Méta navigation

Interview avec Hans C. Werner

Le responsable HR à propos de la pénurie de main d’œuvre qualifiée

«Nous voulons trouver à Rotterdam les pointures qui nous manquent.»

La «War for Talents» est une tendance qui se confirme depuis plusieurs années déjà. La main d’œuvre spécialisée est de plus en plus recherchée et tout le monde se bat pour dénicher des candidats qualifiés – et au final, de nombreux postes restent vacants. Que faire? Swisscom mise sur différentes mesures initiées au sein de l’organisation et sur le système de formation en Suisse. Mais tous ces efforts engagés ne suffisent pas. C’est pourquoi nous devons aujourd’hui franchir un nouveau pas en sortant du cadre national et en ouvrant un DevOps Center à Rotterdam. Des développeurs TIC hautement spécialisés y accompliront des tâches pour lesquelles aucun personnel n’a pu être trouvé en Suisse malgré les mesures de développement internes, les multiples appels à candidature externes et l’utilisation de tous les canaux de networking. Hans C. Werner, responsable Group Human Resources chez Swisscom, nous explique l’importance de cette décision à l’occasion d’un entretien.
Esther Hüsler
Esther Hüsler, Porte-parole
20 mars 2019

Hans Werner, Swisscom s’est-elle endormie pour avoir aujourd’hui autant besoin de spécialistes IT?

Non, au contraire. Nous suivons de près cette évolution depuis des années et avons mis sur pied toute une série de mesures qui, individuellement, portent leurs fruits. Seulement, cela ne suffit pas. Nous jouissons d’une position d’employeur d’excellence sur le marché du travail – employeur le plus convoité de Suisse pour le Xing Arbeitsmarktkompass. Nous engageons également des Trainees et des stagiaires directement auprès des hautes écoles et formons 950 apprenants, dont la moitié dans le secteur IT. Sans oublier les élèves d’école de maturité en apprentissage Way-up et les diplômés des hautes écoles spécialisées. Et malgré cela, force est de constater que tout cela ne suffit pas – la demande en spécialistes TIC est bien supérieure à l’offre du marché.

Mais vous pourriez former les collaborateurs aux compétences nécessaires, non?

C’est vrai, c’est d’ailleurs un point crucial. Et cette année, nous franchissons une nouvelle étape clé en obligeant chaque collaborateur à suivre cinq jours de formation continue par an, comme le prévoit désormais la convention collective de travail.
Outre les nouveaux engagements, nous formons aussi dans les domaines ayant des besoins spécifiques. Je souhaiterais simplement évoquer la DevOps Mastery, qui enseigne des méthodes pour une mise en œuvre rapide dans le développement de logiciels. Mais cela ne résout pas le problème, nous manquons avant tout de compétences spécialisées, que l’apprentissage ou la reconversion peine à combler. Aujourd’hui, les développeurs de logiciels doivent intégrer les approches correspondantes et élaborer au plus haut niveau des solutions nécessitant en général plusieurs années d’études supérieures.
En clair, la lutte pour attirer les talents est plus acharnée que jamais – et cela n’est pas dû au seul fait de Google et Facebook, car avec la numérisation des business models les secteurs industriels sont nombreux à rechercher les mêmes compétences.

Donc la Suisse s’est endormie?

Bien au contraire. Les choses ont beaucoup changé ces dernières années, avec la promotion de la formation en informatique, le renforcement des hautes écoles et des hautes écoles spécialisées pour la formation spécialisée supérieure, ou encore l’augmentation du budget de formation dans les écoles polytechniques fédérales. Dès 2011, la Confédération s’est attaquée au problème en lançant une initiative contre la pénurie de personnel qualifié. Pour autant, même après son adoption, la politique en matière de personnel qualifié reste une tâche permanente du gouvernement fédéral. Et chose importante, vous ne pouvez pas forcer quelqu’un à devenir spécialiste IT.

Vous espérez donc désormais trouver ces personnes aux Pays-Bas?

Rotterdam s’affirme comme un spot incontournable. On y déniche des talents du monde entier. Nous sommes donc convaincus d’y trouver les spécialistes dont nous manquons cruellement, malgré tous nos efforts déployés en Suisse et les multiples appels à candidature.
Dans un premier temps, nous prévoyons d’engager quarante personnes au DevOps Center Rotterdam puis de nous servir de cette expérience pour la suite du projet. Si les résultats sont probants, nous entendons progressivement augmenter ce chiffre pour atteindre un pool de 200 personnes selon nos besoins. Mais nous en avons conscience, là-bas aussi, le démarchage des talents est féroce et nous devons convaincre avec une offre vraiment attractive.

Est-ce à dire que vous ne cherchez plus de talents en Suisse?

Absolument pas. Nous continuons à tout mettre en œuvre pour faire évoluer nos collaborateurs et donner envie aux talents locaux de s’engager auprès de Swisscom. Et nous avons en permanence des missions captivantes qui sont proposées sur www.swisscom.ch/jobs.

Littérature sur le sujet



S'abonner aux news

Abonnez-vous à nos news par e-mail


Contactez-nous

Adresse

Swisscom
Media Relations
Alte Tiefenaustrasse 6
3048 Worblaufen

Adresse postale:
case postale, CH-3050 Berne
Suisse

Contact

Tél. +41 58 221 98 04
Fax +41 58 221 81 53
media@swisscom.com

Autres contacts

Portrait

Hans C. Werner est le responsable Group Human Resources et depuis 2011 membre de la Direction du groupe Swisscom.