Les réseaux sociaux sont-ils sources de jalousie?
3 min

Les réseaux sociaux sont-ils sources de jalousie?

On le répète sans cesse: les réseaux sociaux augmentent la pression concurrentielle chez les jeunes. Rendent-ils nos enfants envieux, solitaires ou même dépendants?

Michael In Albon

Medienkompetenzexperte Michael In Albon

Michael In Albon est le responsable du projet «Internet à l’école» ainsi que de la protection de la jeunesse dans les médias chez Swisscom. Il gère le programme des formations médias Swisscom, qui sont suivies par plus de 25 000 personnes chaque année. Il écrit régulièrement sur des sujets d’actualité concernant les compétences en matière de médias pour le Magazine Swisscom.

Vous pouvez également suivre l’auteur sur Twitter.

Lorsque les gens utilisent les réseaux sociaux pour se mettre en avant, il est humain pour eux de se présenter sous leur meilleur profil: un être particulièrement beau, intelligent, courageux, fort. L’effet de ce comportement sur le spectateur: l’envie. C’est comme ça que l’on veut être, et on essaie de paraître encore plus beau, plus intelligent, plus courageux dans sa prochaine publication.

En particulier pendant la puberté, les adolescents observent les moindres détails. Leurs ami(e)s occupent une place de plus en plus importante dans leur vie. Et ils veulent rivaliser avec eux – en termes d’apparence, de performances sportives ou scolaires, et sur le fait d’être cool. Ceux qui réussissent boostent leur estime de soi et grandissent – et parfois même se surpassent. Ceux qui échouent développent au mieux des stratégies pour faire face à l’échec. Vu sous cet angle, les médias numériques constituent un autre espace propice à la concurrence – à côté du club sportif, par exemple, ou de l’école ou du camp de ski.

La confiance en soi aide

En tant que parents, vous avez un rôle important à jouer pendant la puberté. Encouragez la mise en confiance de votre ado en lui offrant la possibilité d’accomplir certaines choses. Par exemple, assignez-lui des tâches que vous préfériez faire vous-même jusque-là. Félicitez votre enfant lorsque cela se passe bien – même si le rythme et le style ne répondent pas tout à fait à vos attentes. Pour aider votre adolescent à se sentir plus à l’aise dans sa peau, vous devez également, en tant que parent, écouter attentivement ce que votre enfant n’aime pas chez lui. Mais demandez-lui aussi ce qu’il trouve beau, fort ou unique à son sujet. Se concentrer exclusivement sur le négatif ne fonctionne pas. Mettez votre enfant au défi de se percevoir de manière différente et de mettre en valeur ses points forts. Comment pourrait-il s’y prendre? Où et quand? Et comment pourrait-il aussi utiliser ses points forts en ligne? Dans le même temps, cherchez ensemble des moyens de remédier à une éventuelle faiblesse. Cependant, exigez de votre adolescent qu’il fasse preuve de maturité: encouragez-le à ce concentrer sur les solutions. Faites-le régulièrement. Parce que développer sa confiance en soi prend du temps. Toutefois, si vous, en tant que parent, renforcez la confiance en soi de votre enfant, il sera mieux paré pour prendre ses distances en ligne et se défendre.

Cette rubrique a été publiée pour la première fois en allemand dans le magazine parental Fritz & Fränzi en décembre 2014: www.fritzundfraenzi.ch

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Lisez maintenant