Suivre Swisscom S’abonner aux infos Réseau & Problèmes Contact
Suivre Swisscom S’abonner aux infos Réseau & Problèmes Contact
Expérience numérique de musique live

Switzerland Connected: la technologie au cœur de cette grande expérience

Le 13 janvier 2021, Bligg, Marc Sway et son groupe, Flavie Léa et sept autres jeunes artistes sont entrés dans l’histoire lors du show musical blue Sing It Your Way. Pour la première fois, un concert s’est déroulé avec succès à distance – une grande première technologique.
Michael Lieberherr
Michael Lieberherr, Communication Consultant
26 janvier 2021

Mercredi 13 janvier à 18:29. Des cris de joie ont retenti partout – au château de Chillon, sur les toits de Berne, au Teatro Sociale de Bellinzone, dans une cabane de ski à Klosters, au Volkshaus de Zurich et bien sûr à la régie blue à Volketswil. En effet, une prouesse technique à portée mondiale vient d’avoir lieu: 15 musiciens ont chanté en direct depuis six endroits différents. Séparés et pourtant unis. D’autant plus le jour où la Suisse doit à nouveau s’incliner face au coronavirus avec le deuxième confinement.

 

Pourtant, il existait un vrai risque que l’expérience échoue. Jürgen Lochbrunner, responsable de projet technologie, déclare: «Nous nous sommes énormément cassé la tête pour savoir comment faire fonctionner le projet. Nous avons fait beaucoup de recherches et nous nous sommes appuyés sur les échecs récents dans ce type d’aventures.» Le grand défi de ce projet réside dans les temps de latence fluctuants – et ce à plusieurs niveaux. Cette latence correspond au temps nécessaire à un signal pour se déplacer d’un point de départ à un point d’arrivée.

Rester dans le tempo

Lorsque la musique commence au Teatro Sociale de Bellinzone, elle arrive au studio avec quelques millisecondes de retard. Un décalage à peine audible dans une discussion, mais lorsqu’il s’agit d’assembler plusieurs morceaux d’un même titre provenant de six endroits différents, cela s’entend aussitôt. Chaque transmission de signaux génère de légers retards, et ce sont précisément ces retards qui rendent si compliquée la synchronisation en temps réel d’un concert à distance. Il n’est par exemple pas possible de chanter via un appel vidéo. Et toutes les tentatives connues avaient ainsi échoué jusqu’à présent.

 

Nous étions bien au fait de cette situation avant de démarrer l’expérience et il convenait de le rappeler encore aux techniciennes et techniciens. Par rapport au son, traiter des images nécessite beaucoup plus de données et de calculs, avec une latence donc encore plus grande. En outre, l’oreille est beaucoup plus sensible aux décalages que l’œil, qui ne remarque guère de différence à plus de 25 images par seconde. Les données audio se mesurent en millisecondes, tandis que les données vidéo sont mesurées en images par seconde (fps).

Pour cette expérience, l’équipe technique a donc séparé le son et l’image afin d’obtenir une synchronisation parfaite dans la transmission du son. Pour vous représenter les choses, c’est comme si des athlètes démarraient la course tous en même temps. Puis peu avant l’arrivée, on arrête tout pour que tout le monde soit là, et ce n’est qu’alors qu’on les laisse franchir ensemble la ligne d’arrivée, de manière synchronisée. Ainsi, à l’arrivée, personne ne remarque qu’ils avaient des vitesses différentes pendant le trajet. Dans notre cas, les écarts entre les coureurs ne sont que de quelques millisecondes.

 

Les techniciens ont reproduit cette même méthode en utilisant un logiciel appelé Sonobus pour donner le tempo – le signal de départ – aux différents endroits. Sonobus a permis de synchroniser le rythme aux quatre coins du pays et sur les divers réseaux d’accès, comme la 5G, la 4G, la fibre ou le cuivre. Et ainsi de donner le coup d’envoi. Les signaux audio et vidéo combinés sont entrés en jeu depuis les différents endroits et, selon le parcours, sont arrivés un peu plus tôt ou un peu plus tard sur la ligne d’arrivée, à savoir en studio. Comme indiqué, l’image et le son étaient séparés, nous avons attendu le coureur le plus lent, puis tout a été resynchronisé une fois le dernier élément arrivé. L’équipe a ensuite réintégré l’image pour pouvoir alors franchir la ligne tous ensemble, son et image réunis.

