définis avec suffisamment de précision. Ce guide technique constitue un outil précieux à disposition des hôpitaux et des EMS souhaitant lancer le DEP sur la base de la technologie de Swisscom. Une annexe au guide comprend en outre des directives spécifiques émises par chaque communauté de référence mettant en œuvre et exploitant le DEP.


Tester, tester, tester

Les tests de l’environnement DEP et de ses processus et prestations ont été particulièrement exigeants, et les efforts nécessaires ont été sous-estimés dans un premier temps. Ils ont d’une part révélé les points qu’il restait à optimiser dans chaque domaine, comme l’interface à rendre plus intuitive, les contenus à compléter et la conversion automatique des formats à mettre en place dans l’optique de faciliter le téléversement des documents. Mais ils ont également mis en évidence des interdépendances et des défis complexes internes aux hôpitaux qu’il convenait de prendre en compte. Il s’agissait notamment d’étoffer les prestations d’assistance internes en cas de demandes spécialisées de la part de clients myEPD, et d’adapter les outils de communication existants comme les convocations.

Un système de tests éprouvé est désormais disponible Suisse du Nord-Ouest en lien avec le DEP. L’ensemble des hôpitaux et des EMS se raccordant à myEPD peuvent en profiter.


Le calendrier du DEP ne tolère aucun retard

Certains aspects du système myEPD seront encore complétés dans les mois à venir, à l’instar des «Services centraux» comme le répertoire des organismes et des spécialistes de la santé enregistrés, ou les numéros d’identification des patients qu’il incombera aux centrales de compensation d’attribuer, qui ne sont bien évidemment pas encore disponibles. La certification est elle aussi encore en suspens. Le calendrier de l’OFSP est néanmoins fixé en ce qui concerne le lancement du DEP. Les hôpitaux et les EMS de toute la Suisse doivent donc prendre les devants et s’atteler activement à préparer le raccordement au DEP. Même dans l’attente des fonds nécessaires, de nombreux travaux préparatoires peuvent être aisément entrepris.

Plus d’informations sur le DEP dans la Suisse du Nord-Ouest:

> Association eHealth

> myEPD

Cet article a été publié pour la première fois dans le magazine spécialisé «Heime und Spitäler» de décembre 2018.


Eva Definti

Eva Definti: Chef de projet chez Swisscom Health. Forte de nombreux projets eHealth réussis, Eva Definti était responsable du lancement de myEPD au sein de l’hôpital universitaire de Bâle pour le compte de Swisscom, fournisseur de cette technologie.

Martin Bruderer

Martin Bruderer: Chef de projet partiel «Processus et services» pour le projet pilote DEP de la Suisse du Nord-Ouest. En sa qualité de chef de projet stratégique eHealth / DEP au sein de l’hôpital universitaire de Bâle, il dispose d’une vaste expérience de la numérisation du système de santé.



Newsletter

Vous souhaitez recevoir régulièrement des articles et Whitepapers passionnants sur des activités TIC actuelles?




En savoir plus sur ce thème