Son et image main dans la main

Le son et l’image sont deux choses différentes. La composition de l’image pour la chanson «Denkmal» devait également raconter l’histoire de Switzerland Connected – des lieux emblématiques comme le château de Chillon, une terrasse à Berne, le Teatro Sociale à Bellinzone, le Volkshaus ou encore la station de montagne Madrisa. De plus, nous avons aussi intégré les vidéos des chanteurs amateurs qui s’étaient enregistrés au préalable chez eux. Tout le scénario avait été pensé à l’avance, préprogrammé sur 90 boutons au studio blue (anciennement Teleclub), puis mixé en temps réel par un réalisateur virtuose – pour une synchronisation parfaite.

 

Klaus Liechti, coordinateur du projet pour l’infrastructure réseau, déclare: «Le plus grand défi technique était de ne pas pouvoir tout prévoir à l’avance à la virgule près. Nous avons reçu toutes les pièces du puzzle la veille uniquement.» Et ce n’est que la veille également que les artistes ont joué pour la première fois ensemble le nouveau titre «Denkmal» dans quatre variantes linguistiques. Ils ont chanté sans se voir en face à face. David Sievers, directeur audio, résume bien l’ambiance du projet: «Je n’ai jamais douté que ça pouvait marcher. Mais on ne peut jamais savoir si cela va vraiment fonctionner. Il y avait trop de choses qui pouvaient mal tourner.» De fortes pluies ont par exemple provoqué une panne de courant à Berne, un routeur a déréglé la synchronisation de la latence avec sa fonction de backup, ou encore un premier test a brièvement suscité des doutes.

!
Veuillez installer Adobe Flash Player pour afficher ce contenu.

Utilisation de produits standard

D’ailleurs, aucune connexion directe ou spécifiquement priorisée n’a été utilisée pour l’expérience, il s’agissait de connexions en 5G, 4G, fibre et cuivre que les clients Swisscom utilisent aussi. Klaus Liechti ajoute: «Nous n’avons rien changé à notre réseau mobile et fixe pour cette expérience. Notre réseau sait déjà gérer ces bandes passantes et ces latences.»

 

Switzerland Connected va bien au-delà de la musique. Florian Maag, initiateur du projet/co-responsable de projet, précise: «Chaque élément de l’infrastructure réseau, les raccordements, le logiciel de synchronisation, les caméras en direct, la régie en direct, la chanson, les artistes, le streaming... tout existait séparément. Mais ils n’avaient jamais été combinés aussi concrètement dans une telle aventure. Tout devait s’imbriquer et s’assembler pour que l’expérience réussisse.» Pour Katia Reinhardt, participante sur le site de Berne et co-responsable de la communication chez Swisscom, l’expérience montre une chose: «Nous devons davantage montrer ce que nos infrastructures et nos services permettent de faire aujourd’hui pour la société et les personnes: mettre les expériences, les émotions et l’être humain au centre.»

 

Switzerland Connected est une prouesse technologique, mais surtout un exemple de ce que peuvent réaliser les organisations en œuvrant pour un objectif commun. Jürgen Lochbrunner, responsable de projet technologique, déclare: «Dans l’entreprise, il existe une intelligence collective qui permet de réaliser des choses incroyables qui semblent impossibles pour les personnes.» Et David Sievers, directeur audio, de conclure: «Cela ressemblait un peu au lancement d’une fusée. Personne ne savait si cela allait marcher au final. Mais nous avons réussi!»

Dernières nouvelles de Swisscom

S'abonner à la Newsletter


Contactez-nous

Adresse

Swisscom
Media Relations
Alte Tiefenaustrasse 6
3048 Worblaufen

Adresse postale:
case postale, CH-3050 Berne
Suisse

Contact

Tél. +41 58 221 98 04
Fax +41 58 221 81 53
media@swisscom.com

Autres contacts